Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Souffrir pour vivre [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Souffrir pour vivre [Terminé]   Lun 2 Déc - 13:00


« Eïleen Al'Sharam »
22 ans - Elfe – Détective privée - Noblesse

Je suis une empathe. Cela pourrait vous dire exactement ce qu'il en est de mon pouvoir, de ma faculté, mais en vérité, ça ne vous en dit pas grand-chose. Je nomme cela l'esprit empathique. Je suis capable comme tout empathe de ressentir les émotions des gens qui m'entourent. Je suis capable soit de me focaliser sur une personne pour savoir ce qu'elle ressent exactement soit sur un ensemble de personnes pour ressentir les émotions diverses et variées qu'ils émettent à la surface. Mais il y a aussi plus que cela. Je suis capable avec le temps d'utiliser l'énergie dégagée par ces émotions pour m'en servir en tant que lame d'énergie. Bien évidemment plus j'utilise d'énergie et plus je me fatigue. Plus je me fatigue et moins je peux utiliser cette compétence. Et puis s'il n'y a pas de sentiment à portée, je ne peux utiliser cette compétence.
Mais peu importe, grâce à mon père, je suis capable de manier toute sorte de choses. Le combat à mains nues, même s'il n'est pas mon préféré et que je ne l'utilise que très rarement. Je sais utiliser les armes de corps à corps aussi, seulement elles ne sont pas mes préférés non plus. Par contre, j'utilise une arme, faite pour moi par mon père. Une arme qui est étrange aux yeux des autres et en même temps tout à fait normal à mes yeux. Elle me sert de ceinture comme ça, elle passe inaperçue. Une chaîne avec au bout deux lames qui ressemblent à des plumes et  sont tranchantes sur les deux côtés.
Mon père m'a aussi appris à manier les herbes, les poisons, les somnifères et tant d'autre chose. J'utilise d'ailleurs ces différentes potions sur des aiguilles qui sont dans un bracelet et passe totalement inaperçus aux yeux des profanes. Voilà mon attirail, voilà ce que je sais faire.

« voilà ce que je suis »
Ce qui se créer dans les larmes et la souffrance n'en est que étrange

Parfois, on se pose des questions sur notre venue au monde, on se demande pourquoi, comment, dans quelles circonstances nos parents ont décidés de nous donner la vie. Et parfois, on se demande juste pourquoi nous sommes en vie. Je me suis toujours senti différente, toujours sur la brèche, jamais dans le même ton.

Peut être à cause de mon physique.
Je ne suis pas quelqu'un de très grand, beaucoup de mes congénères me dépassent quand je les vois. Un petit mètre soixante me suffit pourtant amplement. Mais là où le bas blesse, là où c'est différent, c'est au niveau de mes cheveux. Sombre comme la nuit. Noir comme la plus noire des ébènes. Comment une petite fille tel que moi pouvait naître avec de tel cheveux alors que mes deux parents les avaient clairs. Et ces yeux bleus, intenses et envoûtants qui avec les années sont devenus froids. Ces yeux bleus qui ne font pas partie de cette famille aux yeux verts. Cette silhouette que même ma mère semblait m'envier, cette peau pâle, ces lèvres bien dessinées, ce nez droit et simple. Comment dés lors ne pas se sentir différente ? Comment dés lors ne pas se dire qu'il y a eu une erreur, que tout est bien trop différent pour que ce soit possible. La beauté dont je faisais preuve n'a fait que me poser des soucis, n'a fait qu'accentuer la différence avec ma famille et constamment on me le rabâchais. Mais peut être n'est pas cela ou peut être n'est ce pas que cela.

Peut être est-ce à cause de mon caractère.
Ce caractère qui a bien changé avec les ans. Cette petite fille qui à l'âge de huit ans a laissé place à une fillette froide et distante. Je sais que mon caractère est compliqué, je ne peux qu'être d'accord avec ceux qui m'approchent. Je ne suis pas quelqu'un de facile, je ne me confie jamais aux gens, je ne me lie jamais avec les autres. Pourquoi ? Parce qu'il s'en vont tout le temps. Il partent sans rien dire et vous laisse en plan derrière eux. Comme un vieil objet pourris qui ne mérite pas d'attention. Pourquoi donner de l'attention à une personne qui de toute façon finira par vous mépriser parce que vous êtes différent ? Ce caractère, je l'ai forgé, dans la douleur, dans les pleurs, dans la souffrance. Cette carapace que je me suis formée au fil du temps, au fil des mois pour endurer les pertes, pour ne plus souffrir, pensez vous réellement que je la briserais ? Et puis cette absence d'amour, qu'il soit maternelle ou tout autre. Je ne suis pas quelqu'un de doué sentimentalement parlant et si je suis quelqu'un de calme, posée, passionnée et aimant son métier, on ne me juge que sur l'extérieur que je montre, c'est à dire pas grand chose si ce n'est parfois ma grande faculté à laisser les lois et règles de côté pour arriver à mes fins. Personne ne cherche réellement à savoir parce que personne n'est réellement motivé. Et puis ce petit soucis technique, cette absence de goût. Je pourrais vous le sentir, mais je serais dés lors incapable de vous en dire le goût. Ce caractère qui me rend si différente de ceux qui m'avaient entourés. Mais peut être n'est-ce pas ça non plus.

Peut être est-ce à cause de mon histoire.
Cette histoire qui aurait pu ressembler à tant d'autre. Une naissance dans un environnement familiale noble, propice à la dépense, à l'opulence. Cette enfance que tout le monde m'enviait. Comme si je possédais tout ce que j'avais. Oh de l'extérieur tout semblait tellement idyllique, seulement de l'intérieur tout était différent. Ces journées a rester enfermé dans ma chambre parce qu'il n'était pas question que je sorte. Ces journées à rester à regarder les livres, à tenter de construire quelque chose. Ces journées de détresse ou je voyais mes frères et sœur s'amuser dehors tandis qu'on me confinait. Ces journées où je me réveillais de terreur et où on me coupait les cheveux le plus court possible pour ne pas qu'on puisse se rendre compte de leur couleur. Seulement qui aurait pu le voir alors que je ne sortais pas. Mes parents prétextant une maladie particulière qui m'empêchait de sortir.

Finalement en y repensant j'ai été libéré ce jour là. Le jour où tout a changé. Ce jour dont je n'ai plus aucun souvenir. Je me suis réveillée peu après mon anniversaire dans une chambre qui m'était totalement étrangère. Ne sachant même pas comment j'étais arrivée là, ni ce qu'il s'était passé. Et cette douleur qui commença dans  le milieu de mon côté et qui descendait sur ma cuisse. Cette blessure qui sortait de nulle part et qui marquait un point dans ma vie. Une sorte de renouveau. J'ai commencé à réellement vivre ce jour là. Lorsqu'un homme est venu me voir pour me dire qu'il allait prendre soin de moi. Que tout était terminé, que mes parents étaient partit en m'abandonnant là. J'avais huit ans et je ne comprenais rien, mais dans mon fort intérieur, je remerciais cet homme qui finalement changeait ma vie et de bien des manières. Je m'en souviens encore.

Oui, je me souviens de ma première sortie. Ce soleil qui venait lécher mon visage derrière mes fenêtres, je le sentais maintenant. Cette eau bleue qui coulait de la rivière, je pouvais enfin l'atteindre et me rendre compte qu'elle était froide par endroit et à d'autre endroit chaude. Qu'elle était aussi pourvue de plusieurs types de poissons qui passaient par-ci par-là. Et puis cette herbe qui était si verte et dans laquelle je pouvais me coucher. Je me sentais enfin quelqu'un, enfin une jeune fille, enfin vivante. Mais tout cela n'était qu'un commencement. L'homme qui m'avait prise sous son aile était un assassin de l'armée. Il a alors décidé de me donner une éducation décente. En plus des livres et des exercices pour m'apprendre tout ce que je devais savoir, tout ce que je n'avais pas appris outre la lecture et l'écriture, il a décidé de m'apprendre à me battre. D'utiliser mes facultés d'elfe. Et je dois avouer que le combat j'apprécie énormément. Tant et si bien qu'il a finalement demandé une arme spéciale pour moi. Une arme qui complète toujours mon physique. Cette chaîne au bout de laquelle deux lames en forme de plumes tranchantes sur les deux bords se tiennent. Une arme de distance et de corps à corps. Il m'a aussi appris à créer des poisons, somnifères et tout un tas d'autre potions a poser sur des aiguilles. Ces aiguilles qui sont cachées dans un bracelet que je porte constamment. Il m'a aussi apprit tout autre sorte de combat, mais je dois avoué que les deux précédents sont mes préférés.

Mais il n'y a pas que cela. Lorsque je lui ai expliqué la nature de mon don, ce pouvoir que je ne maîtrisais pas réellement. Il m'a apprit à me l'approprier, il m'a apprit à l'utiliser de manière intelligente. Et puis quand est arrivée cette faculté à manipuler l'énergie dégagée par ces sentiments, il m'a aidé comme personne auparavant ne m'avait jamais aidé. Je lui dois ce que je suis aujourd'hui. Je lui dois ma vie, ma fortune, mes capacités. Il est tout ce que j'ai de plus cher et même si je suis quelqu'un de spécial niveau caractère, même si je ne sais pas comment lui dire, je l'aime comme un véritable père. J'ai ouvert mon cabinet de détective privée il y a peu de temps et je dois avouer que la clientèle est assez diverses et variées. Il ne me manque pas grand chose si ce n'est une vie sociale, un prétendant peut être.
Voilà ce en quoi je me sentais différentes. Voilà mon histoire et vous ? Quel est donc la votre ?


« ce qu'il faut savoir sur moi »
les petits détails font toute la différence

Possédez-vous un familier ou une monture ? Un waloopi.Vous vous demandez ce que s'est hein ? Le waloopi est un petit animal, très petit en vérité. Il tient dans la paume de la main et est très rapide pour sa petite taille. Il a aussi une très longue queue qu'il se sert comme d'un lasso. Eîleen l'a découvert dans sa maison un matin. La petite boule de poils était collé dans une couverture comme s'il avait froid. Depuis elle ne va nulle part sans lui. Il enroule généralement sa queue autour du cou de la jeune fille comme un collier, ainsi il est certains de ne pas tomber. Il se nomme Koonie.
Waloopi:
 

Quelle est votre situation actuelle ? Eileen a plusieurs buts en vérité. D'une savoir ce qui est arrivé à ses parents d'origine. De deux savoir si elle est réellement leur fille. De trois savoir d'où provient cette blessure et donc chercher a retrouver sa mémoire de ce jour là. Et ensuite ? Et bien elle veut aider les autres, pouvoir leur montrer que quoi qu'il arrive, rien n'est jamais écrit et qu'une personne peut tout chamboulé pour finalement découvrir la vérité.

Quelle est votre position par rapport à la religion ? Comme tous les elfes, elle vénèrent l'arbre monde. Cependant elle n'est pas croyante, pas avec ce qui lui est arrivée. Aussi la religion elle laisse cela pour les prêtres et autres qui veulent s'y adonner.

Que pensez-vous de l'exploration des Contrées Sauvages ? Explorer ? Elle aime ça. Apprendre, découvrir, comprendre c'est tout ce qu'elle aime. Donc les contrées sauvages à explorer. Bien sûr, elle sera de la partie.

Quel est votre rapport vis-à-vis des dragons ? Eileen n'a pas peur des dragons. Elle aimerait d'ailleurs un jour pouvoir en avoir un, comme un ami. Un dragon avec qui elle pourrait partager une complicité comme celle qu'elle possède avec le petit Koonie.

Admin• gérants du forum
avatar
Kajika Machk
Admin• gérants du forum

Messages : 396

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité: Libre
MessageSujet: Re: Souffrir pour vivre [Terminé]   Lun 2 Déc - 18:14

Bienvenue encore une fois :D
Excellent personnage ! Koonie est trop chou. ♥

Je n'ai rien à y redire, je te valide donc avec plaisir. Puisses-tu bien t'amuser parmi nous smile

Bienvenue sur Elden !

Félicitation, ton personnage a été validé. Nous te redirigeons d'ores et déjà vers les Journeaux de Bord obligatoires, ainsi que vers les demandes de RP. Nous espérons que tu te plairas sur Elden.
Have fun !

message de moderation

_________________
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Souffrir pour vivre [Terminé]   Lun 2 Déc - 18:46

Merci beaucoup c'est un plaisir ^^

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Souffrir pour vivre [Terminé]   

 

Souffrir pour vivre [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Trop juste pour vivre moyennement
» Chantal Pary - Pour vivre ensemble - Parole en bas par gigi
» Vivre simplement pour vivre mieux
» Dix propositions pour vivre en paix
» Budget pour vivre a Dublin avec 3 petits enfants?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elden :: Fiches prenant la poussière-