Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Have you ever had a dream come true ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Have you ever had a dream come true ?   Dim 8 Déc - 23:40


Ismail Havre
24 ans  - humaine - Vagabonde, éclaireuse de caravane. - voyageur et rôdeur

Ismail, elle est née avec un bâton dans les mains. Enfin, pas réellement née, mais très tôt, vous voyez ce que je veux dire ? En fait, son pouvoir c’est de faire apparaître une lance. Magie de l’arsenal, assez limitée puisque elle ne peut faire apparaître qu’une lance. Toujours la même, une lance finement ciselée, qui a grandi avec elle, passant de la taille d’un javelot jusqu’à devenir une véritable arme d’hast ouvragée, frôlant les deux mètres. Maintenant, elle apparaît à son appel presque instantanément, dans une douce lumière, mais dans les premiers temps, ou quand elle ne se concentre pas assez, l’arme se matérialise dans un endroit aléatoire autour d’elle, dans les dix minutes. Autant dire que si elle en a besoin, dix minutes, c’est long. Moins que l’éternité, tout de même.

Elle s’est entraînée assez dure à la manier, et maîtrise aussi quelque peu l’épée longue. Pour quelqu’un d’assez fin, elle est plutôt musclée et forte, suffisamment pour vivre seule sur les routes. A force de vagabondage, elle sait ce qui peut se manger ou non dans la nature, connaît les bases de la vie en solitaire. Elle sait poser des collets pour attraper des petits animaux, mais ne sait pas tirer à l’arc et s’est toujours refuser de s’y essayer. C’est une grimpeuse émérite, puisqu’il n’existe rien de mieux qu’un arbre pour passer une nuit à la belle étoile.
Elle possède aussi une armure de plaque souple, pas faite de l’acier le plus résistant, mais qui protège des égratignures et laisse assez libre de mouvement. Sous l’armure, elle porte généralement un ersatz de tabard bleu sombre, une couleur qu’elle apprécie beaucoup. Et puisque sa lance est temporaire, elle s’est achetée une épée bâtarde à la lame effilée et au long pommeau pour permettre l’usage de ses deux mains.

Je m'en vais vous conter une histoire..
Les chevaliers, avant de grandir, ça commence en étant petit.

On va commencer par ce qu’est Ismail, aujourd’hui, vous le voulez bien ?
Ismail, déjà, elle est blonde. Pas une longue chevelure blonde blé, non, des cheveux rêches, plutôt mal entretenu, mais avec un certain charme quand même. Ces cheveux encadrent donc un visage assez fin, très expressif, aux traits mouvants. Au milieu de son visage, son nez, qu’elle n’apprécie pas trop, a une courbure assez rude, abrupte, signe qu’il a été cassé par le passé. Elle a des lèvres fines, souvent abimées à cause de sa tendance à se mordre la lèvre, et souvent figée dans une moue boudeuse, mais passant très rapidement au grand sourire. Ce qu’elle préfère, dans son visage, c’est ses yeux, deux petits yeux brillants couleur noisettes qui lui donne cet air rieur.
D’aspect général, Ismail est assez avenante. En plus de son visage agréable, elle a des courbes, peut être pas les plus marquées, mais qui restent appréciables pour le commun des mortels, un corps athlétique et une peau légèrement hâlée due à ses vagabondages. Dans son dos, en signe distinctif par forcément aisé à repérer, elle porte des fines cicatrices qui lui viennent de son enfance. Elles ne sont pas très grande, mais on peut les voir, fines zébrures blanches qui rompent la monotonie de son dos.


Ismail est donc une jeune femme de vingt quatre ans, forte et indépendante. Ca va faire dix ans qu’elle a quitté le domicile familial. Dix ans, ça fait long, mais elle n’a pas été sur la route aussi longtemps. En fait, elle traîne sur les routes depuis cinq ans. Alors, c’est pas qu’elle est asociale, au contraire, c’est juste qu’elle a tendance à se méfier, à sombrer dans la paranoïa quand elle arrive dans un nouveau coin ou qu’elle rencontre quelqu’un. C’est autant de la crainte que le manque de confiance qu’elle a envers elle. Que lui arriverait-il si elle n’était pas de taille à se défendre contre ce guerrier en armure qui lui souriait sur la table d’à coté à la taverne ? Alors elle semble renfermée, alors elle rabat la capuche de sa cape quand elle erre dans les rues. Elle a un petit mouvement de recul quand vous la saluez, mais elle le rend vite.
Parcequ’Ismail, elle a besoin de parler, d’écouter, de partager. Il faut qu’on lui donne son pain d’attention qui lui permet de tenir la solitude de ses déambulations.
C’est dans ses mêmes déambulations qu’elle bâtit ses rêves de gloire.
Elle en rêve depuis petite, Ismail, de devenir célèbre, une chevalière reconnue. Elle veut dompter un dragon, entendre les hourras voler après la bataille. Ismail, elle a vingt quatre ans, mais elle a gardé ses rêves d’enfants et sa naïveté. Elle n’a pas compris que pour être un soldat, il fallait écouter la discipline, et que la discipline venait du respect et non pas de l’autorité. Elle a toujours du mal quand on lui donne des ordres. Alors elle traîne toujours sans grand but, incapable de devenir mercenaire, mais remplissant les tristes missions d’éclaireuse de caravane avec un cheval loué.
Elle n’a pas compris non plus que temps qu’elle refusera de tuer quelqu’un, elle ne sera pas un soldat ni même une graine de soldat. Elle n’a pas pu imaginer que si elle n’avait pas été prise en temps qu’écuyère, ce n’est pas parcequ’elle a été discriminée, mais juste parcequ’aucun chevalier n’en cherchait.
Ismail, elle se cherche encore beaucoup. Elle croît s’être trouvée, mais je n’en suis pas si sûr.


Vous voulez son histoire, maintenant ?
Ismail, comme pas mal de gens, est née de l’amour de deux parents. Non, j’ai menti. Elle a été un accident et a précipité l’union de deux personnes qui n’avaient pas tant que ça en commun. Père Havre est bûcheron, même s’il a la réputation de scier plus de bois en dormant qu’en travaillant. N’enlevons quand même pas à son mérite le fait qu’il soit resté après la naissance de sa fille. Parcequ’en plus, c’était une fille, qui ne pourrait pas partir travailler pour aider à mettre un peu de viande dans le ragoût. Mère Havre, elle, elle était fille de ferme. Alors les deux sont partis vivre dans la cabane de bûcheron du Père, et y vécurent paisiblement les premières années d’Ismail.

Ismail grandissait bien, elle promettait de devenir une belle jeune fille, elle s’épanouissait pleinement de sa vie dans le sous bois. Et puis, un jour, Mère l’a surprise à jouer avec un bâton bizarre à la pointe effilée. Mère, elle, son pouvoir, c’est l’animisme de base, qui lui fait parler toute seule avec sa marmite quand elle fait la popote. Alors il ne lui vient pas à l’idée qu’Ismail a pu faire apparaître le bout de bois. Alors, elle appelle Père, qui explique avec du bois tendre pourquoi c’est mal de voler. Et qui va au village, rendre le javelot au voyageur qui l’a perdu. Quel ne fut pas sa déception de le voir disparaître alors qui arrivait au milieu des gens. Mais lui, Père Havre, il fait apparaître sa hache, c’est pour ça qu’il est devenu bûcheron. Alors il comprend. Alors une autre volée de bois tendre enseigne à la petite Ismail qu’on ne doit pas jouer avec les armes, que c’est des choses dangereuses. Ismail, elle ne comprend pas tout, elle hoche la tête, elle a un peu mal, beaucoup même. Ismail, elle n’utilisera plus son pouvoir avant un moment.

Le temps passe, et Ismail reprend un peu confiance en elle. Elle commence à essayer de le maîtriser, son pouvoir, à taper des troncs.  Elle a dix ans, et elle sait déjà qu’elle ne veut pas devenir bûcheronne, mais plutôt chevalière. Elle rêve des dragons que Père lui raconte le soir, des Dévoreurs de Monde. Si on l’a mise au monde avec le pouvoir de faire apparaître une arme, c’est bien pour devenir un soldat, non ? Elle en fait part à Père, et Père lui explique gentiment d’une caresse de bois vert que si son patronyme est Havre, c’est qu’il a choisi de déserter l’armée et qu’il refusera que sa fille choisisse cette voie honnie.
Alors Ismail elle veut partir, un jour elle va voir la caserne du coin et demande à devenir page. On lui répond bien tristement qu’elle est trop vieille, et que de toutes façons, personne ne recrute une jeune fille comme ça. La compréhension de la gamine s’arrêta à “Jeune fille”. Elle repartit tête basse, la déception se mélant à l’inquiétude des parents quand elle rentra.

Les années se succédèrent, et Ismail commença à aider Père à rentrer le bois. Dans ses courts temps libres, elle continuait d’essayer de dompter son pouvoir. La situation devient insupportable à ses treize ans, où la jeune fille pleine d’espoir et de rêves commence à étouffer au sein de la cabane familiale. La situation se dégrade entre Père et Mère, les deux n’étant visiblement pas fait pour vivre ensemble aussi longtemps.
La tension de Père se ressent à travers les petites cicatrices qui naîtront sur le dos de l’adolescente quand elle fend mal le bois ou n’abat pas son travail assez vite. Alors, un jour, elle fait son baluchon et elle part. Elle n’a pas grand chose, un quignon de pain et quelques pièces, suffisamment pour s’éloigner un peu du sous bois et demander asile dans une taverne au bord du chemin, où elle trouvera un travail de serveuse.

Commence alors une longue et harassante partie de sa vie, passée à éviter les mains des soulards, à déposer de lourdes chopes de bière toute la nuit durant, à économiser la moindre pièce de pourboire qui servira à acheter le cheval nécessaire à devenir chevalière. Peut être que sa vie aurait pu continuer ainsi, dans cette sombre et sorbide auberge, si elle n’avait pas eu un forgeron dédié.
Appelé Hodge, Ismail se lia très vite d’amitié avec le joyeux vieil homme, qui devient rapidement son confident. Quelque chose dans son regard gris lui inspirai la confiance, et lui se plaisait à revoir un peu d’énergie dans sa vie. Il avait voyagé avec une troupe de mercenaire, par le passé, avant de devenir forgeron-maréchal ferrant-maître d’écurie dans la gargote où tous deux travaillaient.
Contrairement à Père Havre, il ne prit pas la mouche en entendant la jeune fille parler de devenir soldate, et, même s’il ne l’encourageait pas, il l'aidât. Il lui prêta une épée d’entrainement, lourde et émoussé, et lui reserva un des mannequins dédiés à déposer les armures des passants. L’entraînement se déroulait trois fois par semaine, dans l’heure creuse de l’après midi, d’où Ismail sortait exténuée mais heureuse. Elle apprit des choses sur le combat, mais aussi sur le voyage, sur les routes et chemin. La taverne était toujours bruyante et sombre, mais la jeune fille y avait pris ses habitudes.

Mais on la connait, Ismail. Il ne lui faut pas longtemps pour étouffer. L'évenement déclencheur a été, un soir, l'évocation de Seratine Meldoval, de la noblesse, déjà chevalière et sûrement bientôt chevalière dragon. Cette histoire a rallumé dans les yeux d'Ismail les flammes du rêve. Elle en fit son idole, son équivalent révé. Après six ans de bons et loyaux services rendues à la taverne, il était temps d'aller voir comment allait le monde. Elle empoigne son baluchon, et puisqu’elle s’est rendue compte que jamais sa paye misérable ne suffira pour un cheval, elle demande un dernier service à son ami, qui lui répare la lame d’entraînement, devenue si chère aux yeux d’Ismail. Ce n’est pas la plus belle, mais elle a une valeur aux yeux de la jeune fille.
Depuis, Ismail a écumé quelques coins près de chez elle. Ce n’est que récemment qu’elle a vraiment pris le large, désireuse de découvrir de nouvelles choses et de se faire repérer pour devenir chevalière, mais toujours incapable de lire une carte, ce qui allonge les temps de trajet. Depuis, elle a vu Lamara, du moins les murailles puisque jamais la cité n’accueillera une quasi-va-nu-pieds, et se dirige à présent vers Aratos, le coeur léger et toujours plein d’espoir.

Plus, plus, un petit plus
les petits détails font toute la différence

Possédez-vous un familier ou une monture ?Bien sûr, fréquemment elle selle son dragon roi et s’offre une ballade au dessus des cieux..
Non. En vérité, elle en rêve. Mais pour l’instant, elle n’a même pas de quoi entretenir, ni même se payer un cheval.. A peine de quoi manger et réviser son équipement au fil de ses pérégrinations.
Quelle est votre situation actuelle ? Ismail, il a fallu qu’elle bouge. Parcequ’elle rêve de devenir un chevalier, qu’elle rêve d’avoir sa place dans l’armée. Mais elle a aussi un problème avec l’autorité. Alors elle veut devenir célèbre, elle voyage pour asseoir sa renommée. Et répandre la bonne parole féministe, aussi. Socialement, elle vagabonde, donc elle n’a pas de statut particulier. Certains forgerons ou prêteurs sur gages la recherchent de temps en temps, quand elle en arnaque un en lui vendant sa lance, mais rien de grave ou suffisant pour permettre un véritable avis de recherche. Pour l’instant.

Quelle est votre position par rapport à la religion ? Ismail, elle a jamais d'éducation religieuse. Alors, bien sûr, elle connaît le panthéon humain et le vénère, tout particulièrement Terasmir, le grand chemin, auquel elle adresse de nombreuses prières. Mais elle prie à sa façon, ne respecte que peu de fois les rites, et en viendrait sûrement à se faire lyncher si elle rencontrait un prêtre.
Que pensez-vous de l'exploration des Contrées Sauvages ? Elle est pour. A deux cents pour cent. L’aventure, le défi, la découverte. Voilà ce qu’il lui faut pour s’assurer la renommée nécessaire. Un jour, elle ira. Quand elle sera plus sûre d’elle.
Quel est votre rapport vis-à-vis des dragons ? Les dragons. Ces créatures nobles et merveilleuses. Ismail rêve d’en rencontrer un. Elle ne veut pas le dompter. Elle veut juste.. Les écouter. Petite, son père lui racontait des histoires sur les dragons qui peuplaient jadis le monde. Ces mythes, tout particulièrement celui des Dévoreurs de Mondes, ravissent la jeune fille, et elle aimerai connaître la version de ses titans écailleux.

Admin• gérants du forum
avatar
Kajika Machk
Admin• gérants du forum

Messages : 396

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité: Libre
MessageSujet: Re: Have you ever had a dream come true ?   Lun 9 Déc - 8:49

Bienvenue, encore une fois ! squint
J'aime beaucoup ton personnage, qui est très prometteur.
Au plaisir d'éventuellement te rencontrer en RP. *w*

Bienvenue sur Elden !

Félicitation, ton personnage a été validé. Nous te redirigeons d'ores et déjà vers les Journeaux de Bord obligatoires, ainsi que vers les demandes de RP. Nous espérons que tu te plairas sur Elden.
Have fun !

message de moderation

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
 

Have you ever had a dream come true ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Hot Toys True Type
» ... "if you can dream it you can do it"
» Quelqu'un à t 'il des Pop in dream V3 ?
» AIO dream eze qui en utilise?
» Dream Cream
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elden :: Fiches prenant la poussière-