Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La rencontre d'un Dragnis et d'un Hybride !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Hybride
avatar

Messages : 62

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité:
MessageSujet: La rencontre d'un Dragnis et d'un Hybride !   Ven 13 Déc - 22:42

Aratos, une ville commerçante qui est idéal pour recueillir différentes rumeurs. Et me voilà seul en train de marcher dans ses ruelles sinistres et étroites. Elles étaient d'autant plus sombre que c'était la nuit et qu'il pleuvait de façon abondante. Et d'ailleurs cela m’avantageais énormément. Je pouvais par conséquent sans problème et sans être suspect me cacher avec un long manteau noir.

Au bout de quelque temps de marches j'atteignis enfin l'auberge du maraudeur. J'entrais alors et je pus constater que l'auberge tenait bien sa réputation. C'était silencieux comme pas possible, pas un seul bruit. La déprime y régnait. D'un coté cela n'était pas étonnant. Dans cette taverne il n'y avait rien de très joyeux. Les murs étaient gris, les tables et les chaises étaient usés et vieux comme tout. Mais bon cela n'était pas un soucis majeur. J'étais ici pour récolter des informations de façon discrète et cet endroit était le lieu idéal.

De loin je vis à la table mon informateur, Amon. Amon était un grand ami pour moi. Une fois dans Eldoria, alors que j'étais gravement blessé et que je risquais de mourir il vint m'aider et me sauva la vie. C'est un homme d'une grande bonté qui risque sans cesse sa vie. En effet, il fait partis d'une association pour aider les enfants en difficultés dont les hybrides. Après s'il est mon informateur, c'est que cet homme est-ce que je qualifierai d'observateur. Il est très intelligent et à l’affût du moindre changements dans le monde. Il sait voir le danger venir. Et il sait que tôt ou tard il devra sortir de son rôle d'observateur. Bref, je partis du coup à sa table.

"Salut, mon ami ! J'espère que ce point de rendez-vous te conviens ?

-Ha, te voilà enfin ! Oui ne t'inquiètes pas pour cela et dis moi plutôt la raison qui t'amène à me voir ?

-L'un des miens est mort ! Henrik Snorri pour être plus précis. Je veux savoir pourquoi ?

-Henrik Snorri ? Hum... je vois qui c'est, mais je n'ai aucun indice sur qui pourrait être le coupable. Mais ne t'inquiètes pas, je resterai à l'affût de ce qui se passe et je te ferai signe dès que j'aurai une information concrète.

-Merci, je te revaudrai ça ! Tu as ma parole !

-A ce propos. Celui qui est responsable de sa mort peut être une personne de haut placé. Ton ordre est une menace pour beaucoup de gens.

-Je le sais très bien tout ça.

-La guerre est donc imminente n'es ce-pas ? J'ai bien peur que cette histoire est bien plus important que tu le crois.

-Oui, la guerre est une éventualité et nous nous préparons. Notre ordre n'a que pour but de créer un meilleurs monde. J'aimerai tellement que tu le rejoignes.

-Kryknor, toi et Aedan vous êtes des gens bien mais est-ce le cas pour tout le monde ? Et Aedan qui ne cherche que la lumière ne fera-t-il pas que le contraire ?  Quand je regarde votre ordre je ne vois que la lumière et l'ombre se mélanger l'une à l'autre. La grande question est au final qui gagnera ?  

-Ne t'en fais je ferai tout pour que la lumière l'emporte, sur cela au revoir et merci pour tout.

-A plus mon ami"

Je voulus du coup repartis, puis je m'arrêtai soudainement. Je vis une personne assise à l'une des tables ayant des yeux doré. Elle attirait toute mon attention. Si c'était bien ce que je pensais alors peut être qu'elle aurait des informations pour moi. Je partis donc m'asseoir auprès d'elle et je lui dis de façon direct en chuchotant :

"Vous êtes une dragnis n'es-ce pas ? "
Voir le profil de l'utilisateur

Dragnis
avatar

Messages : 55

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité:
MessageSujet: Re: La rencontre d'un Dragnis et d'un Hybride !   Sam 14 Déc - 19:22

La gueule s'ouvrait lentement. Dans la brume tourbillonnante, le corps écailleux s'y lovait dans une terrifiante lenteur. Une lenteur qui rappelait la puissance, et l'énormité de la Bête.  Les écailles ondulaient, et les muscles, oh oui, ils étaient très visibles, beaucoup trop, comment était-ce possible qu'ils le soient autant d'ailleurs ?

La gueule s'ouvrait, complètement. Et le petit oeil jeune sur le coin de la grosse tête roulait dans son orbite jusqu'à la fixer et la transpercer. Quelque chose d'assourdissant, et puis, plus rien. Seulement les planches de bois vermoulues qui servaient de plancher au premier étage.

De la poussière collait aux toiles d'araignées abandonnées qui pendouillaient lamentablement. Peut-être même, si l'on restait immobile assez longtemps, on pourrait voir s'y balader une souris, un rat.  Figée, et les yeux grands ouverts, Ojûn Matto Ta Waci fixait ce plafond de près. Elle n'était qu'immobilité, dans les vieilles toiles de jute trop rugueuses qui avaient servie à la couvrir pendant sa sieste.

Puis, un sursaut, et c'est comme si la demoiselle revenait au monde par le souffle d'un rêve évadé. Ses pupilles se dilataient légèrement, et un hoquet lui secouait subitement le corps. Dans sa surprise, elle roulait de son perchoir, tombait jusqu'à peut-être même s'en faire mal aux genoux. En reprenant ses esprits, elle soupirait et frottait ses yeux.

Ce cagibi était vraiment rempli d'inutilités. C'était d'ailleurs grâce à ça qu'elle avait réussi à y être acceptée comme dormeuse éphémère. En tant que Dragnis, elle n'avait pas réellement le besoin de dormir. Mais elle aimait plutôt ça, et comptait beaucoup sur le côté incognito pour ne pas trop se faire embêter. Valait mieux passer pour une simple et vulgaire vagabonde, plutôt qu'une vulgaire et vagabonde de Dragnis. Les gens posaient trop de questions, dès qu'ils savaient. Et malheur si ils avaient eu connaissance, même de manière vague, de leurs pouvoirs. Surtout les êtres humains. Ils étaient fascinés par leur avenir, leur propre mort, et c'était plutôt enquiquinant.

À force de se comporter comme ceux d'en bas, Ojûn trouvait qu'elle développait d'une manière un peu trop naturelle les symptômes qui s'y liaient, jusqu'à même avoir une profonde impression de réel. Comme de se sentir mal réveillée, d'avoir les yeux gonflés et encore fatigués. Alors qu'en réalité, normalement, tout allait bien. Une histoire de double tranchant à l'affaire, elle supposait.

Ojûn étirait donc son petit corps, baillait rapidement, parce que fallait pas non plus trop s'attarder là dessus. En même temps qu'elle rajustait les vêtements qu'elle portait, elle enfilait ceux qui avaient été mis à sécher, juste là sur le côté. Glissant rapidement ses pieds menus dans les grandes bottes encore froides, ce qui la faisait toujours frissonner de dégoût, elle roulait les toiles râpeuses pour les laisser sur le côté, avant de reprendre le reste de ses affaires et d'enfin sortir. Le tout, non sans accrobatie, parce que, il y avait vraiment beaucoup de choses entreposées ici. Et pas d'une manière des plus ordonnées.

La petite porte, qui en réalité n'en était pas une mais plus une planche de bois moisie mal clouée, avait été difficile à ouvrir, et Ojûn avait réussi à sortir de cet endroit trop poussérieux en y gagnant quelques égratignures, bien vite recouvertes de toutes petites écailles protectrices. Faut dire que, celui qui avait installé ça avait prévu un peu trop de clous et autres ferrailleries dotées de pointes.

En sortant de la petite pièce confinée, Ojûn avait l'impression de reprendre un souffle trop longtemps retenu : elle respirait à nouveau un air plus ou moins frais. Plus ou moins, parce que dans le petit couloir en pierre rôdaient déjà les vieilles odeurs de soupe et de viande des cuisines. Juste après le réveil, ça ne lui donnait qu'une envie : celle de vomir.

Ojûn n'allait pas s'attarder plus longtemps : il lui fallait vite un air encore plus frais. Mais une grosse poitrine suintante lui coupait soudainement le chemin. Une large dame l'empêchait de passer. Sa robe était vieille, portée depuis longtemps, sans relâche, tous les jours. Et c'était dégoûtant. Des tâches de graisses avaient laissés d'indélibiles traces sur la poitrine opulante, et de la sueur auréolait les dessous de bras. Retroussées jusqu'aux coudes, les manches étaient encore plus affreuses. Le tout se dotait d'une attitude déterminée qui s'enveloppait dans des airs faussement amicaux.  L'hypocrisie était encore plus puante que la vieille soupe de cette bonne femme.

"Chère Demoiselle, vous voilà sur le départ ! N'oubliez pas, nous avions convenu un petit quelque chose pour notre généreuse hospitalité !"

Le tout dans un grand sourire, qui au final, se résumait à l'unique dent dont elle était encore pourvue. Une large mâchoire que cette bonne femme. La petite taille de son crâne était renforcé par un chignon très tiré en arrière qu'elle faisait avec ses cheveux noirs et gras.

Ojûn soupirait. Vénale était cette race. Mais que pouvait-elle à cela ? Rien du tout. Oh, elle aurait bien voulu corriger cette bonne femme. Lui dire à qui elle parlait, user de ses tours pour l'effrayer. Ah, elle en mènerait pas large, la vilaine !

Mais ce n'était plus possible. Ca ne l'avait jamais été, par ailleurs.

Elle soupirait, et fouillait dans les larges poches. Elle craignait toujours y perdre les affaires cachées là, à cause des trous faits par les mites et les souris.
Mais finalement, la pièce avait bien voulu se rendre, résignée à être donnée dans les mains grassouillettes de la tenancière.

Cette fois, le sourire était plus que ravi.

"En vous r'merciant bien ma p'tite dame ! Et puis, oubliez pas d'aller vous restaurez par chez nous, j'vous ai gardé un coin !"

Ojûn lui adressait un petit signe de la main, avec un sourire bien trop petit pour être sincère, qui signifiait plutôt  un : oui, oui, super, vraiment, j'en déborde de joie tellement ça me fait plaisir, trop d'attention.

Avant d'aller à table, elle allait d'abord prendre une vraie bolée d'air. Et c'est comme ça qu'elle avait fini sur le perron du Maraudeur. C'était une taverne, pas une auberge, mais on lui avait gentiment fait un peu de place, dans un coin de placard. Parce que, ça brillait vachement quand même, cette jolie pièce dans sa main. La petite demoiselle aux longs cheveux voyageait selon les envies, et surtout les possibilités.

A Aratos, elle était arrivée tout naturellement via les nombreux services qui lui étaient demandé par les divers commerçants. Cette fois, le voyage avait duré toute la nuit, et celui qui l'engageait lui avait dit d'aller voir au Maraudeur pour se reposer, tout en donnant son nom auprès de la dame qui tenait les cuisines.  Et enfin, de l'attendre là, il reviendrait la chercher, elle et d'autres, pour la suite. Résultat, elle n'avait pu trouver de quoi être un peu isolée pour se reposer, qu'en sortant la monnaie. Ojûn ne s'était pas vraiment senti l'âme à rester toute une journée enfermée et entourée de crapuleux personnages, et puis, c'était bruyant ces créatures, c'était puant. Valait mieux être seule dans son coin.

Maintenant, elle respirait profondément l'humidité pluviale et la fraicheur du soir tombé.

Elle repensait à son rêve. Il n'était pas si étrange que ça pour elle que de rêver d'un gigantesque dragon. Par contre, le sentiment d'effroi qui la prenait, si. Elle s'en étonnait.
Profitant de l'espace et de la fraicheur, elle se recoiffait, nattant avec adresse ses longs cheveux à l'arrière de sa tête.

On la bousculait pour entrer, et comme elle était tirée de ses pensées, elle décidait de suivre les malappris. Le tout, en pensant avec sauvagerie à tout ce qu'elle aurait pu leur faire subir si elle avait encore ses miroirs. Les mains dans les poches, elle sentait dans l'une d'elle la petite langue fourchue de son bien-aimé Bélize. Ah, voilà qu'il était à présent éveillé !

La cuisinière la guidait, après l'avoir reconnu, d'un geste ample jusqu'à la petite table qui lui était destinée. Installée, Ojûn portait à son regard la tête verte du petit serpent, avant de le laisser se glisser jusqu'à sa nuque pour qu'il s'y enroule fermement.

Quel silence de mort dans cette taverne. Désabusée, et prenant son mal en patience pour qu'on vienne la chercher, elle passait le temps en observant ceux qui étaient là. L'un avait oublié de retirer son nez de son verre. Elle levait les yeux au ciel. Quelle pitié tout de même.

C'est donc pleine de condescendance qu'elle parcourait la salle de son regard hargneux. Elle arrêtait à peine celui-ci sur les deux rigolos qui se croyaient discrets, avec leurs voix basses.

Elle souriait, amusée.

Mais ne s'attendait pas à ce que l'un d'eux, une fois la conversation terminée et l'autre partie, vienne s'attabler à ses côtés.
Dans un réflexe de surprise, elle se reculait, et le détaillait avec rapidité, avec un air presque choqué.  

Elle levait alors les sourcils, offusquée.

"Chuchote un peu plus fort, je crois que là bas, on ne t'entend pas."

Elle s'écartait de lui. Elle avait une définition précise de ce qu'était son espace vital personnel quand il s'agissait de physique. Surtout quand il s'agissait d'un inconnu.
Ojûn ne savait pas comment celui-là avait deviné, peut-être par chance, qui elle était. En soi, ce n'était pas grave. Mais ça finissait toujours mal. Il fallait toujours qu'il y ai un rigolo pour demander de voir l'avenir, quelque chose dans ces goûts là. Et, elle pouvait juste, pas. Pour moult raisons. Une histoire de pouvoirs affaiblis, de code, toutes ces choses qui dépassaient les ignorants comme ce grand benêt devant elle.

"Et toi, t'es quoi, élevé chez les cochons ? On t'as jamais appris à pas agresser les gens avec ce genre de question complètement sotte ?"

A une question à laquelle on ne voulait pas répondre, on y ajoutait une autre question. Elle trouvait que jusque là, la technique avait fonctionné. Elle espérait qu'ici, ce serait le cas. En plus, il lui voulait quoi, le grand bourricot ?
Ojûn priait pour que son ton agressif soit rébarbatif et fasse rebrousser chemin à la l'affreux qui se tenait près d'elle.

"T'es de chez Manzuo ? Ou tu viens du cirque aux affreux, avec ton masque ?"

On ne savait jamais. Si ça se trouve, c'était lui qu'envoyait le gros marchand aux idées pas nettes pour venir la chercher et reprendre la route. Elle avait de sérieux doutes, tout de même.

_________________

Miroirs du passé Les Écritures

Le son de sa voix est #993333

Voir le profil de l'utilisateur

Hybride
avatar

Messages : 62

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité:
MessageSujet: Re: La rencontre d'un Dragnis et d'un Hybride !   Dim 22 Déc - 21:21

Après ma réponse je la vis surprise. Elle était tellement étonné qu'elle s'écartait même de moi. Ce qui n'était d'ailleurs pas surprenant. En effet, n'importe qui aurait été choqué qu'un inconnu vienne comme ça l'accoster si brusquement. J'aurai certainement dût faire preuve de plus de tact. Dommage ceci ne soit pas mon fort ... Enfin bon , rien n'empêchait de dire tout de même un bonjour. Je voulais donc me rattraper, mais elle commençait alors par dire :

"Chuchote un peu plus fort, je crois que là bas, on ne t'entend pas."

Houlà, apparemment je l'avais énervé. Ce n'était pas bon signe. Moi qui voulais être discret, et bien c'était raté. Maintenant les gens nous fixaient de part et d'autres. Du coup, j'essayais autant que possible de cacher mon masque. En effet j'avais pris soin d'éviter les endroits peuplé ayant sur ma tête  une forte prime. Par conséquent, avec les affiches qui circulaient, il suffisait que quelqu'un ne voit rien qu'une fois mon masque pour que la garde soit appelé.

"Et toi, t'es quoi, élevé chez les cochons ? On t'as jamais appris à pas agresser les gens avec ce genre de question complètement sotte ?"

Zut !!! Elle continuait d'attirer l'attention celle là ! Et voilà qu'en plus, il y'en avait un dans le coin de la taverne qui avait la main sur son couteau. Les autres je les vis sur leurs gardes. Il allait donc falloir combattre. D'autant plus que ces personnes sont pour la plupart pauvres et ils feraient en conséquence tout pour sortir de cette misère.

"T'es de chez Manzuo ? Ou tu viens du cirque aux affreux, avec ton masque ?"

Cette fille n'avait donc pas remarqué la situation. Puis elle utilisait un stratège que je connaissais très bien. Celle de poser des questions pour détourner du sujet principal. Un gars de mon ordre est spécialisé dans la manipulation, je connais donc très bien certains petits manèges. Et donc je pouvais en conclure qu'elle bel et bien une Dragnis.

Bref, je répondis alors à cette dragnis:

" Pour une Dragnis dont normalement ne doit surtout pas interférer avec nous les mortels, c'est plutôt bien louper. Mais peut-être et je le souhaite êtes vous différente de tout ces Dragnis indifférents."

J'eus à peine le temps de finir qu'un des gars sur la taverne commença à me dire :

" C'est toi le singe ninja !!! Haha quellle chance j'aurai ta prime avec moi. Et en plus tu es seul sans armes.  

-[Sifflement]. Vous avez fait une erreur. Je ne suis pas seul, au contraire. Et il arrive avec mon arme !! Tikky arrive ! "
Voir le profil de l'utilisateur

Dragnis
avatar

Messages : 55

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité:
MessageSujet: Re: La rencontre d'un Dragnis et d'un Hybride !   Dim 19 Jan - 10:56

Ojûn soupirait. Elle soupirait aux propos de l'inconnu, qui décidément s'acharnait, ce qui l'agaçait. Encore un imbécile.
Elle aurait voulu répondre quelque chose à ces dires. Peut-être le convaincre du contraire de ce qu'il pensait.

"Je vous le répète, vous êtes stupide de croire que je sois une-..."

Mais, les ennuis trouvaient toujours le moyen de s'accoupler pour en faire d'autres, parfois bien plus gros qu'eux. Donc non seulement, elle était coincée dans cette sinistre taverne, d'ailleurs elle allait vite y remédier, mais en plus de celui qui la collait, voilà qu'il n'était pas en relation amicale avec les nouveaux venus.
Et elle n'aimait vraiment pas les bagarres. Et de toute façon, la demoiselle ne désirait se mêler de rien, et vite fuir l'endroit. Une prime hein ? Donc en plus d'être un borné, c'était possiblement un criminel. Enfin, quelqu'un de recherché avec des gens avec peu de bonnes intentions.

Hors de question d'être entrainée dans ces histoires, surtout juste parce qu'il croyait à des choses qu'il ne devait certainement pas croire. Elle était surprise par la réaction de l'homme à ses côtés. Incantait-il quelque chose ? Un magicien ? Soupirs exaspérés. Il fallait qu'elle se tire de là. Sans réellement le faire. Ou alors tant pis, elle ferait faux-bond à Manzuo. Valait mieux ça que de se retrouver embarquée dans une histoire de conflits.

D'un geste discret, de toute manière vu sa petite taille ce n'était rien de spectaculaire, elle se redressait, droite et le menton levé.

"Je vous laisse à vos affaires, amusez-vous bien."

Ojûn n'avait pas réellement d'alliés dans la salle, et se déplaçait donc juste un peu plus loin, dans l'espoir qu'on ne vienne plus l'enquiquiner. De toute manière, si ils déclenchaient bagarre, ils seraient jetés en dehors de la taverne. C'est donc accoudée à une table voisine, qu'elle fixait la scène de son regard brillant. Elle se demandait ce qu'elle pourrait bien faire si l'homme commençait à en lui en vouloir aussi, sous prétexte que le "singe ninja", comme on l'appelait, lui avait adressé la parole. Peu importe, elle sortirait vite si il le fallait. Au loin, la grosse femme lorgnait la petite Dragnis avec un oeil avisé.  Ojûn supposait qu'elle avait dû en baver, pour arriver à se faire respecter. Et elle était d'avis que la tavernière n'appréciait guère les histoires compliqués de ceux qui passent les journées à traquer les autres en faisant fortune de la vie des autres. La Dragnis regardait donc la grosse dame étaler la crasse plus que de la nettoyer sur une chope, qu'elle s'empressait de remplir avec brutalité. D'un mouvement ample et imposant, elle s'était rapproché de celui qui s'était adressé au singe, avant d'y poser dans un bruit sourd, la chope bien pleine. Pour que ici, l'on comprenne bien qu'on tolérait pas les ennuis. Cela, peut-être, calmerait celui qui se croyait bientôt riche. Ce qui se passait dehors était égal, mais ici, personne ne se battait, voilà ce que, dans sa posture, voulait signifier la grosse dame, qui jetait un regard sombre et autoritaire au singe pour lui signifier de rester assis et bien sage.

_________________

Miroirs du passé Les Écritures

Le son de sa voix est #993333

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La rencontre d'un Dragnis et d'un Hybride !   

 

La rencontre d'un Dragnis et d'un Hybride !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elden :: Rps terminés et abandonnés-