Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Ciel est Bleu et l'Eau Rouge [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Le Ciel est Bleu et l'Eau Rouge [PV]   Lun 16 Déc - 12:11


Le Ciel est Bleu et l'Eau Rouge
Flashback • -2 ans • Adma • Chemins en direction d'Eldoria

Belle journée aujourd'hui, non? Vous ne trouvez pas? Regardez ce magnifique ciel bleuté, ces petites créatures qui chantonnes. Pour le maître de notre héros de ce jour, cette beauté était inaccessible, comment voir quand on ne peut toucher que du noir? Le bruit de sabot était simple, lent, paisible, calme, Almen gardait sa plus douce allure, il ne voulait pas se presser, il n'avait aucune envie d'arriver. Après que son maître soit devenu un adulte, Almen et lui ont quittés le nid familial. Son maître, Theophane, avait toujours été passionné de la nature, ainsi avait-il décidé de partir pour étudier celle-ci.

Theophane n'était pas du tout comme son père, sauf sur le point de la tolérance aux esclaves. Même si Theophane vit dans un monde où les esclaves n'ont aucun droit, il les respect et leur accord des droits qu'aucun autre maîtres ne pourrait accorder. Au fond, Theophane rêvait d'un monde où les gens comprendrait son point de vu, où celui que les hybrides sont tout aussi et même mieux libre qu'enchaînés à un mur.

Theophane laissait les brises rafraîchir son visage. Reprenons donc à l'avis d'Almen. Celui-ci n'a jamais pu aimer Eldoria; du fait d'un souvenir douloureux. Le père de Theophane habitant cette capital, Almen se souvient de son arrivé, de la manière dont on le regardait, des chaines qui lui brûlait les poignets à force de tirer. Almen frémissait rien à repenser à ceci, il avait peur, ses muscles s'en contractaient et Theophane le sentait, lui posé sur le dos à cru d'Almen. Par moment il venait passer sa main sur la partie équine de l'hybride, tentait de le rassurer comme il pouvait.

Theophane: « Almen, arrête toi ici, nous allons nous reposer un peu, je suis certain que tu en as besoin. »

Almen fini par se stopper et aider Theophane à descendre, le guidant jusqu'à un arbre afin qu'il s'assied contre le tronc. Almen sourit légèrement avant de s'allonger à son tour. Silencieux, laissant son maître profiter de la nature. Ce qui effrayait le plus Almen était le père de Theophane, celui-ci s'amusait beaucoup à torturer l'être équine, si Theophane insistait pour lui donner le droit de parler, de manger et de respirer, son père ne lui accordait que de respirer.

Hors Sujet:
 

Hybride
avatar
Adma
Hybride

Messages : 23

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité: Libre
MessageSujet: Re: Le Ciel est Bleu et l'Eau Rouge [PV]   Lun 16 Déc - 15:25

Il ne se plaignait pas souvent, ce nouveau Maître. Jamais d'elle, bien qu'elle eût abîmé la sangle de son baudrier et bien qu'elle fût aussi inapte au travail que toute jeune fille se relevant de ce qui aurait pu être son lit de mort. Mais elle était résistante, et la joie d'être dehors lui permettait d'occulter une grande partie de la douleur qu'elle ressentait encore. Tant qu'elle ne regardait pas les cheveux qu'ils avaient dû couper et qui faisaient un halo de laine dorée et bouclée autour de sa tête, à peine visibles sous les bandages qui s'enroulaient autour de ses cornes. Tant qu'elle ne baissait pas les yeux sur les bandages qui l'enroulaient presque des épaules aux genoux.

Elle avait réussi à mettre des braies à sa taille, et une tunique sans manche serrée par une corde à la taille. Son uniforme à elle. Le sien était bien plus formel. L'armure de cuir marquée du blason de la Garde Pourpre. C'était d'ailleurs à ce sujet qu'il grommelait en ce jour. Une mission devait l'envoyer dans les environs d'Eldoria, et il ne savait pas quoi faire d'Adma. Dans ces moments-là, elle ressentait plus durement encore son inutilité. Sa faiblesse, sa fragilité, son indolence. Elle ne lui servait à rien, mais parce qu'il était ce qu'il était, il ne se sentait ni de la revendre ni de l'abandonner. Il lui avait même donné un bracelet de cuir, accroché à son poignet, estampillé par le Griffon de la Garde. Pour que tous sachent qu'elle lui appartenait.

Elle s'efforçait donc de n'avoir pas l'air triste à l'idée de le laisser partir, pour aussi peu de temps que ce fut, et le salua gracieusement lorsqu'il la déposa dans la forêt. Il lui dit de ne pas trop s'éloigner, et s'envola sur le dos de son Griffon. Une fois qu'il eut disparu de son champ de vision, ce qui prit un certain temps, elle soupira. Elle n'aimait pas être seule, mais elle préférait l'être à l'extérieur. Elle repéra des rochers et entendit un cours d'eau plus loin et, le sourire aux lèvres avec toute la joie enfantine qu'elle redécouvrait, elle s'y précipita, escaladant le plan escarpé avec toute la maestria d'un caprin.

Elle se désaltéra en prenant garde à ne pas mouiller ses bandages, constatant avec un peu de contrariété que celui sur son biceps gauche avait été légèrement rougi. Elle haussa les épaules, la nuque encore raide de sa presque pendaison moins d'un mois avant, et traversa la rivière en sautant de pierre en pierre. Elle comptait faire une petite boucle en cherchant quelques baies à manger et retourner sagement attendre son Maître. Il avait dit de ne pas trop s'éloigner, après tout, et elle ne voulait pas le décevoir.

Elle explorait les buissons, respirant le plein air qu'elle redécouvrait, quand un mouvement attira son attention. Elle s'approcha à pas de loup, circonspecte mais dévorée de curiosité, enhardie par son impression de liberté présente. Elle n'observa pas bien longtemps avant de surgir à l'endroit où ils étaient installés, silencieux et sereins. Une branche de buisson s'était accrochée dans sa corne gauche et, malgré sa grande taille, elle avait l'air très jeune, impression renforcée par son sourire jovial. Son Maître disait toujours qu'il fallait aider les gens dans le besoin, après tout...

Sa voix enjouée et riche s'éleva donc dans la clairière, s'adressant à la fois à l'humain visiblement en charge et à l'Hybride équin donc elle jalousait un peu les sabots:

"Vous avez l'air bien fatigués, Messires, vous serait-il arrivé quelque chose? Je peux peut-être vous aider?"

Elle n'y croyait pas trop, mais il fallait bien proposer. Elle ne pensait pas pouvoir aider qui que ce soit... Elle avait croisé les bras derrière son dos, ravalant une grimace quand la blessure qui s'était rouverte sur son bras se fit sentir. Elle faisait passer son poids d'un pied à l'autre, un peu incertaine. Maintenant qu'elle y réfléchissait, elle avait peut-être pris une décision hâtive qui pourrait se retourner contre elle. Si cela tournait au vinaigre, elle se demandait vraiment si son Maître la vengerait, ou s'il serait soulagé d'être débarrassé d'elle. Ce n'était pas une idée très plaisante, si elle y pensait. Mais ne pas penser était une de ses spécialités, donc elle se tenait juste prête à s'enfuir au cas où. Légère tension dans ses pieds nus enfoncés dans la terre meuble. Elle n'aurait qu'à escalader pour les semer, très probablement...

_________________

Un mouflon - Deux mouflons
Adma obéit en Turquin : 425B8A
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Le Ciel est Bleu et l'Eau Rouge [PV]   Sam 21 Déc - 21:01


Le Ciel est Bleu et l'Eau Rouge
Flashback • -2 ans • Adma • Chemins en direction d'Eldoria

La crainte n'existait pas en ces lieux quand Almen était aux côtés de Theophanes, du moins c'est ce qu'ils espéraient. Almen était tranquille, sage, il ne bougeait pas, allongé au sol aux côtés de son maître aveugle. C'était étrange pour Almen, au fond, il sentait qu'il devait partir, au galop, loin d'ici, retrouver la plaine et la liberté, c'était une pensée lointaine. Cette pensée date d'hier pourtant, Theophane, alors qu'ils étaient à l'auberge, demanda à son étalon la chose la plus chère à son coeur. Almen c'était tut, il ne voulait rien dire, comme s'il en savait rien. Depuis cette question, l'étalon se contentait de réfléchir, encore et encore.

???: « Vous avez l'air bien fatigués, Messires, vous serait-il arrivé quelque chose? Je peux peut-être vous aider? »

La voix enjôleuse qu'ils venaient d'entendre sortit les deux hommes de leurs rêves. D'un sursaut rapide, le centaure se releva d'un bond et se plaça entre l'hybride et son maître. La sécurité de celui-ci était plus importante que la vie de l'hybride, si son maître mourrait, Almen ne saurait que faire, en fait il n'osait même pas imaginer un tel événement, c'était tout simplement impossible. Un tel crime ne pouvait être commit, Theophane était un homme loyal, adorable, gentil et tellement sage.

Almen fixait la nouvelle venue, cette étrange voix qui les avaient réveillées. C'était une jeune fille couverte de bandage, on croirait voir une momie sortie tout droit des catacombes du désert. L'étalon s'empêchait de réagir face à cette vision, ne sachant ni s'il s'agissait tout simplement d'une jeune fille tout simplement sortit de son lit de mort ou d'un monstre venu pour les tuer, du moins c'était le présage des bandages. Almen ne savait pas trop comment réagir, il avait souvenir des blessures, de la méfiance, de la crainte, la confiance qu'il accordait était rare. Theophane quant à lui se contenta de tout simplement sourire.

Theophane: « Oh, non ne vous inquiétez pas gentes demoiselle, mon ami et moi nous reposons juste, mon ami m'a porté sur son dos toute la journée, il a besoin de se reposer. Almen, s'il te plait. Et vous que faites-vous ici? »

Le "centaure" vint à taper de son sabot droit, allant vers la fille puis commença à lui tourner autour, la scrutant, au maximum, chaque détail comptait pour l'hybride. Elle semblait comme lui, un être esclave, un être incompris, était elle tout comme lui une hybride? Almen s'approcha tout doucement, toujours méfiant, remuant frénétiquement sa queue comme pour chasser les mouches. Il ne savait pas, il ignorait, mais les paroles de son maître le rassurait, il fini par ouvrir sa bouche.

Almen: « Toi aussi... Tu es comme moi? Tu es une hybride... Tu es un esclave...? »

Hybride
avatar
Adma
Hybride

Messages : 23

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité: Libre
MessageSujet: Re: Le Ciel est Bleu et l'Eau Rouge [PV]   Dim 22 Déc - 17:13

Ce n'avait pas exactement été une bonne idée, de toute évidence. Mais pas vraiment une mauvaise non plus, dans la mesure où ils avaient l'air d'avoir plus peur d'elle que l'inverse. C'était une sensation étrange, nouvelle, inhabituelle, qui la fit éclater de rire. Que des gens aient peur de la pathétique petite Adma, avec ses grandes cornes et son air stupide. Rien que de voir cet Hybride barbu se lever pour protéger son Maître...

Un soupir lourd succéda au rire alors qu'elle examinait plus en détail l'Humain qui l'accompagnait. Normalement, elle ne fixait jamais les autres. Elle était censée... être sage et obéissante, effacée et... inexistante, probablement. Mais son nouveau Maître était plus tolérant. Il ne la considérait pas comme un meuble ou un être inférieur. Il la considérait presque... Presque comme son page. Et en y réfléchissant, elle se rendait compte qu'elle aimait ça. Qu'il lui avait offert la possibilité d'être autre chose qu'un moyen pour un Maître d'accomplir des tâches ménagères et de passer sa frustration. Et cet homme, ce vieillard qu'elle voyait, semblait être de ces gens-là, aussi. De ceux qui considéraient qu'un Esclave pouvait être un confident, peut-être, ou simplement une personne à part entière. Ils restaient des possessions, mais être possédés représentait la sécurité, pour eux.

Elle avait un peu tiqué à ses paroles. "Gente demoiselle". Elle était tout sauf ça. En tous les cas, de ce qu'elle en comprenait. Mais elle n'en était pas certaine. Les mots qu'ils utilisaient, parfois, étaient bien complexes. Et elle n'était que... Qu'elle-même. Stupide et ignorante. Mais le repos... Oui, le repos, elle comprenait. Elle pouvait prendre en compte que des gens qui avaient marché toute la journée puissent avoir envie de calme et de solitude. Elle s'efforçait donc de regarder un peu partout autour d'elle, sans fixer sur ses interlocuteurs ses grands yeux dorés fendus à l'horizontale. Elle ne voulait pas avoir à expliquer les raisons de sa présence ou, pire encore, le reste de l'histoire.

Elle n'aimait pas mentir, elle n'aimait pas ajouter des couches de faux sur le vrai. C'était bien trop difficile de tenir le compte, en définitive. L'inverse en revanche... Ne pas dire toute la vérité était bien plus simple. Et elle l'avait souvent fait. Facile aussi de faire croire qu'elle était tout simplement trop stupide et qu'elle avait oublié. Ce n'était pas toujours une erreur, d'ailleurs. Elle oubliait vite. Par contre, rassembler exactement ce qu'elle pouvait ou ne pouvait pas dire était un processus long, qui demandait de la réflexion.

Temps que ses interlocuteurs mirent à profit pour... Eh bien, celui que le vieillard avait appelé Almen s'était avancé sur ses quatre longues jambes, ses sabots battant la terre meuble alors qu'il tournait autour d'elle en battant frénétiquement de la queue. Elle se demandait si chez lui cela signifiait, comme les chiens, qu'il était heureux, ou comme les chats, qu'il était énervé. Elle n'avait presque pas besoin de tourner la tête pour suivre le cercle qu'il traçait autour d'elle. Un des rares avantages qu'elle tirait de ses étranges yeux, probablement.

Mais il la rendait nerveuse, et elle ne pouvait pas s'empêcher de danser d'un pied sur l'autre, hésitante. Elle penchait plus pour le mauvais choix, en définitive. Elle se sentait subitement mal à l'aise. Comme si ses mouvements avaient crée un mur autour d'elle. Elle se sentait oppressée. Comme si elle avait été en intérieur. Une mauvaise idée, une très mauvaise idée. Elle ne put s'empêcher, dès qu'elle en eut l'occasion, de reculer, le souffle un peu court. Ses sourcils étaient froncés. Elle n'était pas agressive, les Esprits, les Dieux et tous les éléments le savaient, mais elle détestait être acculée. Et les questions, leur absurdité, leur demande... C'était simplement trop.

Son corps était tendu, son menton baissé. Elle triturait la branche qu'elle avait finalement retiré de sa corne gauche. Sa voix, si jeune et si défiante, trancha l'air calme de la clairière alors qu'elle répondait, un peu tremblante. Sa tête pulsait et l'odeur du sang qui s'échappait de la blessure ouverte sur son biceps gauche ne faisait rien pour la calmer.

"Tu croyais que j'étais quoi, une saltimbanque, pour avoir de fausses cornes et de fausses oreilles? Que je fais partie d'un groupe qui va attaquer ton Maître? A quel point est-ce ridicule? Je ne suis pas un prédateur, et tu devrais le savoir. J'offre mon aide... Oui, je suis une Hybride, et oui, je suis une Esclave. J'attendais mon Maître, simplement. Je voulais juste aider... Je voulais juste aider!"

Pourquoi? Pourquoi fallait-il toujours qu'elle rate tout ce qu'elle essayait de faire? Pourquoi tout était-il si compliqué pour elle? Pourquoi est-ce qu'il ne l'avait pas simplement laissée mourir? Tout aurait été si simple, alors... Son menton acheva de tomber contre sa poitrine alors que des larmes commençaient à couler le long de ses joues. Ses mains remontèrent rapidement pour cacher son visage alors que de longs sanglots tremblants la secouaient. Qu'avait-elle fait, vraiment, pour en arriver là? Elle se le demandait...

_________________

Un mouflon - Deux mouflons
Adma obéit en Turquin : 425B8A
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Le Ciel est Bleu et l'Eau Rouge [PV]   Sam 28 Déc - 14:20


Le Ciel est Bleu et l'Eau Rouge
Flashback • -2 ans • Adma • Chemins en direction d'Eldoria

Almen avait peur et Theophane l'avait bien senti, Almen avait toujours peur, surtout quand ils devaient aller voir son père, une crainte qui est née le jour où il a été transformé en esclave. Theophane n'a pas connu cette époque, il ne comprenait pas la crainte d'Almen, mais il était conscient de la présence de celle-ci. Theophane rêvait d'un monde où les Hybrides n'auraient plus à souffrir ainsi, l'esclavage, il était vrai qu'avoir un serviteur était très utile, mais que pensait les hybrides? Ces nobles bêtes capables de bâtir un Empire sans l'aide de personne. Theophane se demandait sans cesse, si on leur demandait leur avis, est-ce qu'ils seraient réellement des esclaves ou non?

???: « Tu croyais que j'étais quoi, une saltimbanque, pour avoir de fausses cornes et de fausses oreilles? Que je fais partie d'un groupe qui va attaquer ton Maître? A quel point est-ce ridicule? Je ne suis pas un prédateur, et tu devrais le savoir. J'offre mon aide... Oui, je suis une Hybride, et oui, je suis une Esclave. J'attendais mon Maître, simplement. Je voulais juste aider... Je voulais juste aider! »

Theophane: « Veui... Veuillez excuser mon Ami... Il est un peu anxieux quand on va à Eldoria. Je me nomme Theophane et voici mon ami, Almen. Et toi comment te nommes-tu? »

Almen continuait de la fixer, il avait arrêté ses tours, il en avait toujours, surtout depuis que l'odeur du sang était arrivé. Theophane était conscient de l'odeur, mais il ne disait rien, il savait que cela ne ferait qu'aggraver les choses. Les blessures les plus visibles sont souvent celles qu'on cherche le plus à cacher. Almen en avait de plus peur, était-ce le sang de la belle? Ou bien celui d'un autre. Il ne savait pas, il ne savait rien, ses muscles se contractaient, sa queue commençait à fouetter l'air, toutes mouches qui ce respect s'éloignent de lui, par crainte de finir assommé au sol.

Almen: « Tu saigne...? »

Almen compris subitement son erreur quand la jeune vint à abaisser sa tête, elle semblait si désemparé, si triste. Almen sentit son corps douloureux, il avait mal et à la fois peur, une peur douloureuse. Une peur qui torturait les autres, Almen ne voulait pas la vexer au point qu'elle en pleure, il ne voulait pas lui faire cette douleur, tout ce qu'il désirait était savoir qui elle était, tout comme Theophane. Lentement il calma ses muscles, s'approchant de la belle doucement et vint poser ses doigts sur la joue de celle-ci, récoltant alors les larmes, cherchant à les essuyer. Almen afficha un léger sourire, cherchant à rassurer la jeune hybride. Theophane se contentait de sourire en les écoutant silencieusement.

Almen: « Je... Je suis désolé... Il ne faut pas pleurer... Cela ne vous va pas... Vous êtes plus jolie... Quand vous souriez... »

Hybride
avatar
Adma
Hybride

Messages : 23

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité: Libre
MessageSujet: Re: Le Ciel est Bleu et l'Eau Rouge [PV]   Lun 6 Jan - 19:31

Finalement, finalement, il s'était arrêté. Il ne tournait plus, ne l'encerclait plus, ne l'étouffait plus de sa présence. Il prenait tellement de place, était tellement... envahissant. Et le mouvement de sa queue. Nerveux, elle s'en rendait compte désormais, grâce aux paroles de son Maître. Ils allaient donc à Eldoria. Elle se demandait si elle se souviendrait de cette information, si son Maître lui demandait. Ou si elle oublierait, simplement, comme cela lui arrivait si fréquemment. Et elle se demandait aussi si cela avait une quelconque importance. Ils n'avaient pas l'air d'être des gens qui devraient être inquiétés par la Garde Pourpre. Définitivement pas.

Elle pencha la tête lorsque le vieux Maître parla. Il lui demandait son nom. Elle se demandait aussi si cela était capital qu'elle lui dise la vérité ou non. Normalement, il l'avait achetée à la régulière, selon ce que la loi demandait. Fort probablement. Elle avait été dans un tel état, quelques semaines plus tôt, qu'elle n'avait jamais pensé à le lui demander. Mais elle n'arrivait pas tout à fait à leur faire confiance. Les Humains... Elle peinait encore à croire en leur bonne nature. A leur nécessité, oui. Mais au fait qu'ils pouvaient lui vouloir du bien... Elle savait qu'il existait des exceptions, cependant. Une surtout, qu'elle adorait, véritablement, même si elle ne le connaissait finalement que très peu.

Elle sortit de ses pensées alors que son crâne commençait à pulser sous la douleur qui tirait encore sur ses cornes. Les mauvais souvenirs qu'elle devait chasser. La peur, la pression, l'odeur cuivrée du sang qui colorait l'air, qui accélérait son souffle, qui faisait battre son cœur trop vite. Elle voulait partir, mais elle n'était plus certaine de réussir à semer l'équin. Elle commençait à perdre toute cohérence. Si bien qu'elle n'avait pas entendu tout ce qui lui avait été dit. Et que les doigts qu'elle sentit sur son visage la firent bondir, surprise. Elle eut alors l'air tellement perdue, tellement effrayée. Les larmes s'étaient arrêtées, figées par la peur.

Elle détourna légèrement les yeux. Elle ne le voyait pas très bien, cet Hybride. Peu de détails. Elle se força à l'écouter, ses oreilles mobiles se tournant vers lui. Il la vouvoyait, juste après l'avoir tutoyée, juste après l'avoir touchée, juste après qu'elle l'ait tutoyé. C'était étrange. Elle posa délicatement, presque en l'effleurant, sa main sur celle d'Almen, pour l'éloigner de son visage, l'éloigner des bandages et de ses cornes encore fragiles. Pour qu'il ne fasse pas l'effort d'effacer ses larmes. Elle ne méritait pas, vraiment, qu'il prenne cette peine. Et elle recula, battant nerveusement la branchette qu'elle avait retiré de ses cornes. Elle esquissa un sourire un peu triste vers l'Hybride, incertaine, un peu gênée. Puis elle finit par répondre, la voix encore lourde de larmes contenues:

"Adma. Je m'appelle Adma. Et je n'ai pas... Je ne suis pas... J'ai été blessée, il y a peu et... C'est encore en cours de guérison. Et je ne suis pas jolie, tu sais..."

Puis, avec l'insouciance de la jeunesse, elle secoua la tête, sécha ses dernières larmes et sourit plus naturellement, avec plus d'enthousiasme, oubliant le liquide rouge qui teintait trop rapidement le bandage à son bras, et la migraine qui pulsait derrière ses étranges yeux, menaçant de la faire grimacer. Sa voix joyeuse, même si encore un peu rauque, retentit à nouveau:

"Mais dites-moi plutôt, Maître Théophane, Almen, avez-vous mangé? Il y a un buisson de baies, pas loin, et une rivière claire qui sort directement du sol. Source souterraine, elle est fraîche et délicieuse. Vous devez être fatigués... Heureusement que c'est une belle journée!"

Malgré ses paroles joueuses, ses pieds agiles l'avaient amenée à danser un peu plus loin, s'éloignant de la portée trop longue de l'Hybride qui la mettait mal à l'aise. Elle n'en avait pas fréquenté beaucoup, après tout. Les autres Esclaves... Elle avait oublié. Fort probablement. Oui, c'était bien souvent une excellente excuse...

_________________

Un mouflon - Deux mouflons
Adma obéit en Turquin : 425B8A
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le Ciel est Bleu et l'Eau Rouge [PV]   

 

Le Ciel est Bleu et l'Eau Rouge [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Jean-Louis Thouard à la boutique de Ciel Rouge
» Le ciel bleu de Roméo
» Un fard rouge bordeaux chez Mac?
» SEUL POMPON ROUGE à DIEN-BIEN-PHU
» Les képis de l'armée française
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elden :: Rps terminés et abandonnés-