Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Faire comme l'oiseau. [Hope]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Hybride
avatar
Alto Crow
Hybride

Messages : 22

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité:
MessageSujet: Faire comme l'oiseau. [Hope]   Sam 4 Jan - 11:25

Faire comme l'oiseau


Hope Balmella | Alto Crow




-----------------------------------------------




J'aimais voler. C'était une des choses d'avant qui n'avait pas changé. Voler, être libre, sentir le vent dans ses plumes, jouer avec les courants ascendants et descendants. Attraper un insecte ou deux en plein vol. Je virais à droite, vers la forêt, vers les cascades. Elles attiraient toujours plus de proies. Corbeau, ou homme. Devais-je choisir parce que j'étais les deux ? Les Dieux avaient été assez indulgents pour m'offrir le don de métamorphose. Même si je pensais que c'était plus proche d'un don de lâche qu'autre chose. Car je m'en servais pour passer inaperçu. Mais un jour, oui un jour. Je me posais sur une branche, et étirais mes ailes, quand j'entendis du bruit. Il y avait quelqu'un. Je tournais en tout sens ma tête de corbeau, et repérais une silhouette. J'étais curieux ; habituellement, ces bois étaient plutôt déserts. Rouvrant mes ailes, je m'envolais, silencieux et sombre comme la mort - mais en moins funeste, quand même.

Ces années passées au sein de la religion m'avaient apprises au moins une chose : à faire la paix, avec moi ou les autres. Oh, bien entendu, je désirais encore rester en pleine forme et certains moines me regardaient d'un oeil curieux alors que j'entretenais muscles et agilité, force et rapidité. Pour eux, cela ne servait à rien ; pour moi, c'était ne jamais oublier complètement ce que j'avais été. Personne ne reconnaissait en moi l'Oiseau de Proie. Tant mieux. J'aurais eu de sérieux ennuis, sinon. Chevelure rose, yeux rouges, minois féminin. Joli brin de fille, ceci-dit. Je la laissais avancer, me dépasser, puis je tombais au sol, seul entre arbres et buissons, et je repris enfin forme humaine.

Durant quelques secondes, entre le stade animal et celui totalement humain, ma véritable forme se révéla. Homme couvert de plaques de plumes, sur les cuisses, le torse, le dos, le cou, le dessus des sourcils. Un monstre, pour certains. Un être déchu, aux ailes noires. Mais cela disparut bien vite ne laissant place qu'au moine Alto. Un homme grand, musclé, au visage à la fois avenant et un peu surprenant, avec ses traits taillés à la serpe et son regard sable si sérieux et si réfléchi. Je me rappelais avec amusement mes premières transformations où j'étais nu, me rappelais avec nostalgie Maître Luwec, puis avançais à la suite de l'inconnue.

Je m'approchais des cascades, l'humidité ambiante me prenant au visage, et je portais une main pour gratter ma joue, là où aurait dû se trouver une fine ligne de plumes noires. Je passais ma langue sur mes lèvres pour y lécher l'eau qui s'y déposait, et enfin mon regard d'or pâle trouva la demoiselle. Elle n'était pas très loin, et je ne savais si elle m'avait entendu ou simplement vu. Alors, me raclant la gorge le plus doucement possible, je fis savoir ma présence avant de me risquer à parler :

Quelle heureuse rencontre ; ces bois sont habituellement vide de toute présence humaine.

Ma voix était douce. Bizarrement, mes instincts d'hybride semblaient s'affoler un tantinet en présence de cette inconnue. Pourquoi ? Ma curiosité était piquée au vif, et j'attendis donc avec patience qu'elle ne me réponde, ou crie au pervers, à voir.

_________________
Voir le profil de l'utilisateur

Sang-mêlé
avatar
Hope Balmella
Sang-mêlé

Messages : 67
MessageSujet: Re: Faire comme l'oiseau. [Hope]   Sam 4 Jan - 13:23

♦ Vole comme un papillon, pique comme une abeille.
F E A T Alto Crow.

C'était une journée comme tant d'autre, pas vraiment de visiteurs au temple, ce qui signifiait qu'on avait pas vraiment besoin d'elle. De toute façon, c'était rare qu'on demande ses services, ses precepteurs voulant à tout prix préserver son " don ". elle regardait depuis quelques minutes à travers l'une des immenses fenêtres quand un oiseau se posa sur l'appui de fenêtre. Tendant le doigt, elle caressa doucement quelques unes de ses plumes et le laissa repartir aussi rapidement qu'il était venu. Elle avait toujours adoré les oiseaux, un symbole de liberté et légereté. Suivant cette idée, elle se décida à sortir, trouver un endroit encore plus calme, un endroit où elle serait seule pour penser à ce qu'elle voudrait. Depuis toujours elle vivait entre ses murs, sur ses terres et ses précepteurs la destinait à une avenir de prêtresse lorsqu'elle serait prête. Mais concrètement, c'est quoi être prête ? Le serait-elle un jour ? Elle qui était à la fois si intriguée et si craintive à l'égard des autres et du monde extérieur.

Ce qu'il y avait de bien avec le temple, c'était bien entendu son emplacement, il n'était vraiment loin d'aucun endroit et en l'espace de quelques heures, l'on pouvait se trouver où l'on voulait en territoire Eldorien. C'était un avantage selon elle. Lorsqu'elle voulait se rendre dans un endroit désert et dépeupler, c'était dans la forêt que ses pieds la conduisaient. C'était un endroit étrange, dangereux même pour ceux qui s'y perdent. Après tout, personne ne sait exactement quelles sortes de créatures y vivent. C'est d'ailleurs pour cela, sans doute, qu'elle est si peu fréquenté. Malgré les rumeurs qui disaient qu'elle était un nid à dragon, Hope n'en avait encore jamais croisé. Ce n'était d'ailleurs peut-être pas si mal. Quelques branches craquaient sous ses pas et des bruissements accompagnaient sa route lorsqu'elle écartait quelques branches tombantes. Ainsi, personne ne la prendrait pour du gibier ou une chasseuse, ce n'était pas son genre, il faut l'admettre.

Tandis qu'elle continuait de s'enfoncer, un frisson lui parcourut la nuque, elle se tourna mais ne vit rien. Elle avait l'impression d'être observée, enfin c'était peut-être qu'une impression, cela dit, pendant une fraction de seconde, elle avait vraiment eut l'impression de ressentir autre chose que l'instant animal des bêtes toutes proches, des sentiments humains. Elle se faisait peut-être des idées après tout. Haussant les épaules elle s'engouffra encore un peu plus dans la forêt et repoussant encore quelques branches, elle tomba sur l'endroit qu'elle était venue chercher, la cascade.  C'était un endroit idyllique et malgré sa beauté, elle n'y avait encore jamais croisé âme qui vive. Enfin, à part des animaux bien sûr. S'approchant légèrement de l'étendue d'eau, elle observa son reflet avant qu'une curiosité qui ne lui appartenait pas se fasse ressentir. Peu après, un raclement de gorge léger attira son attention et elle se retourna sur ce qui semblait être un jeune homme.

Je ... Ne m'attendais pas non plus à rencontrer quelqu'un. Est-ce vous que j'ai ... Ressenti, tout à l'heure ?

Finalement, ce n'avait peut-être pas été un impression, ceci dit, elle restait quelque peu distante, elle sentait un conflit intérieur en lui, en total désaccord avec sa voix douce et calme, au accent grave mais chantant. Il avait une voix agréable en tout cas, elle ne pouvait le nier et à présent, elle restait muette à l'observer, ses cheveux de jais tombaient sur son front en quelques mèches rebelles et ses yeux couleur sable restaient fixé sur elle. Hope n'avait pas vraiment de mal à soutenir son regard, elle sentait qu'il attendait quelque chose, peut-être même la jaugeait-il en l'attente d'une réaction qui ne viendrait peut-être pas. Elle n'avait pas la prétention de dire que cet endroit était à elle parce qu'elle était arrivée en première. Non bien loin de là, elle cherchait un endroit tranquille pour être seule mais à la place une rencontre fortuite pourrait se révéler intéressante. Ceci dit, concentrée à séparer ses sentiments des siens, elle lui offrit un léger sourire, déjà certaine que c'était bien lui qu'elle avait ressenti.



_________________
♦️ Je ressens ta peine Invité ...
Voir le profil de l'utilisateur http://chibisland.forumactif.org/

Hybride
avatar
Alto Crow
Hybride

Messages : 22

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité:
MessageSujet: Re: Faire comme l'oiseau. [Hope]   Sam 11 Jan - 10:58

Faire comme l'oiseau


Hope Balmella | Alto Crow




-----------------------------------------------




Elle n'avait pas vraiment sursauté, occupée qu'elle était pourtant à observer l'eau qui miroitait à la lumière dorée qui filtrait des arbres. Son regard rouge, de plus près, était encore plus étrange. Je penchais doucement la tête, l'air amical, bienveillant. Toute une vie de prêtrise - enfin presque toute une vie - m'avait apprit à être gentil avec tous, quelle que soit leur race. Mais cette fille, là ... Elle avait beau avoir l'air humaine, l'était-elle vraiment ?

Ses paroles firent naître un petit sourire en coin sur mes lèvres : elle m'avait donc ressenti ? Soit elle était une humaine étonnamment sensible, soit elle n'avait d'humain que l'apparence. Un peu comme moi, en cet instant, qui n'avait d'humain que ce que mon don voulait bien donner. Mais je ne pense pas qu'elle aurait apprécié voir ma réelle allure ; malgré que je ne fusses pas entièrement oiseau, les plaques de plumes sur mon corps étaient disgracieuses, irrégulières.

Sûrement. Je suis présent depuis un petit moment, dans ces bois. J'y étais venu pour chercher la paix, que seule la nature peut offrir à un être. Mais j'espère que je ne vous dérange pas ?

J'avais eu également envie de prier mes dieux, ceux des hybrides, et quoi de mieux que la nature pour offrir mes prières ? Je m'approchais moi aussi de l'eau, détaillant du regard la demoiselle au joli visage qui se tenait près de moi. Son allure était plutôt frêle, ses cheveux d'un rose digne d'une fleur étaient incroyables. Je décidais donc de me présenter ; libre à elle de répondre ou non.

Je m'appelle Alto. Alto Crow. Je suis moine de Miran. Mais ma dévotion ne va pas uniquement à cette déesse.

Je ne sais pourquoi j'avais ressenti le besoin de donner cette dernière explication. Je ne tenais pas plus que ça à expliquer que, pour moi, chaque dieu n'était qu'une facette des grands esprits ; si elle était humaine, ou une elfe, ou un peu des deux, je risquais de me faire rire au nez, ou pire, pourquoi pas être puni pour avoir osé proférer de telles choses ? Les hybrides n'étaient pas bien vu par la société, moitié d'animaux, moitié d'humains, et ni l'un ni l'autre exactement. Nos déités étaient considérées comme païennes et primaires ; pourtant, la nature offrait ce que chaque humaine désirait : nourriture, fourrure, abris ... Vénérer les esprits de cette même nature n'était pas, à mon sens, vain. Bien au contraire.

Je m'accroupis près de la berge, prenant garde à ne pas me salir et je pris un peu d'eau dans le creux de mes mains pour l'apporter à mes lèvres. Je bus ainsi, chaque gorgée, goûtant la saveur un peu salée de l'eau qui jaillissait de la cascade pour former en contrebas une espèce de rivière qui serpentait jusqu'à disparaître sous les arbres et les buissons dans un tournant. Je me relevais et essuyais mes mains. Je n'avais pas l'air d'un religieux, je le savais. Je ne portais même pas mes robes. Mais après tout, doit-on porter un vêtement spécifique pour être quelque chose ? Est-ce le vêtement qui fait l'homme ? J'aimais me poser ce genre de questions, le problème restant que je n'avais jamais de bonne réponse. Si tant est qu'il existe une bonne réponse.

Si je puis me permettre ... Vous avez dit m'avoir ressenti. Qu'entendiez-vous par là ? demandais-je enfin, d'un ton curieux et caressant, en venant de nouveau planter mes prunelles sables dans celles écarlates de la demoiselle.
Voir le profil de l'utilisateur

Sang-mêlé
avatar
Hope Balmella
Sang-mêlé

Messages : 67
MessageSujet: Re: Faire comme l'oiseau. [Hope]   Lun 13 Jan - 13:27

♦ Vole comme un papillon, pique comme une abeille.
F E A T Alto Crow.

Chaque nouvelle rencontre est un don des dieux. Si aujourd’hui, dans cet endroit reculé et habituellement désert deux âmes s’étaient rencontré, ce n’était certainement pas le fruit du hasard. Non, c’était le destin. Une douce fatalité que l’on ne peut contredire, quoique nous fassions. Et comme les autres religieuses, Hope ne faisait pas exception à la règle en pensant différemment, encore moins lorsque son destin l’amène à être plus tard la prêtresse de Laliah. Écoutant sa réponse avec attention, elle lui rendit son sourire, fixant ses prunelles ambrées de son regard ardent. Si elle le voulait, elle pourrait tout savoir de ses intentions et de ses ressentis à son égard mais comme à chaque fois, elle luttait pour repousser les sentiments qui ne lui appartenaient pas. Gérer les deux seraient trop complexe et elle se ferait alors totalement submergé, chose qu’elle préférait éviter d’ailleurs. Il ne la dérangeait pas, il l’intriguait. A moins que ce ne soit lui qui soit intrigué ? Faire le tri n’est pas toujours évident quand plusieurs sentiments se ressemblent. Elle devait quand même lui accorder que cet endroit avait en effet une atmosphère paisible, une atmosphère plus propice aux confidences qu’à la méfiance, déjà qu’elle était plutôt naïve de nature.

Elle lui assura que la forêt ne lui appartenait pas et que s’il était bien ici, elle n’avait aucune raison de lui demander de la laisser seule ici. Un hâvre de paix n’est pas une chose que l’on garde jalousement pour soi, bien au contraire, elle était ravie de pouvoir partager ce lieux enchanteur avec quelqu’un. Quelque part, c’est un peu comme si cela rendait les choses plus réelles. Pendant quelques minutes, elle se concentra sur sa respiration en écoutant les bruits d’eau et les craquements de bois de ce cadre idyllique. C’était vraiment un endroit magique où elle arrivait suffisamment à se concentrer pour ressentir ses propres émotions plutôt que celui des autres. Fermant les yeux un bref instant en sentant la brise sur son visage, elle entendit les pas de son interlocuteur se rapprocher et, sentant la brise s’amoindrir, rouvrit les yeux pour l’observer un court instant. Elle fronça malgré elle les sourcils, une curieuse impression que les choses ne sont pas ce qu’elles semblent être. Une impression comme si un secret pesait lourd en elle. Comprenant que ce n’était pas le sien, elle recula d’un pas et en entendant son nom et ce qu’il ajouta ensuite, elle acquiesça avec un sourire entendu sur le visage.

- Je m’appelle Hope. Hope Balmellá. Je suis religieuse destinée à un avenir de prêtresse au sein du temple de Laliah. Et puis ... Peu importe où va votre dévotion tant que vous vivez en paix avec vous et les divins ...

Les mots lui échappèrent tout seul. Non pas qu’elle croyait aux autres divinités mais, après avoir rencontrer une elfe, elle préférait laisser chacun libre de penser ce qu’il voulait. Après tout, chacun était libre de croire et de penser ce qu’ils voulaient. Malgré cela, et aucun doute que ce sentiment soit bien le sien, elle avait l’impression de dire quelque chose de déplacé. Comme si les mots étaient incompatible avec sa future fonction, il fallait qu’elle apprenne à ne pas laisser les mots dépasser sa pensée ainsi. Elle se tût et continua de regarder son reflet, ses yeux incandescent ressortait sur la surface de l’eau qu’une onde vint à brouiller. Alto se désaltérait juste à côté et préférant le regarder sans arrière pensée, elle le fixa sans trop d’insistance. C’est juste qu’elle n’avait pas pour habitude d’être proche de quelqu’un et encore moins quelqu’un qu’elle ne connaissait de nulle part au final. C’est étrange comme deux croyants peuvent ne jamais se croiser sous prétexte qu’ils appartiennent à deux temples différents. Bien sûr, elle avait déjà visiter le temple de Miran mais, si elle avait croisé un moine comme lui, elle s’en serait souvenue, à n’en pas douter.

Finallement, un silence s’installa. Mais pas l’un de ses silences indélicats qui met mal à l’aise, non, loin de là même. Elle supposait que tout deux profitait du calme de la nature pour trouver leur paix intérieure. Après tout, c’était ce qu’ils étaient venus chercher n’est-ce pas ? Du coup, imitant son interlocuteur, elle s’assit au bord de l’eau et y trempa un doigt, créant des cercles évasifs troublés par le courant de l’eau limpide. Tournant son doigts un peu plus vite, elle sourit en voyant un mini siphon se former. Elle adorait ce genre de chose, elle ne comprenait pas trop pourquoi cela faisait ça mais elle se doutait que le vaste monde était sans doute rempli d’autres surprise de ce genre. Pendant près de trois ou quatre minute, c’est comme si elle était seule au monde avec son siphon et ce fût la voix d’Alto qui la tira de sa rêverie. Evidemment, le choix de ses mots tout à l’heure l’avait interpellé. Elle sentait sa curiosité et son envie de comprendre bouillonner docilement. Il ne lui arracherait pas l’information de force. Elle savait qu’il ne lui ferait aucun mal mais elle se demandait tout de même si elle pouvait lui en parler librement.

- Appelons ça ... Une intuition ? Je ne sais pas trop comment expliquer mais ... Disons simplement que je suis capable de percevoir des choses ... Des choses que je ne veux pas forcément d’ailleurs un peu comme ... Ce sentiment bizarre de devoir  cacher ce que je suis alors que je ne cache rien ... Ca vient de toi, n’est-ce pas ?

De nouveau, elle en avait trop dit. Mais ce n’était pas vraiment sa faute. Elle ne se rendait pas vraiment compte des sentiment et impression qui s’insinuait en elle. Du coup, elle secoua la tête et ferma les yeux pour se concentrer. Elle avait dû le mettre mal à l’aise et elle se disait que s’il décidait de la fuir, c’était légitime. Qui ne serait pas effrayé par une personne à laquelle on ne peut cacher aucune de ses moindres impression, de ses moindres doute ? Du coup, elle s’empressa de s’excuser avant d’en rajouter une couche malgré elle.

Oh je ... Je te prie de m’excuser, je dis parfois des choses ... Qui dépasse ma pensée.



_________________
♦️ Je ressens ta peine Invité ...
Voir le profil de l'utilisateur http://chibisland.forumactif.org/

Hybride
avatar
Alto Crow
Hybride

Messages : 22

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité:
MessageSujet: Re: Faire comme l'oiseau. [Hope]   Lun 13 Jan - 13:56

Faire comme l'oiseau


Hope Balmella | Alto Crow




-----------------------------------------------




Malgré la présence étonnante de la demoiselle, je n'étais pas spécialement mécontent d'avoir de la compagnie. Les gens du temple de Miran connaissaient mon penchant pour la lecture et avaient tendance à me délaisser - un peu trop, même. Oh, bien entendu, ils me parlaient comme à tout un chacun, avec respect et gentillesse, respectueux de mon savoir, mais ce n'était pas pareil. Pas pareil qu'ici. C'était comme écrire sur une page blanche, et ça faisait du bien.

Je gravais donc son nom dans ma tête, dans ces casiers de mémoires que j'utilisais comme d'autres utiliseraient une armoire en bois. Hope, hm ? J'allais retenir son nom. Sait-on jamais, si je la recroisais ? Cependant, qu'elle fût une future prêtresse me fit hausser les sourcils. Ma surprise était grande, et plus encore ma satisfaction : je rencontrais rarement les gens et religieux des autres temples, et tomber sur une religieuse de Laliah dans une forêt où il n'y avait personne ... Je ne croyais ni au destin ni au hasard. Etions-nous prédisposés à nous rencontrer ? Etait-ce un geste des dieux ? Je me questionnais là-dessus, tout autant que sur ses paroles bienfaisantes quand elle s'installa sur la berge, à quelques mètres de moi. C'était comme si, tacitement, nous avions acceptés la présence de l'autre, sans pour autant vouloir empiéter sur ses plates-bandes. Curieux, j'observais son manège et remarquais le petit siphon d'eau pâle qui tourbillonnait sous le mouvement de son doigt ; un sourire amusé flotta sur mes lèvres. Amusement d'enfant, dont elle avait un peu l'apparence, malgré qu'elle soit une femme. J'appréciais le genre de personne capable d'aimer la nature, le calme, et les choses simples, comme faire crisser la neige sous ses pas ou jouer dans l'eau sans fioriture, sans ces masques que la société nous forçait parfois à porter.

Tout, parfois, semblait me ramener à mon apparence. Toujours ces masques à garder sur le visage, que ce soit celui d'un moine ou d'un humain. Je savais que dans de nombreuses villes, bien des hybrides se terraient, pouvant parfois errer au grand jour grâce à leur physique très rapproché de ceux des hommes. Moi-même n'avait pas exactement un corps d'oiseau, mais sans mon don de métamorphose, j'aurais été bien en peine de traîner dans les rues. J'aurais rapidement eu de gros ennuis. Je n'avais ni maître ni patron. Je n'avais que mes dieux, que mon temple. Je n'avais que des amis et pourtant, personne ne connaissait plus mon secret ; le dernier ayant connu mon existence d'Oiseau de Proie, de guerrier, était mort.

Hope révéla, suite à ma question, qu'elle avait la possibilité de ressentir des choses. Ses paroles me glacèrent un instant, avant que je ne repousse le sentiment de colère et de chagrin. Je n'avais pas à me sentir ainsi. De toute évidence, elle ne savait qu'une chose : mon sentiment vis à vis de mon secret. J'étais très curieux, et j'avais le sentiment que si je ne lui révélais pas ce que j'étais, jamais je ne pourrais aller plus loin dans ma compréhension de cette étrange jeune femme. Je balayais d'un geste ses excuses, faisant par ce geste de la main signe qu'elle ne m'avait pas importuné.


Non, ce que tu dis est juste. Je ne vois pas pourquoi je devrais te mentir. Tu as tout à fait raison ; ce don que tu as doit être à la fois très intéressant et bien écrasant, par moment dis-je doucement, ayant effacé en moi toute trace d'émotion négative. J'hésitais, puis me décidais. Les dieux avaient mis sur mon chemin une femme capable de pré-sentir mon secret ; je me plierais donc à leur volonté. Libre à eux que je sois trahi ou non. Je n'étais rien d'autre qu'un pion entre leurs mains, et cela ne me gênait pas. Cependant, ce qui me gênait bien plus, c'était de me révéler physiquement. Je toussotais, le rose me montant aux joues, et pour la première fois depuis bien longtemps, je détournais mon regard de sable, pour fixer l'onde. Ce que tu vois de moi n'est pas tout à fait exact. Je n'ai en réalité pas une apparence aussi humaine. C'est incroyable que tu ais réussi à sentir cela ... je ... Je suppose que, plutôt qu'un discours, je ferais mieux de te montrer.

Je n'avais même pas fait attention que nous nous tutoyions. J'avais pourtant l'habitude de vouvoyer, par respect envers mes ouailles. Je me redressais, avec l'impression d'être lourd et maladroit. J'ouvris délicatement mes robes, pour libérer mon dos et mon torse de leur carcan de tissu, puis, fermant les yeux, le temps d'inspirer et d'expirer très doucement, je libérais mon don. L'emprise de la métamorphose s'estompa, et dans un flou étrange poussèrent sur moi mes réelles excroissances de plumes. Deux ailes de jais, aux ramures luisantes d'une couleur bleue de nuit, apparurent dans mon dos, gigantesques, puissantes, capables de me porter. Des lignes de plumes survinrent sur ma peau, et mes doigts se couvrirent d'une chair comme du cuir, noire, avec des ongles comme des griffes au bout. Mon regard, enfin, s'était coloré de rouge, non pas ce rouge sanglant et effrayant, mais un pourpre profond, comme du vin. Je les ouvris, les posais sur la demoiselle. Ses prunelles, à elle, étaient plus claires que les miennes. Je souris, d'un air mi-figue mi-raisin, ne sachant que dire à présent.

Autrefois, j'inspirais la peur sur les champs de bataille. Mais cette existence était finie. Malgré que je gardais ma musculature grâce à mes entraînements, je ne savais plus manier mes épées jumelles, qui prenaient la poussière dans le grenier de la bibliothèque de mon temple. Je fis aller mes doigts, appréciais leur souplesse, et plus par réflexe qu'autre chose, fis bouger mes ailes.

Peut-être est-ce présomptueux de ma part, mais je crois que les dieux t'ont mise sur mon chemin. Je ne sais pourquoi. Pourtant ... Tu es la première à qui je montre cela, hormis mon ancien mentor. Tu as été mise sur mon chemin, toi capable de lire les coeurs et les esprits. J'aurais pu rencontrer une demoiselle tout à fait normale, mais non. Je suis tombé sur toi, une religieuse, qui plus est capable d'entrevoir mon secret. Ainsi, regarde. Voilà ce à quoi je ressemble, sous couvert de mon apparence humaine.

Bizarrement, un mélange de honte et de fierté battait en mon coeur. J'avais un peu peur de sa réaction : et si elle prenait peur devant moi ? Pourtant, j'étais heureux de ne plus avoir à me cacher, ne fut-ce que pour un court instant. Je déglutis discrètement, la gorge sèche et les narines palpitant. Je devais faire confiance à mes dieux. J'étais, ici, en pleine nature. J'étais un hybride. Je me devais de croire en eux, et de croire en la raison pour laquelle ils avaient mis Hope sur mon chemin, ce jour-ci exactement. Je souris un peu plus, ne réussissant qu'à avoir l'air maladroit, et bien plus jeune que la vérité.

_________________
Voir le profil de l'utilisateur

Sang-mêlé
avatar
Hope Balmella
Sang-mêlé

Messages : 67
MessageSujet: Re: Faire comme l'oiseau. [Hope]   Lun 13 Jan - 19:21

♦ Vole comme un papillon, pique comme une abeille.
F E A T Alto Crow.

De la peur ? Oui c'était bien ça. Un écho de peur lui parvint quand elle mentionna qu'il cachait sans doute quelque chose d'important. Sur le coup, elle pensait avoir été trop invasive. Les mots avaient beaux sortir tout seul, il fallait toujours qu'elle en dise trop. Cependant, si elle devait lui reconnaître quelque chose, c'est qu'il avait raison, ce don qu'elle avait, était parfois bien lourde à porter. Fort heureusement pour elle, le moine de Miran qu'il était dans sa grande sagesse parvint à maîtriser sa peur, elle le sentait, ce conflit intérieur, le dilemme qu'il avait et finalement la foi. Oui, ce sentiment là, elle n'avait aucun mal à le discerner. C'était un sentiment pur dans lequel elle aimait particulièrement se réfugier lorsqu'elle le pouvait. Quel que soit ses pensées ou ses interrogations, il avait, grâce à sa foi réussit à reprendre le contrôle de sa peur. Bien sûr, elle restait présente dans un recoin de son esprit, mais elle ne dominait pas et c'était rare. Si bien que la jeune femme qui l'observait toujours silencieusement fût prise soudainement pour lui d'un respect qui se lisait dans ses prunelles incendiaires. C'était la première fois, hormis avec Eileen qui possédait le même don, que quelqu'un semblait l'accepter aussi facilement. Même ses précepteurs l'avait craint un long moment avant de pouvoir approcher la jeune fille. C'était peut-être pour cela qu'elle cherchait des endroits comme celui-ci ? Pour y rencontrer des personnes aussi ... extraordinaire ?

Dans un premier temps, elle ne comprit pas vraiment ce qu’il voulait dire. Le fait qu’on ne puisse pas être quelqu’un physiquement lui semblait vraiment ... Étrange. Elle pensait plutôt à un esprit libre, beaucoup moins calme et posé que celui qui apparaissait devant elle. Elle ne comprenait pas vraiment où il vouait en venir et cueillit donc sa proposition de se montrer plutôt que de s’expliquer comme une chose plus évidente. Mais bizarrement, elle ne se sentait pas effrayé par son interlocuteur. Loin de là. Alto était jusqu’à présent la seule personne où malgré le conflit d’émotion qui faisait rage, elle arrivait à discerner, à comprendre et par conséquent, elle se sentait plus proche de lui que de n’importe qui en cet instant précis. C’était d’ailleurs un curieux sentiment. Elle se rappelait aussi la surprise qu’elle avait eut le temps de saisir dans son cœur lorsqu’elle avait annoncé son avenir de prêtresse, maintenant, en voyant le jeune homme sous son vrai jour, c’était à elle d’être surprise et stupéfaite. Malgré le même visage qu’elle reconnaissait sous quelques plumes, la personne devant elle, bien que fondamentalement la même – elle le sentait – n’était plus vraiment pareille. Écarquillant les yeux, elle observa ses ailes noires. Un curieux sentiment ... De l’envie peut-être ? Elle qui avait toujours voulu savoir ce que ça faisait de voler, elle rencontrait quelqu’un capable de le faire. Mais, pourquoi cachait-il donc ça ? Ce devait être merveilleux de pouvoir ... Oh. Elle comprit soudain qu’il était hybride et que leurs conditions de vie les forçait à se cacher. Finalement, tout devenait clair en fin de compte.

Pour le moment, elle ne trouvait pas les mots. Alors bien évidemment, c’est Alto qui reprit encore une fois la parole. Des paroles que la jeune femme écoutait sans la moindre envie de l’interrompre. Ses propos lui firent monter le rouges aux joues. C’est vrai que cette rencontre était sans doute une exigence divine. Il dégageait dans son corps originelle de la grâce, une prestance qu’elle ne pouvait expliquer. En vérité, elle était admirative de cet hybride qui pourrait à sa guise parcourir les cieux. Ce domaine encore inconnu de tout être. Ce domaine appartenant aux chevaliers dragons et leurs montures ainsi qu’aux oiseaux. Il y en avait-il d’autre comme lui ? Elle en doutait. Et même s’il y en avait d’autre, rien ne lui assurait qu’ils seraient aussi surprenant qu’Alto. En vérité, c’était qu’il soit moine, calme et honnête qui faisait de lui un être qui lui inspirait confiance. Il ne semblait avoir douté un moment de lui montrer cette forme, sans doute avait-il raison. Reprenant appui sur ses jambes, la jeune femme se redressa pour approcher un peu, malgré elle, elle tendit les mains pour caresser l’une des plaques de plume sur son bras. Elles étaient vraies. C’était bien son autre apparence qui était factice alors ... Remarquant ce qu’elle était en train de faire elle recula d’un pas.

- Oh, pardon, j’étais surprise et je .. Euh .. Désolée. Permettrais-tu que je .. ?

Elle désigna malgré elle ses ailes. Sans mauvais jeu de mot, elle lui tourna autour pour voir cette merveilleuse excroissance. Est-ce que cela faisait mal ? Non, elle ne ressentais aucune douleur et même peut-être une sensation d’amusement, de soulagement ? Non peut-être pas ... Si elle avait du mal à l’identifier, c’est probablement que ce n’était pas elle. D’ailleurs, elle le savait, entre l’émerveillement et la curiosité, elle n’avait en ce moment pas de place pour autre chose.



_________________
♦️ Je ressens ta peine Invité ...
Voir le profil de l'utilisateur http://chibisland.forumactif.org/

Hybride
avatar
Alto Crow
Hybride

Messages : 22

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité:
MessageSujet: Re: Faire comme l'oiseau. [Hope]   Lun 13 Jan - 19:56

Faire comme l'oiseau


Hope Balmella | Alto Crow




-----------------------------------------------




Je pense que, même autrefois, devant mes guerriers, je n'avais pas fait preuve d'autant d'honnêteté. J'avais toujours un secret à cacher, une idée derrière la tête. Quelle étrangeté que de se sentir nu devant une - presque - parfaite inconnue. J'avais eu, un instant, peur de l'effrayer, mais je m'en étais remis à la foi qui battait en moi, comme un marteau sur une enclume. Voilà ce qu'avait allumé en moi mon mentor : un foyer de braises éternelles, sous lesquelles couveraient une foi inébranlable en ces dieux qui m'avaient offerts une seconde vie, une seconde chance. Je clignais doucement des yeux, vaguement amusé par la surprise qui se peignait sur son visage aux traits fins. Elle ne s'attendait de toute évidence pas à cela ; je savais que toutes les explications au monde n'auraient pas suffi pour éclaircir ce sujet.

Je la vis s'approcher, mais jamais je n'aurais imaginé qu'elle toucherait une ligne duveteuse couverte de plumes, la peau durcie et couvertes de rémiges noires, comme pour en tester la réalité. Hé oui, voilà ma vraie forme. Oh, si je reprenais forme humaine, elle ne toucherait que de la peau. Elle ne sentirait nulle part mes ailes, mes plumes. Bizarrement, son contact me troubla. Même Luwec n'avait jamais touché mon corps plumeux. Il s'était toujours tenu à distance, comme si me touchait était une marque d'irrespect. Alors, être touché ainsi, sous ma réelle forme, sans qu'aucune peur ou crainte ne voile son regard, juste de la curiosité ... C'était nouveau. Face à son soudain recul, j'eus un petit rire grave.

Ce ... Ce n'est rien. Je pense avoir été aussi surpris par ce geste que tu l'as été par ma réelle apparence.

Puis, d'un hochement de tête, je l'autorisais à s'approcher de moi. Son petit manège, comme si elle tournait autour d'une bête exceptionnelle, me dévorait d'amusement. J'avais l'impression d'être un grand dragon, tiens. Juste pour rire, je les fis un instant bouger, les écartant, pour laisser voir leur longueur, plumes dévoilées, ailes déployées en entier. Sans vouloir me vanter, mes muscles de mes ailes étaient puissants. Il le fallait, pour me porter. Peut-être étais-je rouillé, depuis que je n'avais plus arpenté les cieux. La dernière fois ... La dernière fois datait de ce jour-là. Mon aile droite se replia vivement, et d'un geste, je pliais ce membre comme un autre en avant, comme j'aurais plié mon bras. Je cherchais à tâtons, du bout de mes doigts, la vieille cicatrice. Sous un amas de plumes désordonnée, je la trouvais. Sinueuse, dure, graveleuse ; cette blessure qui m'avait valu d'être encerclé. Je secouais la tête ; je ne devais pas penser à ça, surtout si elle pouvait lire émotions et sentiments. Je roulais des épaules, par réflexe, et me tournais vers elle, lui ayant laissé assez le loisir de détailler mes ailes et mon dos.

Votre don, est-il d'origine humaine ? demandais-je doucement, avec un brin de soupçon ; ce regard, cette forme de télépathie ... Cette demoiselle me semblait loin d'être totalement humaine. Mais qui sait ? Peut-être était-elle bénie des dieux ?

A présent que j'avais découvert mon apparence et qu'elle ne s'était pas enfuie en courant, j'avais envie d'en profiter un peu. Nous étions au fin fond de la forêt, dans ce coeur boisé où seuls les plus éperdus des aventuriers pénétraient. Faisant de nouveau bouger mes ailes déployées, je fis chauffer un peu mes muscles, un petit rictus amusé flottant ses mes lèvres minces. Enfin, retirais totalement le haut de ma tunique, pour me laisser le loisir de voler amplement, sans être gêné ; me retrouver ainsi, torse nu, seulement vêtu de mes pantalons amples et de mes bottes, ne me gênait pas, pour la simple et bonne raison que la pudeur n'était pas une chose qu'on m'avait enseignée. Un corps nu reste un corps, dénudé ou non.

Si vous voulez, je peux vous faire visiter ces cieux qui ont été miens, à une époque dis-je, d'une voix ronronnante, en essayant de ne pas songer à cette époque lointaine où le ciel était réellement mon univers. Je tendis mes mains devant moi, pour l'inviter. Elle n'avait pas l'air bien lourde, et me dégourdir les ailes, caché par les frondaisons, me ferait du bien, invitée ou non. Et puis, je dois avouer que cette jeune femme m'intriguait. De par sa nature douce et compréhensive, il m'était venu l'envie de lui faire partager ce simple plaisir de voler. Peu de gens en avaient l'occasion, et pourquoi pas, après tout ? Il suffisait de ne pas se faire repérer, et ici, loin de tout ... Je vous promets de ne pas vous faire tomber.

Petite boutade. Je ne sais si elle avait peur ou non de voler, mais je sais que bien des humains en rêvent. Planer dans les cieux. Mon ascendance corbeau reprenait le dessus, et je sentais bouillir dans mes veines l'appel des nuages - ou tout du moins des cieux. A elle de choisir si elle désirait ou non m'accompagner ; si elle refusait, je n'y verrait pas de rebuffade difficile, qu'elle se rassure.

J'ai été recueilli par un moine, mon mentor, Luwec, à la suite d'une blessure, il y a plusieurs années. Il a été le seul humain à me voir sous ma vraie forme. Mais finalement, ils avaient été beaucoup à me connaître sous le nom d'Oiseau de Proie ... Mais qui viendrait faire le lien entre ce guerrier aux cheveux longs et aux épées aussi acérées que sa langue, avec ce moine doux et calme ? Tout comme lui, vous n'avez pas peur de moi. Pourtant ... Beaucoup croient que les hybrides sont sauvages, violents, cédant à leur part animale. Pourquoi ne pas être effrayé par moi ?

Sa compréhension me dépassait. Pour une humaine, elle était sagace, de mon point de vue. Je voulais la comprendre, à mon tour ; comprendre la compréhension de quelqu'un, quelle ironie, non ? J'avais toujours les bras et mains tendues vers elle, l'invitant à me rejoindre, à se laisser soulever, à venir arpenter les cieux, portée par mes ailes.

_________________
Voir le profil de l'utilisateur

Sang-mêlé
avatar
Hope Balmella
Sang-mêlé

Messages : 67
MessageSujet: Re: Faire comme l'oiseau. [Hope]   Mar 14 Jan - 14:08

♦ Vole comme un papillon, pique comme une abeille.
F E A T Alto Crow.

Pour la première fois, elle entendit son rire et un sourire naquit sur son visage. De toute évidence, même ses gestes maladroits et déplacés n’avaient pas l’air de pouvoir arriver à bout de son calme. C’est vrai qu’elle avait été surprise, mais d’un autre côté, elle le trouvait, sous sa vraie forme, plus intriguant encore qu’avant. Peut-être était-ce pour cela qu’elle s’était sentie aussi bien avec lui, elle qui d’habitude s’entend bien avec les oiseaux, de manière générale. C’est bien simple, si tout est lié, alors le fait qu’elle s’entende bien depuis toujours avec les oiseaux n’avait de sens qu’à cette instant précis, pour faire cette rencontre. Si un oiseau ne lui avait pas donnée l’envie de s’échapper aujourd’hui du temple, elle n’aurait pas fait sa connaissance. Oui, au plus elle y pensait et moins cette rencontre lui semblait naturelle, elle avait comme le sentiment vague que c’était là qu’elle devait être à cet instant précis. Pour sentir son amusement. Ou peut-être pas ? Un amas de sentiment complexe revenant du passé la submergea un bref instant. Non, il ne fallait pas qu’elle empiète dans son passé. Elle recula quand il bougea son aile. Elle avait peut-être été trop invasive en voulant voir ses ailes. Elles étaient grandes et semblaient puissante. En même temps, elles devaient l’être pour supporter le poids d’un homme adulte. Finalement, il se tourna à nouveau vers elle en lui posant une question. Après tout, il n’avait eut aucun secret, il méritait bien d’en savoir plus, lui aussi.

Humaine ... Bien sûr. Elle avait toujours été élevée comme cela. D’ailleurs, personne n’avait jamais supposé le contraire ou autre chose. Elle n’avait aucun attribut elfique, bien au contraire et son apparence, mis à part ses yeux écartait toute les hypothèses. La vérité, c’est qu’elle ignorait tout de ce don. Elle l’avait. Elle l’avait toujours eu et elle l’aurait toujours. C’est pourquoi son premier réflexe fût d’hausser légèrement les épaules. Elle était un peu mal à l’aise en fait. Ce n’est pas qu’elle ne voulait répondre, c’est qu’elle ne savait pas. Lorsqu’elle abordait le sujet avec ses précepteurs, ils se hâtaient d’éluder ses questions, de répondre à côté de la plaque ou de feindre je ne sais quoi pour éviter à la jeune femme d’en savoir trop. Alors depuis, elle était conditionné. Elle ne s’attendait pas à cette question, baissant les yeux vers la droite pour regarder s’écouler l’eau, la jeune femme resta silencieuse près d’une longue minute avant d’inspirer et de lui répondre. Quitte à ne pas donner de vrai réponse, elle lui dirait au moins tout ce qu’elle savait.

- Honnêtement ... J’ignore d’où me vient ce don. Je n’ai jamais connu mes parents et bébé déjà, j’habitais le temple de Laliah. Ce sont des prêtres qui m’ont recueillie et ils n’ont jamais vraiment ... Répondu à mes interrogations. Ils ne savent pas non plus qui étaient mes parents. Du coup, tout ce que je sais c’est que ... Les dieux l’ont voulu ainsi. Je ne saurai peut-être jamais.

C’était là tout ce qu’elle était capable de lui dire sur elle. Elle ne savait pas grand chose si ce n’est qu’elle avait toujours été élevée de manière à devenir prêtresse, c’était probablement là l’essence de son être. Et elle l’acceptait. Il accueillit l’information sans plus, il y avait en lui un doute, un doute la concernant mais elle ne s’en offusqua pas. Depuis longtemps, elle avait renoncé à s’imaginer des scénario de peur d’être finalement déçue. Combien de fois n’avait-elle pas rêvé de sa mère débarquant au temple pour l’emmener ou bien libre de parcourir le vaste monde dont elle avait si peur. Visiblement, malgré le manque d’information, il avait été satisfait de sa réponse, et elle s’étonnait qu’il n’entre pas plus en profondeur que cela dans ses questions. Ou peut-être n’en n’avait-il tout simplement pas en tête pour le moment ? Ce sont des choses qui arrivent après tout.

Quand il prit la parole, elle crut d’abord à une plaisanterie, mais croisant son regard, elle remarqua que sa proposition n’avait rien de fantasque. Au contraire, libre de sa tunique, il ressentait ce besoin de s’élever, de voler dans le ciel. Quoique de plus naturel pour quelqu’un qui en est capable ? L’appel de la nature ; appelons ça comme ça. Elle rit quand il compléta sa phrase d’une pointe d’humour. Déjà certaine que même s’il la faisait tomber, il viendrait aussitôt la rattraper à quelques mètres du sol. Il n’en fallut pas plus à la jeune demoiselle pour faire un pas vers lui. Combien de personne avaient-elles eu la chance de sentir la terre se dérober sous leurs pieds et de s’élever, ne fut-ce que l’espace d’un instant ? Dans la vie, il y a des opportunités qu’on ne laisse pas passer, jamais. Mais tout chose ayant un prix, il lui posa d’abord une question et malgré qu’elle semblait pourtant simple, la jeune femme dût chercher ses mots pour le formuler correctement. Même si quelque part, elle avait toujours ce sentiment d’être maladroite. Pendant sa réflexion, elle baissa machinalement sa tête vers le sol. Finalement, elle releva le visage et planta ses iris dans ceux de son interlocuteur.

- Pourquoi devrais-je l’être ? demanda-t-elle en haussant faiblement les épaules. Je sens que vous ne me ferez aucun mal et cela me suffit. Pas que j’ai pleine confiance en mon .. Don. Mais même avec l’esprit combatif qu’est le vôtre, je ne ressens pas de haine ou de violence. Uniquement une rage de vivre ... Expliqua-t-elle, pour se justifier du mieux possible du pourquoi elle ne le craignait pas. Avant aujourd’hui, je n’avais jamais conversé avec un hybride. Confia-t-elle timidement. Mais, même avant je ne les jugeais pas. Humains, Elfes ou Hybrides, nous sommes tous différents, tous unique. Certains sont peut-être violent mais pas tous alors je préfère ne pas ranger les gens dans un sac et en juger moi-même au cas par cas selon mes rencontres. Termina-t-elle tout simplement.

Une grande éloquence n’était pas forcément son fort. C’est pourquoi avec un sourire, elle finit par tendre l’une de ses mains pour la poser sur l’une des siennes. Sans pouvoir l’expliquer, elle avait confiance en lui. On ne l’expliquait pas. C’était un fait. Elle n'avait d'ailleurs même pas remarqué qu'ils s'étaient mis à se vouvoyer, sans doute pour garder finalement une certaine distance ?


_________________
♦️ Je ressens ta peine Invité ...
Voir le profil de l'utilisateur http://chibisland.forumactif.org/

Hybride
avatar
Alto Crow
Hybride

Messages : 22

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité:
MessageSujet: Re: Faire comme l'oiseau. [Hope]   Mer 22 Jan - 16:18

Faire comme l'oiseau


Hope Balmella | Alto Crow




-----------------------------------------------




Les paroles explicatives sur son don me laissèrent sur ma faim, bien que je devinais qu'elle ne m'avait pas menti. Ainsi, elle ne connaissait pas ses parents. J'avais la bizarre impression qu'elle n'était pas humaine, mais elle n'avait ni oreilles pointues ni atouts d'animaux. Elle devait l'être, forcément, alors pourquoi je ressentais cette espèce de sensation indéfinissable ? Et puis, ses yeux rouges ressemblaient aux miens. Un peu, pas beaucoup, certes, mais un peu, c'est quand même quelque chose.  Je me contentais de hocher la tête, acceptant son explication sans en rajouter.

Mais avant même de vouloir voler, je voulais savoir. La curiosité était l'apanage de beaucoup de moines ; nous poser des questions était vital, voilà tout. Que ce soit sur l'humanité ou sur les dieux. Je l'observais, et haussais les sourcils quand elle planta son regard rouge dans le mien, écarlate. Une rage de vivre, hein ? Etrange. Jusqu'où pouvait se limiter son don ? J'avais presque envie de voir, mais cela aurait été plutôt ... Intime. Je devrais lui dévoiler des parties de moi, pour voir si elle était capable de les ressentir, et ce n'était pas ce que je désirais, en fait. L'aveu qu'elle me fit de n'avoir jamais conversé avec un hybride ne me surprit pas plus que ça. La plupart étaient traités en esclaves, ne méritant pas la parole des autres humains - même si je devinais qu'elle ne pensait pas comme ça - et le reste se cachait des yeux trop curieux. Je souris et hochais encore la tête, faisant voltiger quelques mèches de cheveux sombre.

Je pense la même chose. Nous sommes tous sur cette terre par la volonté des dieux. Ce n'est pas parce que certains humains sont cruels qu'ils le sont tous ; tout comme chaque race possède ces êtres cruels ou mauvais, chaque race possède également des êtres bons dignes et doux.

Et moi, dans quelle catégorie me classais-je, hein ? Je souris encore, bien que le côté ironique de ma pensée ne put toucher Hope. Autrefois, je n'étais pas digne qu'on me parle. J'étais violent, abruti de violence et assoiffé de sang et de liberté. Cette soif de conquête pour ma liberté ne m'avait pas quitté, j'en avais encore envie, mais j'avais appris que les armes et la guerre n'appellent à rien d'autre qu'au sang et à la douleur. Je réalisais soudain que nos mains se touchaient, et je baissais mon regard sur ce contact simple et amical. Il était rare qu'on me touche : mon statut de moine, de rat de bibliothèque et de jeune homme distant ne donnait pas envie aux gens de me serrer dans leurs bras. Mais là, ce n'était pas un contact insidieux. C'était simple, oui. Je pris sa main dans la mienne, puis, sans crier gare, me baissais pour passer un bras derrière ses genoux, et me redressais en la tenant dans mes bras. Puis, tout aussi rapidement, je m'élevais du sol dans un puissant bond. Mes ailes me permirent de décoller, et tout en faisant attention à la demoiselle, et aux branches des arbres aussi, j'en vins à longer la cascade qui s'abattait plus bas. L'eau qui coulais nous aspergeait le visage de fines gouttelettes presque imperceptibles.

Voler est l'apanage des oiseaux. Mais ça me fait plaisir de vous en faire profiter.

Je n'avais pas non plus réalisé qu'on s'était remis à se vouvoyer. Elle, ou moi ? Peu importait qui avait recommencé le premier à vouvoyer l'autre. Ce n'était pas une marque de distance, ici, mais de respect, à mon avis. De plus, même en la vouvoyant, je me sentais proche d'elle, proximité physique oblige. Je sentais son poids- pas bien lourd - dans mes bras, et mes muscles d'autrefois réagissaient, se bandaient, pour la porter de façon à peu près confortable. Je jaillis des arbres bas, sans pour autant me défaire de la protection des frondaisons hautes, de peur qu'on ne nous voit, sait-on jamais. Profitant d'un courant d'air chaud, je me laissais planer, heureux de pouvoir voler, heureux d'en faire profiter quelqu'un.

Alors, qu'est-ce que cela fait de parler à un hybride en chair et en plumes ? fis-je d'une voix un peu amusée, un peu moqueuse mais pas méchante.   Suis-je comme vous l'imaginiez ?

J'eus un petit rire bas, qui dut se répercuter comme un écho dans ma poitrine. Je continuais à voler, puis, n'y tenant plus, je perçais les frondaisons hautes dans la lumière de l'après-midi. Rapide, je montais dans le ciel, comme pour y toucher les nuages. Alentours, des nuées d'oiseaux s'envolèrent à tire d'ailes, effrayés, et je sentis mon corps s'exalter. C'était chez moi, ici, comment avais-je pu l'oublier ? J'étais le maître des cieux, autrefois. Et encore maintenant, si je le voulais ... L'excitation, le bonheur m'envahissaient, sans que je puisse - ou veuilles - les repousser. Je ne réalisais que maintenant combien cela m'avait manqué.

Coupez les ailes d'un oiseau, et vous gâchez sa vie.

Avais-je gâché la mienne en m'enchaînant au sol ?

J'aimerais que tous, elfes, humains, hybrides, puissent voir cela. dis-je tout bas, conscient qu'elle pouvait m'entendre. Cela, c'était ce paysage qui défilait sous nous, frondaisons des arbres qui formaient comme des nuages verts et or sous la lumière pâle de l'astre solaire ; les nuages blancs et gris étaient notre plafond. Des oiseaux voletaient autour de nous, paillant, sans que j'y comprisse quoi que ce soit. Tout cela était beau, puissant, naturel. Pourquoi vouloir autre chose ? Je soupirais, puis amorçais ma descente ; j'avais pris assez de risques pour la journée. Curieux, je déposais mon regard sablonneux sur la demoiselle : avait-elle apprécié la balade ?

_________________
Voir le profil de l'utilisateur

Sang-mêlé
avatar
Hope Balmella
Sang-mêlé

Messages : 67
MessageSujet: Re: Faire comme l'oiseau. [Hope]   Dim 26 Jan - 12:14

♦ Vole comme un papillon, pique comme une abeille.
F E A T Alto Crow.

La jeune femme était contente de savoir qu’il ne chercherait pas plus loin sur son don pour le moment, elle devinait – et cette fois par ses propres moyens – qu’il n’était pas vraiment satisfait de son explication mais qu’il comprenait également les sentiments de la jeune femme. Et puis, peut-on vraiment expliquer tout les pouvoirs que l’on trouve dans le monde, le sien de cacher ses plumes aux autres n’était-il pas un cadeau divin. Le sien en était probablement un aussi, même si elle ignorait encore quel était sa véritable utilité pour le moment, elle ne doutait pas que les dieux finiraient par lui dévoiler les raisons de tout ce qu’elle avait déjà vécut jusqu’ici. Oh bien sûr, elle n’avait pas à se plaindre, nourrie, logée et blanchie, elle n’avait jamais fait de caprice et s’était toujours comporter comme une jeune fille de temple. En même temps, le milieu ne lui laissait pas le loisir du caprice, parfois, elle avait la sensation de ne pas vraiment avoir eu d’enfance. En pensant à tout cela, cela lui permettait plus facilement de ne pas s’insinuer en lui de manière intensive, il pouvait alors être tranquille avec ce qu’il ressentait et rester honnête avec lui même sans qu’elle n’apprenne tout les ressentiment qu’il avait déjà subit au cours de son histoire. Elle préférait écouter ses paroles, heureuse d’avoir quelqu’un capable de la comprendre et qui pensait même sur certains sujets de la même façon que la demoiselle. Peut-être était-ce ça qui lui donnait aussi confiance en lui quelque part.

Leur main restèrent un moment comme suspendue dans le temps, comme si un accord secret et tacite s’était produit entre les deux protagonistes sans même qu’il ait à ajouter un mot de plus. Et puis, sans crier gare, les jambes de la jeune fille quittèrent le sol et elle se retrouvait dans les bras d’Alto. Par réflexe ou par instinct, la jeune femme passa ses bras autour de lui en veillant bien à ne pas gêner ses mouvements. Mais à peine avait-elle eut le temps de le faire que déjà, elle avait l’impression que la gravité terrestre n’avait plus emprise sur elle, pour la première fois, elle volait. L’air faisait volé les mèches roses autour de son visage et de fine gouttes caressait son visage tandis qu’ils longeaient la cascade. Bien que crispée au décollage, la demoiselle commençait à se sentir aussi à l’aise que lui dans son élément. Elle n’irait pas jusqu’à dire qu’elle possédait des ailes mais ce baptême de l’air était ce qu’elle avait vécut de plus fou jusqu’ici. Elle ne regrettait absolument pas de l’avoir rencontré ici et remerciait les dieux de l’avoir placé sur son chemin. Elle lui en était vraiment reconnaissance et lorsqu’il prit la parole, elle sourit de plus belle en le remerciant.

- Merci ... Cela me touche énormément. J’avais toujours rêvé de savoir ce que cela faisait de pouvoir fendre l’air comme un oiseau épris de liberté ...

Cette confidence était sortie seule et étrangement, en cet instant, elle ressentait la même chose. Leurs sentiments s’accordaient dans un écho qu’elle ressentait à travers tout son corps. L’envie, le plaisir de voler et de prendre de la hauteur. D’ici, tout lui semblait si insignifiant. Elle regardait autour d’elle avec la curiosité d’un nouveau-né, ce monde qu’elle découvrait et qui ne lui appartenait pas lui semblait si agréable. Quelque part, elle aurait pu être envieuse mais savoir que peu avait eu cette chance suffisait à lui faire comprendre la chance qu’elle avait. Souriante, elle se tournait alors vers lui et remarquais que malgré les quelques mètres qui les séparaient du sol, les arbres couvraient encore leur vol. Mais là, dans l’immédiat, ce qui l’amusait était le sentiment de bien-être qu’elle ressentait et qu’il savourait lui aussi. L’immense plaisir de retrouver les cieux. Ce qu’elle pensait de lui ? Elle n’y avait pas vraiment réfléchi, jamais elle n’avait vraiment réfléchi à comment était les hybrides. Elle s’imaginait qu’en pouvant vivre au grand jour sans avoir à se cacher, ils seraient sans doute différents. Ils l’étaient déjà de ce qu’elle imaginait et elle ressentait à son égard une proximité qu’elle n’avait même jamais ressentie pour ses pairs.

- Je dois dire que je ne m’attendais pas du tout à ça. Je ne pense pas que j’aurai pu imaginer pareille rencontre.

Elle souriait et se sentait bien, simplement là, sans sentir la pesanteur, les bras d’Alto la tenant fermement pour qu’elle ait l’impression d’être aussi légère qu’une plume. Elle sentit vibrer sa poitrine et leva un court instant les yeux vers lui, c’est à ce moment là qu’il prit encore de l’altitude, dépassant cette fois les arbres pour rejoindre les oiseaux qui piaillaient déjà autour d’eux. Malgré sa nature humaine, la jeune femme ne se sentait pourtant pas comme une intruse dans ce lieu paisible. Non, bien au contraire. L’excitation et le bonheur de son partenaire de vol était tel qu’elle ne sut même pas. Cela lui avait manqué, à n’en point douter. D’ailleurs comment pourrait-elle réagir maintenant qu’elle aussi avait ressenti le plaisir de sentir la brise fraîche de l’altitude passer dans sa chevelure rose ? Quel être sain d’esprit refuserait ces moments dans le ciel pour rester au sol à mener une vie monotone. Le ciel ne connaissait pas lui la monotonie. Même sur le sol, elle l’avait vu toujours différents. Ses yeux se portèrent sur l’horizon, elle restait calme et hochait la tête lorsqu’il souligna que chaque personne, peut importe ce qu’elle soit, devrait voir ce spectacle. Consciente de la beauté des lieux, elle ne pouvait qu’être d’accord.

Après encore quelques longues minutes de vol, elle sentit, ou plutôt elle vit les arbres se rapprocher légèrement et de plus en plus. C’est vrai qu’à bien y penser, elle n’avait pas eut la notion du temps à profiter de son baptême de l’air. Porter son poids en plus du sien devait être assez fatiguant si bien qu’elle le laissait faire pour regagner la terre ferme. Passant sous les frondaisons. Les deux finirent par retrouver la terre ferme. Retrouver la gravité lui faisait bizarre quand elle posa les pieds à terre. Se tournant vers lui, elle lui offrit alors un sourire sincère comme elle n’en avait sans doute offert à personne depuis longtemps. Dans ce monde où l’apparence fait tout, elle avait pu être elle-même, réaliser une rêve d’enfant et les mots ne suffiraient certainement pas à exprimer ce qu’elle avait ressenti ou ressentait en ce moment. A peine avait-elle retiré ses bras de son cou qu’elle les y remis en le serrant contre elle pour exprimer sa reconnaissance.

- Merci de m’avoir fait découvrir votre monde.

L’étreinte ne s’éternisa pas cependant, la jeune demoiselle ne voulant pas non plus paraître trop excessive dans ses remerciements. C’est pourquoi elle recula en lui laissant par la suite un peu d’espace. Elle n’avait pas trouver mieux que cela pour le moment. Et par respect, elle se referma sur elle-même pour le laisser en tête-à-tête avec ses sentiments. Ce don l’énervait parfois, surtout pour la maîtrise limitée qu’elle en avait. Il faut dire, elle avait toujours préféré fuir le contact plutôt que se forcer afin de l’affûter. Croisant les mains dans son dos, elle se retourna et fit quelque pas en direction de l’eau, observant maintenant la cascade avec un autre œil, un œil nouveau.


[/b]

_________________
♦️ Je ressens ta peine Invité ...
Voir le profil de l'utilisateur http://chibisland.forumactif.org/

Hybride
avatar
Alto Crow
Hybride

Messages : 22

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité:
MessageSujet: Re: Faire comme l'oiseau. [Hope]   Ven 7 Fév - 9:18

Faire comme l'oiseau


Hope Balmella | Alto Crow




-----------------------------------------------




De toute évidence, mon petit vol lui plaisait. Le contact de son corps tout entier dans mes bras, contre mon torse, avait cela d'étrange que je m'étais promis de ne jamais plus toucher un être vivant, surtout de sexe féminin. Non pas que j'eusse des appétits étranges ou une peur de tout cela, mais je ne désirais juste pas compliquer les choses. Pour les femmes, certains gestes ont des volontés qui n'en ont cependant pas chez les hommes. Mais ici, dans le ciel, alors que mes ailes nous portaient, ce simple contact était agréable, ni bizarre ni vicieux, ni malsain. Son sourire était heureux, tout simplement, et ce fût une sorte de récompense pour l'acte accompli. Je m'étais montré tel que j'étais, et je n'avais récolté ni cris, ni cailloux, ni coups, mais un sourire et de jolies paroles. C'était plutôt encourageant. Quant à sa réponse à ma question, j'eus de nouveau un petit rire et restais sans répondre ; il n'y avait pas de réponse à faire, de toute façon.

J'amorçais la descente, et finis par la déposer au sol, avant de rouler des épaules pour détendre mes muscles. Heureusement pour moi, elle était légère comme une plume. Elle était pleine de reconnaissance, et soudain, ses bras m'entourèrent de nouveau, me serrant contre elle. Ce geste étonnant me prit par surprise, mais je la laissais faire. Un geste d'affection sincère, juste d'affection, depuis quand n'en avais-je plus eu ? Je profitais de sa chaleur, de la douceur de ses bras contre ma peau, et j'eus même la hardiesse de porter mes mains contre sa taille, comme pour la tenir contre moi. Dès qu'elle se sépara de moi, après m'avoir remercié d'un souffle qui aurait pu me faire frémir si je ne m'étais pas retenu, je la lâchais, un peu gêné, tout en prenant garde à ne pas le montrer. Puis, j'eus un sourire par-devers moi : j'avais beau masquer mes émotions, elle le sentirait. Je m'efforçais de délaisser cette gêne : je me sentais proche de cette jeune femme, quoi que j'en dise. Les dieux nous avaient placé sur le chemin l'un de l'autre ; je n'avais pas mon mot à dire, et d'ailleurs je les trouvais avisés et sages de m'avoir fait rencontrer Hope. Une lueur taquine dans le regard, j'eus une petite réplique amusée :

Je devrais peut-être m'arranger pour que tu me remercie plus souvent ?

Elle se détourna un peu, observant la cascade et j'en fis de même. L'endroit était magnifique ; l'humidité ambiante collait à ma peau comme une couche de sueur fraîche. Je roulais de nouveau des épaules pour les détendre, et avançais de quelques pas derrière elle, tout en gardant une certaine distance, non par méfiance mais par volonté de ne pas empiéter sur son espace vital.

L'heure avance à grand pas. Je compte bientôt rentrer. Désire-tu que nous fassions le chemin ensemble ? proposais-je, tout en reprenant forme humaine - juste humaine.

L'air de rien, je reboutonnais mon habit, et repris mon masque d'humanité. Même si montrer mes ailes et voler m'avaient fait plus plaisir que je ne l'aurais imaginé, porter ce masque était devenu une habitude dont me départir était une étrangeté. Quelle ironie que cela ! Être soi-même était étrange, tandis que jouer un rôle semblait naturel. Mes yeux, redevenus couleur de sable, se posèrent sur Hope, presque affectueusement. J'appréciais la demoiselle, d'une façon encore indécise, et je n'osais d'ailleurs pas me poser trop de questions en sa présence. Tout comme passer le doigt sur une lame pour voir si elle coupe comporte des risques, j'avais peur d'être vulnérable à son don. Je préférais donc voir cela plus tard, quand je serais au calme.

J'abaissais mon pantalon sur mes bottes, les relaçais et je fus prêt. Je me redressais de ma haute stature, en songeant au travail qui m'attendait. Mais je ne regrettais absolument pas cette escapade sauvage. Je comptais bien faire une visite au temple de la demoiselle, très bientôt - je devais de toute façon leur emprunter des livres, et cela me permettrait doublement de la revoir. Je n'avais jamais été bavard, et j'espérais que mes silences ne lui pèsent pas trop. Je fis un petit sourire désolé, comme pour m'excuser de mon peu de bavardages ; néanmoins, même ce silence, je l'appréciais. Sa simple présence était chaude et rassurante, presque maternelle sans l'être vraiment.



_________________
Voir le profil de l'utilisateur

Sang-mêlé
avatar
Hope Balmella
Sang-mêlé

Messages : 67
MessageSujet: Re: Faire comme l'oiseau. [Hope]   Sam 22 Fév - 17:22

♦ Vole comme un papillon, pique comme une abeille.
F E A T Alto Crow.

La jeune femme sourit de bon cœur en voyant que son maître de vol ne prenait pas trop mal le fait qu'elle l'ait pris ainsi dans ses bras, son corps avait agit instinctivement et elle se surprenait elle-même d'avoir laissé cet élan d'affection parlé pour elle. Certains gestes ont parfois l'art de toucher bien plus que des mots. Elle pensait déjà, en observant la cascade, que cette rencontre n'était pas anodine et elle se doutait que malgré tout, elle allait bientôt touché à sa fin, le temps avait filé sans qu'elle ne le remarque spécialement, mais haut dans le ciel, le soleil avait déjà fortement décliné et elle ne doutait pas que son absence prolongée finirait tout de même par attiré l'attention des autres personnes habitant le temple. Malheureusement, la jeune demoiselle savait qu'Alto avait raison et qu'il fallait rentrer à présent. Détournant les yeux de la cascade, elle avait senti sa gentillesse et sa considération se rapprocher en restant tout de même à distance raisonnable de la jeune demoiselle. Elle respira calmement une grande bouffée d'air avant de lui faire face, tournant sur elle-même dans une petit pirouette rapide, faisant voler ses cheveux autour de son visage. Cette rencontre resterait à jamais gravé dans sa tête comme le jour où, en plein ciel, elle s'était sentie aussi libre qu'un oiseau.

Après cette pensée poétique, elle revint faire face à son interlocuteur en hochant la tête, bien sûr qu'elle souhaitait rentrer, rester même un peu plus auprès de lui, malgré son statut, il ne l'avait pas jugée, il avait osé parlé à cœur ouvert avec elle et elle lui était extrêmement reconnaissant. Depuis toujours, elle avait eut l'impression que son don avait effrayé les gens autour d'elle. Elle avait par conséquent souvent été seule, peut-être même représentait-il vraiment le premier – et le seul – ami qu'elle possédait. Sous ses yeux, elle voyait ses plumes, ses ailes disparaître dans son dos pour redevenir l'homme au regard qu'elle sablé qu'elle avait rencontré en premier, en le voyant, elle devinait qu'il devait – pour son bien-être – joué une double vie qui semblait très certainement lui peser en tant normal, elle était heureuse de savoir qu'au moins un instant, il avait pu être lui-même, le roi des cieux volant à travers le ciel, les nuages, parmi ses semblables ailés. Elle ne parvenait presque plus à l'imaginer simple moine dans un temple, elle aspirait à tellement plus pour cet homme qu'elle adorait déjà secrètement, une lueur dans les yeux tant elle avait été émue par ses sentiments, sa gentillesse et son désintéressement ... Homme ou Hybride, il était probablement la meilleure personne qu'elle eut rencontré jusqu'à présent.

- Avançons ensemble jusqu'à l'orée des bois ... Après malheureusement, nos temples sont dans deux directions opposées et nous devrons nous séparer ...

Le chemin du retour se passa en silence, ce qui ne la dérangeait pas forcément, la simple présence de l'homme-oiseau suffisait à la jeune femme. Malgré elle, elle se sentait bien en sa compagnie contrairement aux escortes qu'elle avait parfois lorsqu'elle devait rendre visite aux temples. Elle se laissait divaguer dans ses pensées, ses sentiments se mêlant parfois à ceux de son ami, ce qu'elle essayait de ne pas faire, voulant le laisser avec ses sentiments, ses pensées. Son don l'agaçait en ce moment tant elle manquait de maîtrise. Concentrée, elle se rendit compte que le chemin jusqu'à la fin des bois avait été plus court que ce dont elle avait pensé, déçue presque de devoir se séparer de lui, elle se tourna vers lui et lui sourit avec douceur, prenant un ton plaisantin. Même si quelque part , l'idée n'avait rien – pour elle, en tout cas – de désagréable.

- Et si nous partions ? Tout les deux ? Ailleurs ? Dans un monde qui nous accepterait tels que nous sommes sans besoin de nous cacher ... Non, je plaisante.

Dit-elle en riant légèrement devant le visage d'Alto. Elle lui sourit et haussa les épaules en fixant l'horizon, son temple, la ville, c'est tout ce qu'elle connaissait et elle se savait trop peureuse que pour risquer de disparaître, quitter son temple et sa voie tracé. C'était trop hasardeux pour elle, elle manquait très certainement de courage et de volonté pour oser, mais c'était dommage. Replongeant ses yeux rubis dans les iris sablé de son interlocuteur, la jeune femme se mit à le saluer, se penchant légèrement devant lui dans une marque de respect, de gratitude.

- Merci ... Pour tout, Alto. Je suis, très heureuse de te connaître.


[/b]

_________________
♦️ Je ressens ta peine Invité ...
Voir le profil de l'utilisateur http://chibisland.forumactif.org/

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Faire comme l'oiseau. [Hope]   

 

Faire comme l'oiseau. [Hope]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Debut du régime je ne sais pas quoi faire comme menu
» L'espoir c'est comme un oiseau bleu, on l'aperçoit de loin, il est dans le ciel tout comme l'étoile du berger, on ne peut ni l'acheter, ni l'enfermer dans une cage, mais il est là tout de même, et grâce à lui, un jour tout s'arrange !
» POUR FAIRE COMME CARRIE B : BON PLAN :-)
» Vaccins ... je ne sais pas quoi faire, bouuuuuh !
» Des jouets à bricoler soi-même
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elden :: Rps terminés et abandonnés-