Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Une chasse au dragon (PV Arsinoë)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Elfe
avatar

Messages : 115

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité: Libre
MessageSujet: Une chasse au dragon (PV Arsinoë)   Jeu 27 Fév - 10:17

Une chasse au dragon

Les événements récents m’avaient amené à faire halte dans un petit village dont je ne connaissais pas le nom, et dont je ne m’en étais d’ailleurs pas soucié. Il se trouvait à la lisière est de la forêt obscure, à l’écart des routes commerçantes. Autrement dit, on n’y trouvait pas grand monde, mais la présence d’une forge et d’une auberge me suffisaient amplement. Et puis, le calme ambiant m’avait permis de me plonger dans mes pensées et de faire le point.

Il n’avait pas fallu au forgeron et au tanneur plus de quelques heures pour me fabriquer une selle sur mesure, convenant à la nouvelle monture qui m’accompagnait. On ne trouvait pas d’équipement pour griffon à chaque coin de rue, surtout pour un griffon de taille supérieure à la moyenne. Mais cela ne m’avait pas coûté plus de 30 pièces d’argent, ce qui se révélait être relativement correct pour la qualité du cuir fourni et la beauté des motifs taillés dans celui-ci. Il ne restait plus qu’à espérer que l’assemblage tienne le coup, je n’avais pas envie de voir ma selle se scinder en deux pour que je finisse aplatis comme une crêpe.

L’estomac rempli, la bourse allégée, je quittais le village à pieds. Le griffon me suivait, j’avais saisi la lanière de cuir pour le diriger, mais je n’en avais nullement besoin. A part peut-être pour rassurer les habitants qui, de toute évidence, n’avaient pas souvent croisés de telles bêtes. En chemin, je m’étais écarté de la route pour laisser passer plusieurs chariots ; une troupe de saltimbanques à n’en pas douter. Je me fis la réflexion qu’il s’agissait d’un drôle d’endroit pour attirer la foule à leur spectacle, étant donné du peu d’habitants.

Une fois le convoi passé, je grimpai sur la selle sanglée sur Detrok, m’appuyant à plusieurs reprises afin d’être certain de la fiabilité de celle-ci. Detrok, j’avais décidé de le nommer ainsi, en souvenir de mon défunt maître, grâce à qui je m’étais sorti vivant d’une situation bien désastreuse. Tout paraissait tenir. Je remuai les lanières de cuir, tapotant de mes talons sur l’abdomen du griffon. Mais quelque chose me fit changer d’avis, alors que je tirai sur la lanière pour freiner la prise d’élan.

Plus loin, un dragon venait de sortir des fourrés, couinant comme un bébé venant au monde. De petits bruits qui devenaient de plus en plus énervants. Ces bruits étaient poursuivis par d’autres ; une bande d’hommes aux vêtements décousus et aux têtes de voyous poursuivaient le dragon, armes et filets aux poings. Ils n’avaient pas l’air de chasseurs disposant d’une autorisation mais plutôt de braconniers. Je décidai donc de m’interposer, afin de m’assurer de la légitimité de leur acte. Le crépuscule pointait son nez.

Je m’approchai rapidement, mais ils ne cessèrent pas leur poursuite, prêtant à peine attention à mon avancée. Le dragon semblait épuisé, peinant à remuer ses ailes pour prendre son envol. Nous prirent notre élan pour nous interposer, bloquant la route aux poursuivants. L’un deux alla même se cogner contre l’arrière train de Detrok. Le dragon, quant à lui, s’était affalé un peu plus loin, épuisé par sa fuite. Il n’était pas bien grand, ne dépassant pas le mètre. Sa peau arborait un blanc éclatant, alors qu’une longue crinière violette le recouvrait de son visage jusqu’à sa queue. Une couleur également présente sur la totalité de ses ailes.


« Bonsoir messieurs. Seriez-vous entrain de chasser cette bête-là ? Si c’est le cas, j’aurais besoin de voir votre autorisation. »

Les regards agressifs de certains et les dents pourries des autres n’auguraient rien de bon. A nouveau, je me devais de rester sur mes gardes ; malgré la présence du griffon, je restais seul face à six hommes présumés braconniers …

_________________
l
Il faut toujours connaître les limites du possible.
Pas pour s'arrêter, mais pour tenter l'impossible dans les meilleures conditions.
Voir le profil de l'utilisateur

Dragnis
avatar

Messages : 23
MessageSujet: Re: Une chasse au dragon (PV Arsinoë)   Ven 28 Fév - 0:43

Malgré les années déjà écoulées depuis que je suis arrivée dans le monde d'En-Bas, je dois bien reconnaître que je n'ai jusqu'ici pas été des plus assidues dans ma quête de mon Âme-Sœur. C'est étrange, peut-être. Après tout c'est bien pour ça que je suis censée être là. Elle m'a manqué, bien sûr, pendant tout ce temps. Je ressentais le vide de son absence, sa présence ténue, plus ou moins lointaine selon les hasards de nos voyages. Mais je ne ressentais pas d'urgence à partir à sa recherche. Comme si le moment n'était pas encore venu. Il y a tant à voir, tant à découvrir ! Je savais que je finirais par la trouver, en temps et en heure, alors pourquoi me presser ?

Et puis il y a eu le Rêve. J'ai su dès que je me suis réveillée que c'était davantage qu'un simple songe. Je n'en avais que des souvenirs assez flous, fragmentaires. Une forêt, des ombres effrayantes, un éclair violacé. Suffisant toutefois pour que je sache que le temps était venu. Et où je devais me rendre. Pas exactement l'endroit rêvé pour une troupe de saltimbanques, je dois bien le reconnaître. Et pourtant, Céléas n'a pas hésité l'ombre d'une seconde, quand je lui en ai parlé. Ni aucun des autres. "Nous sommes une famille" après tout, comme il aime à le dire lui-même, et si l'un d'entre nous a besoin d'aller quelque part, nous y allons. J'avoue que je me doutais, ou du moins j'espérais, qu'ils m'accompagneraient, même si je ne présumais pas que ce serait une telle évidence à leurs yeux. Ce qui ne m'a pas empêchée de tous les embrasser sous le coup de l'émotion. Je crois que je n'ai jamais été aussi heureuse de les avoir trouvés qu'à cet instant.

Il nous a fallu plusieurs semaines pour arriver là, mais je sens que nous sommes au bon endroit avant même que nous n'atteignions la bourgade où nous avons prévu de nous arrêter. Pas parce que je reconnais le lieu, qui ne m'évoque absolument rien, mais parce que je sens la présence de mon Âme-Sœur, plus proche qu'elle ne l'a jamais été. Si proche que j'arrive aussi à sentir, confusément, d'autres choses. Sa terreur de quelque chose que j'ignore. Son espoir, aussi, parce qu'elle aussi m'a sentie, sait que nous allons bientôt nous retrouver. Il est temps pour moi de quitter ceux qui sont devenus les miens pour partir à la rencontre de cette partie de moi qui me manque encore. Je les retrouverai au village. Nous les retrouverons au village.

Je m'élance, je cours, poussée aussi bien par l'impatience des retrouvailles que par l'urgence que me transmettent ses émotions, de plus en plus proches. Sans prêter attention au paysage que je traverse, aux ronces qui m'écorchent et déchirent mes vêtement, aux racines qui me font trébucher sans parvenir à me ralentir. J'oblique ma course au fur et à mesure, me fiant à cette boussole interne qui guide chacun des Miens vers l'âme qui lui est liée, jusqu'à déboucher sur une clairière, finalement bien proche de la route que j'étais censée suivre.

C'est à peine si je remarque l'homme sur son griffon ou la bande qui lui fait face, du côté opposé à celui où je suis arrivée. Toute mon attention est concentrée sur la petite créature étalée au sol, épuisée. Nos regards se croisent, et immédiatement, je sais que je viens de trouver celui qui m'a manqué depuis toujours. Bien que je n'aie jamais cherché à imaginer à quoi il pourrait ressembler, je me rends compte que quelque part j'ai toujours qu'il ne serait pas l'un de ces grands dragons majestueux et imposants. Il est d'une beauté plus délicate, subtile. Originale, aussi, avec sa blancheur éclatante, le violet de ses plumes qui fait écho à la couleur de mes yeux, seul indice que j'avais quant à son apparence. Je le trouve magnifique, bien sûr, mais je ne suis probablement pas la plus objective à ce sujet...

Attention !

Son avertissement me sort de ma contemplation alors que je m'avançais vers lui sans vraiment m'en rendre compte. Trop tard, cependant, je ne comprends son alerte qu'au moment où un homme m'agrippe, me tirant un petit cri aigu quand il me coince un bras dans le dos de façon douloureuse.

Et pendant c'temps là, la p'tite voleuse déguerpit avec notre proie ? J'crois pas non.

Il s'adresse à l'homme au griffon, que je suppose avoir été trop occupé à surveiller le reste de la bande pour remarquer qu'il le contournait. La douleur dans mon épaule et la lame glissée sous ma gorge m'aident à tirer mon esprit de mes retrouvailles interrompues pour prendre conscience de la situation. Je remarque le symbole de la Garde, me remémore les paroles auxquelles je n'avais pas prêté attention. Je prends conscience, aussi, de la déchirure sur ma tunique qui laisse apparaître les écailles sur mon épaule, que celui qui me retient ne semble heureusement pas avoir remarqué. Pour le moment...

Je regrette brièvement d'avoir refusé que Casil m'accompagne, comme il l'avait proposé. Je m'en serais voulue de le mettre en danger, mais sa carrure aurait sans doute nettement plus impressionné le chasseur – ou le braconnier, je ne sais pas encore – que la mienne. Si les choses tournent mal, je pourrai toujours essayer d'utiliser mon pouvoir, mais je suis trop peu sure du résultat pour m'y risquer tant que j'ai d'autres choix. Je ressens la colère de mon Âme-Sœur de voir ainsi menacée, mais je le dissuade d'intervenir d'un signe de tête. Il est beaucoup moins résistant que moi, mieux vaut qu'il se fasse oublier pour le moment.Je relève vers le Garde un regard angoissé et suppliant. Je ne peux compter que sur lui pour m'aider à me tirer de là. Tant que la bande de tueurs de dragons refusera de coopérer, je peux espérer qu'il soit de mon côté.

Aidez-moi...

_________________


Journal - Origine
Arsinoë rêve en MediumPurple
Azor glapit en Purple
Voir le profil de l'utilisateur

Elfe
avatar

Messages : 115

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité: Libre
MessageSujet: Re: Une chasse au dragon (PV Arsinoë)   Lun 3 Mar - 9:55

L’assurance qui m’habitait plus tôt du se résoudre à s’effacer, petit à petit. Moi qui me pensais face à une bande d’ignares attirés par la petite fortune que pourrait leur fournir ce dragon … Non, j’étais à côté. L’un des hommes s’était avancé vers moi, le sourire éclatant d’une beauté naturelle due à l’absence de la plupart de ses dents ainsi qu’à un mélange de couleur jaune et brune présente sur ses gencives. Je parcourais les lignes du document qu’il m’avait présenté quelques instants auparavant. Eux, des chasseurs de dragons ? Mon regard passait régulièrement de ce document à chacun d’entre eux. Il était difficile de croire que cette autorisation puisse être légale, mais visiblement, ils agissaient dans leurs droits. En même temps qu’un long soupir, je regardais d’un air désolé la bête essoufflée un peu plus loin. Je ne pouvais continuer à me tenir comme un rempart pour assurer sa protection, je me devais de laisser la loi s’appliquer.

Quelques mots provenaient de la bouche d’un des hommes situé un peu plus sur le côté. Je n’y prêtais pas attention, imaginant qu’il ne faisait que dialoguer avec l’un de ses compères.


« Et pendant c'temps là, la p'tite voleuse déguerpit avec notre proie ? J'crois pas non. »

Je repliais le document pour le rendre à son propriétaire, alors que je ravalais ma salive. Soudain, un appel à l’aide provenant d’une voix définitivement féminine se fit entendre.

« Aidez-moi … »

Le dragon ? Non, cet appel au secours n’émanait pas de la bête poilue, mais provenait du même endroit où j’avais entendu parler l’homme à qui je n’avais pas prêté attention quelques instants plus tôt. Je pris appui sur l’arrière-train de Detrok pour me retourner et ainsi poser mon regard sur la scène. Une jeune femme prise en otage sous le poignard et le bras de l’un des chasseurs.

« Voilà qui me semble bien moins légal ... »

Sa chevelure et ses yeux arboraient une couleur identique. Une couleur également identique au pelage de la proie de la bande de chasseurs. Si bien qu’on pouvait croire qu’il s’agissait de deux sœurs. Mais pourquoi en avaient-ils après elle ? Si la teneur de leurs actes me restait encore inconnue, ce qui recouvrait les épaules de la jeune femme ne l’était pas. M’aurait-on joué un sort pour qu’en si peu de temps je croise trois de ces hybrides dragons ? Hybrides dragons plus communément appelés Dragnis. Durant ce court instant, je demeurais bouche bée et concentré sur la partie dénudée de l’otage. Cet élan de surprise n’avait pas échappé à l’homme avec qui j’avais échangé plusieurs regards, ni à celui qui portait son couteau sous la gorge de la Dragnis.

Je quittai rapidement mes pensées, fronçant les sourcils. Avant que plusieurs lames ne soient dégainées, je réussi à faire battre les larges ailes du griffon qui renversèrent les hommes les plus proches et désarma celui qui tenait la femme en otage. Le demi-tour qu’effectua Detrok bouscula un autre qui se fit s’écraser sous les griffes acérées de la monture. Je tendis ma main en direction de la Dragnis, espérant qu’elle puisse se défaire de son étreinte et ainsi attraper mon bras pour grimper à l’arrière de la selle. L’effet de surprise me conférait l’initiative, mais une fois relevés, j’aurai bien plus de mal à m’occuper de toute cette bande de voyous. Et puis, il restait encore le problème du dragon, toujours écroulé un peu plus loin …

_________________
l
Il faut toujours connaître les limites du possible.
Pas pour s'arrêter, mais pour tenter l'impossible dans les meilleures conditions.


Dernière édition par Nufhaj Eïgiri le Mar 4 Mar - 13:42, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Dragnis
avatar

Messages : 23
MessageSujet: Re: Une chasse au dragon (PV Arsinoë)   Lun 3 Mar - 22:35

Si l'homme qui me retient n'a rien remarqué, l'elfe en revanche – il m'aura fallu tout ce temps pour me rendre compte que c'en est un – remarque les écailles révélées par l'estafilade de ma tunique dès qu'il se tourne vers moi. À voir sa réaction, je suis presque sure qu'il a compris ce qu'elles signifient, sans que j'arrive à déduire de son expression si c'est une bonne ou une mauvaise chose pour moi. Les deux chasseurs qui suivent son regard, par contre, n'ont manifestement aucune idée de ce qu'elles peuvent bien représenter, comme en témoignent les exclamations étouffées qu'ils laissent échapper. J'essaie de profiter de ce moment de flottement pour me dégager, mais le traqueur réagit immédiatement en resserrant son étreinte sur mon bras, causant au passage une nouvelle point de douleur dans mon épaule. Toutefois, il ne s'attendait pas à ce que le griffon s'agite au même moment et le bouscule d'un coup d'aile. Moi non plus, d'ailleurs.

Nous tombons tous les deux au sol, et je profite de ce qu'il ait enfin lâché mon bras – et son couteau – pour rouler sur le côté et me défaire de son étreinte. Je me relève et, au lieu de bondir vers la main secourable que me tend l'elfe, je m'élance vers le dragon. Hors de question que je parte sans lui ! Le temps que je le rejoigne et que je l'attrape, ceux des chasseurs qui n'ont pas été bousculés par le griffon ont eu le temps de réagir. Je Vois la flèche arriver avant qu'elle ne soit partie. J'ai tout juste le temps de me détourner et de la recevoir dans l'épaule pour éviter qu'elle n'atteigne son but et n'embroche mon Âme-Sœur. Malheureusement, pendant ce temps là, l'autre a eu le temps de ramasser son couteau et de s'interposer entre nous et le Garde. Au moins ma petite démonstration aura eu le mérite de le déstabiliser, il a l'air de ne plus savoir sur quel pied danser en ce qui me concerne, et de ne plus être tout à fait certain de vouloir me remettre la main dessus. Je ne compte pas lui laisser le temps de retrouver sa conviction.

Désolée.

Je ne m'adresse pas à lui, mais au dragon, que je lance en l'air en direction du griffon, par-dessus l'épaule du chasseur. Il laisse échapper un petit cri indigné, mécontent de se voir traité comme un paquet encombrant, mais déploie néanmoins ses ailes par réflexe et réussit à planer jusqu'à l'elfe, à qui il s'accroche. Je n'ai plus qu'à espérer que les autres trappeurs ne soient pas déjà sur lui, je n'ai pas vraiment eu le temps de vérifier. Pour l'instant, celui est en face de moi s'est instinctivement écarté pour éviter de recevoir mon "projectile" en pleine figure, ce dont je profite pour lui fausser compagnie en le contournant par l'autre côté. Je rejoins enfin le griffon, sur lequel je m'affale plus que je ne monte. L'animal s'ébroue puis s'envole, poussé autant par les indications de son compagnon que par les cris pressants du mien. Le dragon lâche l'elfe pour venir s'accrocher à moi et, l'espace d'un instant, la peur et la douleur disparaissent, remplacées par une sensation de plénitude, l'impression d'être enfin entière. Mais nous ne sommes pas encore tout à fait tirés d'affaire...

Quoi que vous entendiez, continuez à regarder droit devant vous.

M'accrochant à la taille de l'elfe de mon bras valide, je me retourne à moitié, laissant échapper un grognement de douleur quand je tends mon autre main en arrière et que la pointe de la flèche se déplace dans la chair de mon épaule. En théorie ça ne devrait pas être dangereux, mais je préférerais qu'il évite de regarder tout de même, on ne sait jamais. Je n'ai jamais essayé de faire ça de cette façon, et je ne sais pas exactement ce qu'il va en sortir. Je ne cherche pas à viser l'un des chasseurs en particulier, ni à choisir entre rêve et cauchemar. Je me contente de déclencher mon pouvoir, sans vraiment me soucier de ce que je vais faire apparaître. Peu importe, du moment que ça les distrait suffisamment pour qu'ils oublient de nous lancer leurs flèches. Je n'ai plus guère l'habitude d'utiliser ma magie en dehors de mes séances de divination, et il me faut un effort particulier pour me forcer à donner à mon illusion davantage d'ampleur que la taille de la simple boule de verre dans laquelle je les fais apparaître d'habitude. J'y vais peut-être un peu fort, d'ailleurs, la forme qui commence à se dessiner est d'une taille impressionnante. Je me retourne sans attendre de découvrir ce qui peut bien se cacher dans leurs esprits. Au bruit toutefois, je devine qu'au moins l'un d'entre eux a des nuits hantées par des dragons bien plus gros que ceux qu'il a l'habitude de chasser. Et je doute qu'il s'agisse de rêves agréables...

Je passe la main dans la crinière de la petite créature qu'il me semble connaître depuis toujours bien que je ne l'ai rencontrée que quelques minutes plus tôt, et je reprends mon souffle. C'est pourtant vrai, que le monde d'En-Bas est dangereux. Bien qu'au cours de mes années de voyage, je ne crois pas avoir vécu autant d'aventure qu'au cours de cette seule journée. Je me dis parfois que le Destin a un bien étrange sens de l'humour. Même si les Anciens feraient sûrement les gros yeux à cette théorie. Peu importe, même si je me serais volontiers passée de la flèche dans l'épaule, je Lui suis reconnaissante d'avoir mis cet elfe sur notre route pour nous sauver la vie. Sans lui, je doute que tout se serait fini aussi bien pour nous. D'ailleurs, ma voix ne cache rien de mon soulagement et de ma reconnaissance à son égard quand, nous estimant enfin hors de danger, je glisse dans un souffle :

Merci. Vous nous avez sauvé la vie...

_________________


Journal - Origine
Arsinoë rêve en MediumPurple
Azor glapit en Purple
Voir le profil de l'utilisateur

Elfe
avatar

Messages : 115

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité: Libre
MessageSujet: Re: Une chasse au dragon (PV Arsinoë)   Mar 4 Mar - 10:53

Le bras tendu, j’observais la jeune femme aux écailles se défaire de l’étreinte du chasseur, profitant de la bousculade pour rouler sur le côté et ensuite se relever. Elle avait sans nul doute remarqué l’échappatoire que je lui offrais, mais sans même donner l’impression d’y réfléchir plus d’une seconde, elle se rua dans une autre direction, me laissant ainsi seul avec mon bras tendu. Le dragon, bien évidemment.

Un sifflement. A peine le temps de me retourner que j’effectuai un rapide mouvement de recul de la tête, visualisant une flèche qui n’aurait pas manqué de me transpercer le crâne si mon ouïe ne m’avait pas rappelé à l’ordre juste à temps. Cette même flèche continua cependant sa route, qui la mènerait vers le dragon encore affalé au sol un peu plus loin. Le temps d’ouvrir ma bouche et de prévenir la Dragnis du danger approchant qu’elle avait déjà barré la trajectoire du projectile, qui allait s’incruster dans son épaule.

Une douleur dans la cuisse m’obligea à reporter mon attention sur les brigands aux alentours. L’un d’entre eux venait de planter une dague dans ma chair, si profondément qu’elle s’était même logée dans celle du griffon. Le temps d’éloigner d’un coup d’épée le responsable de l’entaille, je retirai dans un court cri de douleur le poignard planté dans ma chair. Le griffon n’était pas non plus resté insensible à cela ; l’effet de surprise l’amena à donner un coup de patte qui alla déformer le visage de l’un des assaillants, s’effondrant directement contre le sol, sans vie.


« Désolée. »

Pas le temps de me retourner en direction de la Dragnis qu’une masse ne s’effondre contre mon dos, plantant ses griffes dans ma chair. Mes yeux s’écarquillèrent, alors que la bête au pelage violet s’était agrippée sur moi. Je tournai ma tête sur le côté, croisant sa gueule et son regard confus, qui mélangeait inquiétude et tourment. Les petits cris stridents qui émanaient de sa gorge me donnèrent presque un mal de tête. En temps normal, cette situation m’aurait amusée, mais les assaillants et la blessure m’empêchaient de laisser place à un peu d’humour.

Quelque chose d’autre venait de s’affaler derrière moi, et probablement pas plus gracieusement que l’animal qui précédait. D’une main, je fis comprendre à Detrok à l’aide de la lanière reliée au mors de prendre son envol et de l’autre, je retins la Dragnis par la taille pour qu’elle ne finisse pas écrasée sous l’arrière train de la grosse bête. Heureusement, il ne lui fallu que peu de temps pour se redresser. Le dragon quant à lui venait de se détacher de mon dos, alors que je contins un autre élan de douleur en serrant les dents et expirant longuement.


« Quoi que vous entendiez, continuez à regarder droit devant vous. »

Qu’allait-elle faire ? Peu importe, tant que cela pouvait tenir les hommes armés le plus éloigné possible. Et puis, les hauts arbres et le vieux moulin abandonné qui approchaient rapidement retenaient mon attention. La puissance des battements d’ailes de Detrok ne suffisait pas à nous élever au-delà de ces obstacles, nous devions donc les éviter. Alors que je me concentrais sur ma tâche, un bruit parvint à mes oreilles. Que se passait-il derrière ? Ce rugissement me rappelait l’énorme dragon que j’avais affronté quelques jours plus tôt, mais j’évitais d’y prêter attention. Le danger était désormais écarté. Nous prenions de l’altitude, plus aucun obstacle ne risquait de nous barrer la route, et les brigands étaient loin derrière.

« Merci. Vous nous avez sauvés la vie... »

Sauvés sûrement, mais pas indemnes. L’entaille dans ma cuisse saignait abondamment, laissant une coulée pourpre sur mes bottes ainsi que sur le plumage de Detrok. Lui-même avait reçu quelques coups d’estoc et une légère entaille. Et une flèche était toujours logée dans l’épaule de la femme aux couleurs et aux écailles étranges.

« Nous devrions nous arrêter, même si le danger est écarté … »

Un ruisseau au milieu d’une clairière, entourée par suffisamment d’arbres et de feuillages pour nous placer à l’abri. Une fois la terre ferme regagnée, le calme ambiant de l’endroit était sans conteste reposant. La Dragnis et son dragon avaient déjà quittés la selle, et ne semblaient pas vraiment se soucier des événements qui venaient de se dérouler ou bien même de la flèche qui était encore logée dans son épaule. Ils se fixaient, comme une mère observant le bébé qui venait de sortir de son ventre. Cela me dépassait sans doute, je ne pouvais pas comprendre le lien qui les unissait. Et puis, la douleur ne m’était pas aussi insignifiante qu’elle paraissait être à la jeune femme.

Je boitai jusqu’au cours d’eau dans l’espoir de me rincer au moins le visage, et de prendre un instant de repos, assis sur le large rocher qui se trouvait aux abords de l’eau. Detrok n’avait pas non plus traîné ; il nettoyait sa blessure avec sa langue. Une fois assis, mon regard retourna en direction du dragon et de la femme. Sur un ton cynique, je ne pu m’empêcher de dire :


« Au fait, vous avez une flèche dans l’épaule. »

_________________
l
Il faut toujours connaître les limites du possible.
Pas pour s'arrêter, mais pour tenter l'impossible dans les meilleures conditions.
Voir le profil de l'utilisateur

Dragnis
avatar

Messages : 23
MessageSujet: Re: Une chasse au dragon (PV Arsinoë)   Sam 8 Mar - 22:42

En d'autres temps, d'autres circonstances, sans doute aurais-je apprécié à sa juste valeur ce premier voyage à travers les cieux, baptême de l'air impromptu autant que salvateur. Malheureusement, trop de choses envahissent mon esprit à cet instant pour me laisser le loisir d'admirer le paysage. Le corps du petit dragon lové contre moi, son souffle qui commence à s'apaiser, la sensation que le monde, sans avoir changé, est tout à coup entièrement différent, que les choses sont telles qu'elles auraient toujours dû être. C'est à peine s'il me reste encore assez d'attention pour me rendre compte de la frayeur qui commence à se dissiper, sur la douleur dans mon épaule. Détails insignifiants, face à la puissance de deux âmes qui enfin se retrouvent.

Je me suis à peine rendue compte que nous volions, que nous sommes déjà de retour sur la terre ferme. Je sors de ma transe en voyant l'elfe boitiller jusqu'au cours d'eau près duquel nous nous posés. Je le laisse s'éloigner, en profitant pour faire connaissance un peu plus proprement avec celui qui partagera désormais ma vie. Je n'ai guère le temps que d'apprendre son nom, avant que le Garde ne m'interpelle à nouveau. Peut-être que c'est à cause de la panique, de la fatigue et de la douleur, mais je trouve sa remarque absolument hilarante, si bien que je ne peux pas me retenir. Je ne ris pas, au contraire je tourne vers lui un regard tout à fait sérieux, aussi idiot qu'innocent, mimant la surprise.

Vraiment ?!

Je m'avance à mon tour vers le cours d'eau près duquel je dépose Azor afin qu'il puisse s'abreuver. Puis je me relève et, ayant retrouvé mon sérieux, je me passe d'explication et me contorsionne comme pour atteindre la flèche qui reste hors de portée de mon bras valide, retenant une grimace de douleur au passage, lançant un regard explicite à l'elfe. Il est bien gentil de m'avoir signalé ce que je savais déjà, mais s'il m'aidait plutôt à retirer la flèche, ce que je ne peux manifestement pas faire toute seule, ce serait probablement plus utile. Et il ferait aussi mieux de s'occuper de sa propre blessure, avant de se permettre ce genre de pique. Ce que je n'hésite pas à lui faire remarquer, avec gentillesse mais sans chercher à diminuer l'ironie de la situation.

Et vous avez un trou dans la cuisse.

Je n'ai pas vraiment eu le temps d'y prêter attention jusque là, mais ça a d'ailleurs l'air assez grave, il  a du sang jusque sur ses bottes. Je m'étonne presque qu'il ait réussi à marcher de son griffon jusqu'au ruisseau. Et plus encore qu'il n'ait pas eu la présence d'esprit de ne serait-ce qu'appuyer sur sa blessure pour ralentir l'hémorragie. Est-ce que les Gardes Pourpres n'apprennent pas les bases des premiers secours ? S'il continue comme ça, il va proprement se vider de son sang. Mon impulsion première est de m'en occuper moi-même, mais je me rappelle soudainement que ce n'est pas un des membres de la Compagnie, que je ne le connais que depuis quelques minutes, et que les gens n'apprécient pas forcément de se laisser tripoter la jambe par un inconnue. Et puis je ne voudrais pas qu'il se méprenne sur mes intentions... Alors je me ravise au dernier moment, et me contente de lancer, d'un ton plus inquiet que précédemment :

Vous devriez mettre un garrot là-dessus. Je m'en voudrais que vous mouriez bêtement après votre intervention héroïque. Je n'ai pas vraiment de talents de guérisseuse, mais si vous le voulez j'ai des amis qui sont installés dans un village tout près... Enfin, près de l'endroit où nous étions, en tout cas. Ils seraient ravis de vous aider, et ce serait la moindre des choses après ce que vous avez fait.

Bien entendu, j'apprécierais grandement s'il avait l'obligeance de me retirer la flèche toujours fichée dans mon épaule avant que nous repartions, mais ça me semble nettement moins urgent. C'est douloureux, mais au moins ma vie n'est pas en danger. Je ne suis pas sure de pouvoir en dire autant de lui, vu tout le sang qu'il a déjà perdu, et la vitesse à laquelle il continue de s'échapper de sa cuisse.

_________________


Journal - Origine
Arsinoë rêve en MediumPurple
Azor glapit en Purple
Voir le profil de l'utilisateur

Elfe
avatar

Messages : 115

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité: Libre
MessageSujet: Re: Une chasse au dragon (PV Arsinoë)   Lun 10 Mar - 10:28

Je n’arrivais pas à déceler l’ironie dans sa voix. Elle devait sans doute avoir compris que je souhaitais donner un brin d’humour à cette situation inquiétante, aussi elle répondit avec un léger cynisme qui n’alla pas manquer de me rappeler celui d’Ojûn. Un trou dans ma cuisse, c’était vrai. Nous étions tous deux amochés, mon sang s’évadait de mes veines, mais je n’arrivais à me sortir de mes pensées. Ces écailles, je les avais remarquées dès le début. Je n’aurais d’ailleurs sans doute pas agi aussi rapidement ni avec autant de ferveur si elle avait été une simple voyageuse. Les comptes se mettaient à jour ; trois. Voilà la troisième Dragnis que je rencontrais. Si peu nombreux, mais pourtant si différents les uns des autres …

« Vous devriez mettre un garrot là-dessus. Je m'en voudrais que vous mouriez bêtement après votre intervention héroïque. Je n'ai pas vraiment de talents de guérisseuse, mais si vous le voulez j'ai des amis qui sont installés dans un village tout près... Enfin, près de l'endroit où nous étions, en tout cas. Ils seraient ravis de vous aider, et ce serait la moindre des choses après ce que vous avez fait. »

Un garrot, effectivement. Mes pensées m’envahissaient tellement que je n’avais pas eu la présence d’esprit ni même le réflexe d’appuyer ma main sur la plaie. Je la regardais, elle et sa peau recouverte d’écailles au niveau des épaules. Sa chevelure argentée dégageait des reflets bleutés et recouvrait les écailles qui grimpaient le long de sa nuque. Mon regard croisa le sien, puis comme si la gêne m’avait gagné, je reportai mon attention sur ma blessure. Après avoir déchiré un morceau de tissu, je me penchai en arrière pour attraper de l’eau dans le creux de ma main et ainsi éclaircir la rougeur de ma plaie. Une fois le bandeau de tissu enroulé et noué autour de ma cuisse, je me relevai.

« Je dois bien avouer que je serais reconnaissant d’un peu d’aide, si vos amis y sont enclin. »

Toujours en boitant, je m’approchai d’elle. Avec tous ces événements, nous n’avions pas encore pris le temps de nous présenter. Je continuai d’avancer jusqu’à m’arrêter à ses côtés, observant la flèche qui était plantée dans son épaule. J’en profitai donc pour me présenter.

« Nufhaj Eïgiri, membre de la Garde Pourpre comme vous avez sans doute pu le deviner. »

La flèche s’était logée quelques centimètres en dessous de ses écailles. C’est dommage, un peu plus haut et elle ne se serait pas enfoncée autant, voire même pas du tout. Que nous regagnions le village où se trouvaient ses amis ou non, il fallait au moins déloger la flèche. Les mouvements répétés ne feraient qu’entailler plus profondément sa blessure. Un ravalement de salive, et hésitant, je posai une main sur ses écailles. Elles n’étaient pas aussi rêches et dures qu’elles le laissaient croire.

« Je vais devoir vous retirer cette flèche de toute manière, autant le faire tout de suite. »

Il ne s’agissait pas de mon corps, aussi j’attendis qu’elle me réponde avant de m’en occuper. Ses yeux brillants et reflétant un violet profond m’empêchaient de tenir son regard, si bien que je reposai rapidement le mien sur la flèche.

_________________
l
Il faut toujours connaître les limites du possible.
Pas pour s'arrêter, mais pour tenter l'impossible dans les meilleures conditions.
Voir le profil de l'utilisateur

Dragnis
avatar

Messages : 23
MessageSujet: Re: Une chasse au dragon (PV Arsinoë)   Lun 10 Mar - 21:44

Il m'observe, l'air perdu dans ses pensées, et il met assez longtemps à réagir pour que je me demande s'il a même entendu ce que je lui disais. Il paraît fasciné par les écailles qui apparaissent sous mon vêtement déchiré. Il n'a pas l'air d'en être étonné pourtant, comme le sont la plupart des gens lorsqu'ils les découvrent. Ou du moins comme l'a été chacune des rares personnes à qui je les ai laissées voir. Il ne s'interroge pas non plus à leur propos, manifestement, et je suis de plus en plus persuadée qu'il sait effectivement ce que je suis. L'espace d'un instant, je me demande si cette information a joué un rôle dans sa décision. Si c'est pour ça qu'il m'a sauvée. Ou s'il l'a fait malgré ça, peut-être. Non, cette dernière hypothèse me semble peu probable. Il me suffit de voir la façon dont il me regarde pour savoir que, s'il sait effectivement, ce n'est pas quelque chose qui le dérange. Au contraire, peut-être. Je ne sais pas trop. Peu importe au fond. Il m'a aidée, c'est là tout ce qui compte, et je lui en suis reconnaissante, quelles qu'aient été ses raisons.

Nos regards se croisent un bref instant, trop court pour que je puisse y déchiffrer quoi que ce soit. Il se détourne rapidement pour s'occuper, enfin, de sa blessure. Bonne idée, que je m'abstiens sagement d'interrompre. Il a bien dû entendre ce que j'ai dit, finalement. Ce qu'il me confirme dès qu'il a fini de se faire un bandage de fortune en acceptant ma proposition. Mon inquiétude s'efface, remplacée par un sourire sincère, et je hoche la tête en guise de confirmation autant que d'approbation. Je n'étais pas tout à fait sure qu'il accepterait. C'est une étrange tendance que j'ai remarquée depuis que j'ai commencé à voyager, que certaines personnes refusent obstinément de recevoir la moindre aide de qui que ce soit, quand bien même ils en ont manifestement besoin. Par fierté, d'après ce qu'a tenté de m'expliquer un jour Larissa. Un concept que j'arrive pas vraiment à saisir. Mais je continue d'essayer. Je hoche à nouveau la tête, à moitié pour confirmer que j'avais effectivement reconnu son emblème, à moitié pour le remercier d'avoir pris la peine de se présenter. Politesse que je lui rends volontiers.

Arsinoë Maranis, Dragnis comme vous semblez l'avoir compris, et pour l'heure saltimbanque itinérante.

J'aurais peut-être pu m'abstenir de préciser la première partie. Mais au moins de cette manière je serai fixée. Peut-être que je me trompe, qu'il me prenait pour autre chose. Auquel cas j'aurai au moins eu le mérite de le détromper. Et dans le cas contraire, peut-être que ça me donnera l'occasion d'en apprendre davantage sur ce qu'il sait de nous. Avec un peu de chance, il aura rencontré un de mes frères ou une de mes sœurs. Peut-être même Telabeth ! Il y a déjà près d'un an qu'il est descendu à son tour, et je ne peux pas m'empêcher de me demander ce qu'il devient, comment il se débrouille. Le sort des autres m'intéresse aussi, bien sûr, mais c'est différent... Je me sors de ces spéculations en entendant un grognement râleur en même temps qu'une petite tête me donne un coup dans le mollet. Je me retiens de rire à ces simagrées avant d'ajouté d'un ton amusé, tendant la main vers le dragon à mes pieds :

Et je vous présente Azor, qui vous est également très reconnaissant de votre intervention.

Comme pour approuver mes paroles, le petit dragon alla frotter sa tête contre la jambe indemne de l'elfe avant de revenir vers moi et de me grimper dessus, encore trop fatigué pour voler mais souhaitant m'épargner la peine de me baisser avec mon épaule blessée pour le ramasser. Je le tiens dans mes bras tandis que Nufhaj pose la main sur moi, sans que je cherche à me dérober. J'aime beaucoup les contacts – quand ils n'impliquent pas de me menacer d'une arme tranchante, en tout cas – au point même que j'ai mis plusieurs années pour me rendre compte que tout le monde n'était pas dans mon cas, même parmi les Miens. Pour moi, c'est une manière de communiquer comme une autre, naturelle et instinctive, et il m'a fallu du temps pour comprendre que cela mettait mal à l'aise la plupart des gens. Et que d'autres voyaient derrière ces gens des intentions que je n'avais pas, mais à cela je n'ai été confrontée que depuis que je parcours le monde d'En-Bas.

Quant à moi, peut-être devrais apprendre à y lire plus que ce que j'y vois naturellement. Mais c'est une chose que je ne sais pas faire. Pas encore du moins, peut-être apprendrai-je. Quoi qu'il en soit, il ne me vient pas à l'idée de me demander si l'elfe à autre chose en tête que de simplement examiner ma blessure, et c'est avec un sourire dans aucune gêne, mais que j'espère plus assuré que ce que je ressens réellement, que je lui réponds. Je me doute que ce qui va suivre sera nettement moins agréable, mais il faut bien en passer par là.

J'avoue que j'en serais très soulagée. Enfin, quand ce sera terminé. J'espère...

Au temps pour l'assurance... Malgré le ton hésitant qu'a pris ma voix avant de s'éteindre, je me redresse et l'encourage à s'exécuter d'un regard et d'un mouvement de tête, avant de fermer les yeux très fort et de serrer les dents, essayant de me concentrer davantage sur le museau d'Azor enfoui dans mon cou que sur la douleur que ne va sans doute pas tarder à me déchirer l'épaule.

_________________


Journal - Origine
Arsinoë rêve en MediumPurple
Azor glapit en Purple
Voir le profil de l'utilisateur

Elfe
avatar

Messages : 115

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité: Libre
MessageSujet: Re: Une chasse au dragon (PV Arsinoë)   Mer 12 Mar - 8:53

J’étais resté calé sur ce qu’elle avait dit plus tôt ; Dragnis. Je le savais depuis le début, mais l’entendre me le dire aussi ouvertement que son nom m’étonnait. Sans doute avait-elle remarqué le regard peu étonné que je portais à sa constitution peu commune. Tandis qu’elle était occupée à me présenter son dragon, qui vint se frotter contre ma jambe, je gardais le regard fixé sur son épaule, peu commun. Peut-être allais-je pouvoir lui poser quelques questions à propos des liens qu’ils formaient entre eux et leurs dragons. De toute manière, j’y réfléchirais plus tard ; il y’avait toujours une flèche à extraire de sa chair. Je détournai mon regard l’espace d’un instant pour croiser le sien.

« J'avoue que j'en serais très soulagée. Enfin, quand ce sera terminé. J'espère … »

L’expression de mon visage ne dut pas manquer de faire comprendre à Azor la douleur qu’elle s’apprêtait à endurer, si bien qu’il alla coincer son museau dans le cou d’Arsinoë en exprimant son soutien par quelques gémissements. Je pris une grande bouffée d’air et empoignai la flèche par son milieu, puis je m’exclamai.

« Oh ! Un autre Dragnis ! »

Alors que, surprise, Arsinoë ouvrit soudainement les yeux, j’en profitai pour tirer la flèche. Ma main gauche s’appuya sur les écailles, tandis que celle qui tenait fermement le bois de la flèche délogea rapidement l’embout de métal de son corps. Cette méthode, plus souvent utilisée pour distraire les enfants, fonctionnait systématiquement. J’observai la pointe du projectile afin de m’assurer qu’aucun morceau ne soit manquant ; les armes des bandits restaient immanquablement moins dangereuses par leur qualité, mais une fois que celles-ci avaient atteint leur cible, il y’avait de fortes chances que de petits éclats restent logés dans le corps.

« Désolé pour la diversion, mais généralement c’est apprécié. Et puis, il n’y a plus de corps étranger en vous, du moins pour l’instant. »

J’avais jeté la flèche au loin, portant un autre bout de tissu semblable à celui noué autour de ma cuisse, contre sa blessure. Contrairement à ce que je pensais, peu de sang s’échappait de l’entaille, ce qui me laissa perplexe. J’avais également déchiré un long morceau de tissu pour l’enrouler autour du cou et par-dessous le bras, afin de permettre au bandage de tenir, du moins pour un temps. Pendant tout ce temps, Azor n’avait cessé de me renifler, moi et mes lambeaux de vêtements.

« J’espère que cela tiendra. Plus tôt, vous aviez dit avoir des amis dans le village, nous devrions y retourner. Cependant je suis désolé, mais il faudra à nouveau prendre la voie des airs ; les bandits sont sûrement encore dans les parages. »

Detrok s’abreuvait sur les abords de la rivière, et sa blessure semblait presque avoir disparue. On ne distinguait plus qu’une légère griffure qu’il avait nettoyé de lui-même tout ce temps durant. Tant mieux, il serait tout à fait capable de supporter à nouveau notre poids, même si les deux invités n’étaient pas bien lourds.

Je peinais à grimper sur la selle, la douleur liée à ma blessure m’empêchant de prendre appui sur ma jambe. Finalement, après quelques mouvements peu gracieux je parvins à m’installer correctement, invitant Arsinoë à prendre place derrière moi, comme auparavant. C’était l’occasion d’en apprendre un peu plus, mais de manière moins rude qu’avec le Dragnis rencontré à Aratos.


« Nous allons pouvoir en profiter pour discuter un peu. Vous savez que je connais plusieurs des vôtres ? Je vais commencer par croire que le Destin me veut quelque chose … »

Nous prenions notre envol, tandis qu’un sourire se dessinait sur les traits de mon visage.

_________________
l
Il faut toujours connaître les limites du possible.
Pas pour s'arrêter, mais pour tenter l'impossible dans les meilleures conditions.
Voir le profil de l'utilisateur

Dragnis
avatar

Messages : 23
MessageSujet: Re: Une chasse au dragon (PV Arsinoë)   Mer 12 Mar - 18:07

Qu'est-ce que...

Je rouvre les yeux, autant par réflexe à cause du ton de sa voix que sous le coup de la surprise. Je n'ai pas le temps de chercher, ni même de me demander ce qu'il a bien pu vouloir dire, que déjà un éclair de douleur fuse dans mon épaule, me tirant un gémissement à peine réprimé. Au moins je n'ai pas hurlé, c'est déjà ça. Je suppose que sa diversion n'y est pas pour rien, et j'arrive même à me fendre d'un léger rire à sa remarque, malgré la douleur qui prend son temps à s'estomper.

C'est une technique plutôt originale, mais j'avoue que c'est efficace.

Et comme il l'a si bien souligné, au moins maintenant au moins je peux bouger mon épaule sans avoir à sentir la pointe de métal creuser un peu plus ma chair, ce qui est un soulagement plus que bienvenu ! Quant à la douleur rémanente, elle n'est gênante que pour le moment et finira bien par s'estomper. J'avais présumé que l'opération serait terminée une fois la flèche extraite, mais Nufhaj est plus prévenant que je ne l'aurais cru et prend la peine de bander la blessure. J'aurais sans doute pu m'en passer, mais j'apprécie l'attention, et de toute manière il a déjà déchiré de nouveaux lambeaux de son vêtement avant que je ne réalise son intention. Je me laisse donc faire patiemment, le sourire revenu, caressant Azor et essayant de l'empêcher d'aller gêner l'elfe dans son travail en le reniflant à tout va. Sans grand succès. C'est avec une bonne humeur à peine entachée par la douleur que je viens d'endurer que je lui réponds, après m'être retournée vers lui.

Ne soyez pas désolé, cette fois je pourrai peut-être profiter davantage du vol!Je vous remercie encore pour tout ce que vous avez fait pour moi. Mais je m'en veux un peu pour votre vêtement, vous n'auriez pas dû...

Il faudra que je trouve un moyen de rembourser ma dette envers lui. Il nous a non seulement sauvé la vie, mais il s'est également montré gentil et attentionné envers moi. Alors que j'y réfléchis pendant que Nufhaj examine son griffon, Azor recommence à s'agiter, reniflant le bandage qui entoure mon épaule d'un air curieux.

Qu'est-ce que c'est ? Pourquoi il t'a mis ça ?
Pour empêcher ma blessure de saigner. Et tu aurais dû le laisser faire sans venir l'embêter, ça ne se fait pas ! D'ailleurs, tiens-toi tranquille encore un peu. On va bientôt rentrer, et je te présenterai aux gens avec qui je voyage. Je suis sure qu'ils vont t'adorer.

Comme je m'en doutais, l'idée de rencontrer du monde le réjouit et lui tire un espèce de ronronnement satisfait. Avec un peu de chance, ça suffira à le convaincre de rester sage jusqu'à ce qu'on arrive. C'est un peu étrange, cette familiarité que je ressens pour lui alors qu'on vient tout juste de se retrouver. Et en même temps, ça me semble parfaitement normal. Sans trop y réfléchir, je rejoins Nufhaj près de son griffon, sans doute trop occupé par son propre compagnon pour avoir remarqué mes messes-basses avec le petit dragon. Peu importe, au demeurant. Il sait déjà ce que je suis, et après ce qu'il a fait pour nous, répondre à ses questions si jamais il en a me semble la moindre des choses. Je suis en train de m'installer en croupe quand il reprend la parole, et je manque de tomber sous le coup de la surprise. Je me reprends et me réinstalle correctement avant de répondre, ou plutôt d'interroger vivement.

Plusieurs ?! Vous connaissez leurs noms ?

Étant donné notre nombre restreint, surtout si l'on ne considère que ceux d'entre nous qui parcourent le monde d'En-Bas, rencontrer l'un des miens est déjà assez rare pour être noté. Mais plusieurs, c'est tout bonnement exceptionnel. Même si j'ai l'impression qu'il l'a plutôt dit en guise de plaisanterie, je me demande s'il n'a pas raison concernant le Destin. Ce n'est qu'après que le griffon ait décollé que je me rends compte que j'ai été un peu brusque en posant mes questions, et que ce n'est certainement pas la meilleure façon de montrer ma gratitude à mon sauveur, aussi je reprends d'une voix plus douce, un peu gênée.

Excusez-moi, ce n'était pas très poli... C'est que j'ai été surprise par ce que vous m'avez dit. Et puis il y a si longtemps que je n'ai eu de nouvelles d'aucun d'eux...

_________________


Journal - Origine
Arsinoë rêve en MediumPurple
Azor glapit en Purple
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Une chasse au dragon (PV Arsinoë)   

 

Une chasse au dragon (PV Arsinoë)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» LE DRAGON BOAT
» Anniversaire dragon
» La chasse à la grenouille-taureau, envahisseur vorace....
» Un chat tué avec une flêche de chasse: qui a fait ça ?
» Garde-chasse / garde-pêche
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elden :: Rps terminés et abandonnés-