Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Pour quelques gouttes de sang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Hybride
avatar
Zayev
Hybride

Messages : 64

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité: Occupé
MessageSujet: Pour quelques gouttes de sang   Mar 18 Mar - 21:07

Une brise souffla le petit tas de copeaux qui s'était accumulé à mes pattes faisant virevolter ces semblants de feuilles brunes. Le temps passait sensiblement plus vite lorsque je rabotais à coup de griffes ce morceau de bois récupéré plus tôt. Un mouvement inattendu et brusque me fit creuser trop profondément et ruina la sculpture. L'oiseau de bois tout juste décapité fit alors son premier vol en lobe avant de retomber lourdement derrière un buisson. Maudite route pleine de trous. Désormais libéré de tout divertissement, je n'eus d'autre choix que de jeter à nouveau un œil à notre progression. La route s'éloignait encore et toujours, à la manière d'une rivière qui ne tarie jamais. L'arbre mort que nous avions dépassé n'était à présent plus qu'un petit point noir et je peinais à le retrouver, même au travers de ma vue perçante. Je m'endormais petit à petit, porté par les secousses du véhicule et emporté par l'espoir de trouver des agents de la Pie en Aratos. Mais avant d'arriver là-bas, il fallait faire une halte.

Éh, l'hybride ! brailla-t-il en tapant du poing la mince paroi de bois de la caravane sans même se retourner. On arrive ! Descend avant qu'quelqu'un nous voit !

Ah oui, le pacte que nous avions conclu. Dès le village en vue, je devais finir à pied, pour éviter d'éventuels ennuis à mon chauffeur. Un vieil homme au teint hâlé et à la chevelure grisonnante, portant d’humbles vêtements mal assortis. Des humains qui acceptent d'aider notre race malgré les interdictions, on n'en croise malheureusement pas assez souvent. Faut dire aussi que je lui avais bien graissé la patte. Louer toutes les places disponibles de la chariote et ne transporter qu'un passager silencieux, c'est le rêve de tout cocher à la recherche d'un peu de tranquillité. Encore perclus par le voyage lorsque je descendis de la calèche, je décidais de piquer un somme, à la fois pour endormir mes ankyloses et pour que le cocher et moi-même n'arrivions pas tous deux en même temps.

J'avais passé le reste de l'après-midi adossé à un tronc d'arbre tordu. La petite clairière ou je m'étais posé était bien en retrait du village, la ou peu de gens iraient pour me trouver. En revanche, l'éloignement fut aussi un inconvénient puisque la nuit était déjà bien installée lorsque j'atteignis enfin le village.

Azal. Un petit endroit tranquille ou trouver des dragons pour certains, une simple étape entre Delma et Aratos pour la plupart. Moi y compris. La grande rue semblait prévue pour le passage d'une grande foule, mais le village semblait bien morne lorsque le soleil s'absentait. Quelques badauds ici et là, à peine plus de gardes. La nuit s'annonçait calme. Tant mieux. Un petit passage à l'auberge du coin pour y trouver nourriture, chambre, et potins en tout genre me semblait tout de même nécessaire. Mais quitte à devoir me sociabiliser avec les autochtones du coin, autant écourter cela au maximum. Hors de question de demander l'emplacement de la taverne lorsqu'on dispose d'un odorat développé. Les effluves d'alcools me brûlaient presque les narines, et cette odeur de sang frais me fit croire que les gérants venaient d'abattre leur dernier porc pour la soirée.

Sans plus attendre, je me dirigeais vers les deux senteurs, l'eau à la bouche et l'estomac dans les talons, même si ces expressions ne collaient pas vraiment à ma morphologie.

_________________
On arrête de croire aux monstres lorsqu’on se rend compte qu'ils peuplent notre monde.

Zayev maudit son maître en #6633cc.
Voir le profil de l'utilisateur

Sang-mêlé
avatar

Messages : 23

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité:
MessageSujet: Re: Pour quelques gouttes de sang   Mer 19 Mar - 21:46

La soirée s'était mieux passé que je ne l'avais envisagé. Azal n'avait pas été une destination facile à choisir pour moi. Ce petit village n'avait pas l'attrait des grandes villes eldoriennes et peu de nobles s'y aventurait. D'un autre côté, c'était un village idéal pour qui cherchait à se faire discret quelques temps et s'était justement mon cas.

Le sentiment de tranquillité ne s'éternisa pas cependant car lorsque je quittai la taverne où j'avais passé la fin de ma soirée en compagnie d'une choppe de bière, je fus presque aussitôt abordé par deux types plus que louches.

Hé gamin! T'aurais pas deux trois pièces à nous filer histoire qu'on puisse s'en jeter une dans le gosier nous aussi?

Je les ignorais royalement et poursuivis ma route, empruntant une ruelle transversale pour rejoindre la grande rue. C'était sans compter sur les deux lascars qui m'avaient suivi et me barraient maintenant la route.

Laissez-moi passer, je n'ai pas de temps à perdre avec deux idiots dans votre genre...

Mon ton s'était voulu plus autoritaire que menaçant, mais cela n'affecta pas le moins du monde les deux hommes qui se contentèrent de me rire au nez, leur assurance nullement entamée par mes mots. L'un deux finit toutefois par dégainer une dague et la pointa vers moi.

Bon assez rigolé. Pour la dernière fois, gamin. Donnes-nous ton or.

Vous voulez jouer à couteaux tirés? Soit. Mais à défaut de vous donner de l'or, vous n'aurez que mon acier à tâter.

Ôtant mon cache-œil et mettant fin à ma métamorphose, je repris ma véritable apparence. Sans attendre leur réaction face au Sceau des Traîtres à présent gravé sur mon front, je fonçai aussitôt vers l'homme à la dague, dégainant mes coutelas. Il tenta un rapide coup d'estoc de sa dague, mais je déviai son coup en frappant sa lame du plat de l'une des miennes puis, me glissant sous sa garde, je lui tranchais la gorge avec mon autre coutelas. Son sang éclaboussa le sol terreux de la ruelle et tandis qu'il portait ses mains vers sa gorge ouverte pour stopper l'hémorragie, il s'écroula par terre où mourut quelques secondes plus tard. Posant mon regard disparate sur son acolyte complètement tétanisé par la rapidité avec laquelle la situation s'était retournée, je lui souris dévoilant mes crocs.

Je ne sais pas si vous le connaissez, mais par chez moi il y a un vieux dicton qui dit que l'on est mangé par le poisson que l'on a pêché. Je crois que ton comparse l'a appris à ses dépends et maintenant ça va être ton tour.

Je chassai d'un geste brusque des poignées le sang sur mes coutelas, le projetant sur le sol sous forme de longues gerbes vermeils. Cela eut pour effet de sortir le survivant de sa tétanie et il pris aussitôt ses jambes à son cou. L'idée de voir un gaillard comme lui me fuir complètement paniqué aurait pu être séduisante à observer mais pas aujourd'hui. La nuit n'étant pas très avancée, il y avait une chance qu'il croise quelqu'un si je lui laissais trop d'avance, d'autant que la ruelle où nous nous trouvions débouchait directement sur la grande rue si mon sens de l'orientation ne me jouait pas un tour. Je partis donc directement à sa poursuite peu désireux de le laisser rejoindre la grande rue.

Il n'était plus qu'à deux foulée de la sortie de la ruelle. Poussant un juron, je pris appui sur mes jambes et sautai sur son dos en y plantant mes deux lames. L'impact, ajouté à mon propre poids, le projeta au sol violemment et il mourut dans un râle sans atteindre la grande rue. Je soupirai de soulagement, ôtant mes lames de son cadavre et levai les yeux vers la rue pour m'assurer qu'aucun témoin n'avait assisté à mon meurtre.

Mon soulagement s'envola aussitôt. À trois mètres de moi dans la grande rue se dressait un hybride loup à l'apparence presque entièrement animale. Son regard était tourné vers moi...

_________________
Ça va saigner! Ça va faire mal !
C'est la complainte du boucher...
C'est la grande faux, la faux des âmes
qui va tous vous découper!
Ohé Fossoyeur ! Vite a ton labeur !
Tu vas avoir du pain sur la planche....

________________
Fiche   |   Carnet
Voir le profil de l'utilisateur

Hybride
avatar
Zayev
Hybride

Messages : 64

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité: Occupé
MessageSujet: Re: Pour quelques gouttes de sang   Jeu 20 Mar - 22:16

Je humai à nouveau l'air froid de cette sombre soirée. Les deux odeurs se séparaient au fur et à mesure que je les pistais. Étrange. M'étais-je trompé sur l'origine de chacune ? L'odeur métallique et acre de l'hémoglobine provenait d'une ruelle en parallèle, tandis que celle de l'alcool, plus piquante et mielleuse semblait s'évaporer d'un bâtiment en face de moi. Les rires étouffés et les ombres dansantes sur les fenêtres s’accordaient avec ce que ma truffe me dictait. L'auberge du village était droit devant.

Alors que je m'approchai de mon but, l'odeur sanguine supplanta soudainement celle dégagée par la taverne. Cela ne présentait rien de bon, mais je décidai de continuer sans aller y fourrer mon nez. Je relevai mon col et avançai d'un pas plus rapide. Ce village n'était pas si tranquille finalement.

Je tendis subitement l'oreille. On distinguait de l'autre côté de la rue des voix, des râles et des bruits de pas. Si un type se faisait tabasser, je ne lèverais même pas le petit doigt. Et pourtant, je ne parvenais pas à faire un pas de plus. Sur ma gauche se trouvait une embouchure vers une ruelle annexe. Je restais planté là, sans même tourner la tête, observant du coin de l’œil ce qui s’apprêtait à en débouler. Deux silhouettes apparurent. L'une chassant l'autre apparemment. Les discerner n'était pas chose aisée par cette obscurité, mais c'est au moment ou je pu lire la peur sur le visage de la proie qu'elle s’effondra. En un instant, tout était de nouveau calme. A quelques mètre de moi, un homme à terre, dont le torse avait été perforé par deux couteaux, et le propriétaire desdites armes blanches assis sur lui. Le premier ne se releva jamais, tandis que le second me fixait bizarrement.

Ce regard, je le connaissais. Trop bien même. On pouvait le retrouver sur mon visage lorsqu'un évènement imprévu venait se glisser parmi mes assassinats. Un garde qui passait par là, un cri échappé de ma cible, une blessure, un témoin. Tous ces petits accros qui ruine l'excellence de l'acte et ne laisse qu'un immonde sentiment d'imperfection. Mon travail, je souhaite le faire bien, et ce gars-là aussi. Mais par un coup de malchance, j'étais devenu le grain de sable qui bloquait sa machinerie. Et que fait-on de cet élément perturbateur ? On le supprime.

Nous restâmes sans bouger, à chercher quoi faire de l'autre. Que pensait-il ? Qu'allait-il faire ? J'imaginai qu'il se posait certainement les même questions. Rapidement, je cherchais comment régler cela sans effusions de sang. Le chantage, la fuite, la contre-attaque... Bien beau, mais je ne me sentais pas l'envie de me salir les pattes et je ne le voyais pas me laisser partir comme si de rien n'était. Il ne me restait d'autre alternative que l'intimidation. C'était à double tranchant. Ou je parvenais à le calmer, ou il tombait droit dedans.

Profitant d'un élan d'adrénaline et de mon pelage hirsute pour paraître plus menaçant, je pris la parole en lui jetant un regard tout aussi fou que le sien.

▬ N'y pense même pas ou tu te retrouveras dans le même état que lui.

Mort.
chuchotai-je à moi-même.

_________________
On arrête de croire aux monstres lorsqu’on se rend compte qu'ils peuplent notre monde.

Zayev maudit son maître en #6633cc.
Voir le profil de l'utilisateur

Sang-mêlé
avatar

Messages : 23

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité:
MessageSujet: Re: Pour quelques gouttes de sang   Dim 23 Mar - 15:44