Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Pour quelques gouttes de sang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Hybride
avatar
Zayev
Hybride

Messages : 64

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité: Occupé
MessageSujet: Pour quelques gouttes de sang   Mar 18 Mar - 21:07

Une brise souffla le petit tas de copeaux qui s'était accumulé à mes pattes faisant virevolter ces semblants de feuilles brunes. Le temps passait sensiblement plus vite lorsque je rabotais à coup de griffes ce morceau de bois récupéré plus tôt. Un mouvement inattendu et brusque me fit creuser trop profondément et ruina la sculpture. L'oiseau de bois tout juste décapité fit alors son premier vol en lobe avant de retomber lourdement derrière un buisson. Maudite route pleine de trous. Désormais libéré de tout divertissement, je n'eus d'autre choix que de jeter à nouveau un œil à notre progression. La route s'éloignait encore et toujours, à la manière d'une rivière qui ne tarie jamais. L'arbre mort que nous avions dépassé n'était à présent plus qu'un petit point noir et je peinais à le retrouver, même au travers de ma vue perçante. Je m'endormais petit à petit, porté par les secousses du véhicule et emporté par l'espoir de trouver des agents de la Pie en Aratos. Mais avant d'arriver là-bas, il fallait faire une halte.

Éh, l'hybride ! brailla-t-il en tapant du poing la mince paroi de bois de la caravane sans même se retourner. On arrive ! Descend avant qu'quelqu'un nous voit !

Ah oui, le pacte que nous avions conclu. Dès le village en vue, je devais finir à pied, pour éviter d'éventuels ennuis à mon chauffeur. Un vieil homme au teint hâlé et à la chevelure grisonnante, portant d’humbles vêtements mal assortis. Des humains qui acceptent d'aider notre race malgré les interdictions, on n'en croise malheureusement pas assez souvent. Faut dire aussi que je lui avais bien graissé la patte. Louer toutes les places disponibles de la chariote et ne transporter qu'un passager silencieux, c'est le rêve de tout cocher à la recherche d'un peu de tranquillité. Encore perclus par le voyage lorsque je descendis de la calèche, je décidais de piquer un somme, à la fois pour endormir mes ankyloses et pour que le cocher et moi-même n'arrivions pas tous deux en même temps.

J'avais passé le reste de l'après-midi adossé à un tronc d'arbre tordu. La petite clairière ou je m'étais posé était bien en retrait du village, la ou peu de gens iraient pour me trouver. En revanche, l'éloignement fut aussi un inconvénient puisque la nuit était déjà bien installée lorsque j'atteignis enfin le village.

Azal. Un petit endroit tranquille ou trouver des dragons pour certains, une simple étape entre Delma et Aratos pour la plupart. Moi y compris. La grande rue semblait prévue pour le passage d'une grande foule, mais le village semblait bien morne lorsque le soleil s'absentait. Quelques badauds ici et là, à peine plus de gardes. La nuit s'annonçait calme. Tant mieux. Un petit passage à l'auberge du coin pour y trouver nourriture, chambre, et potins en tout genre me semblait tout de même nécessaire. Mais quitte à devoir me sociabiliser avec les autochtones du coin, autant écourter cela au maximum. Hors de question de demander l'emplacement de la taverne lorsqu'on dispose d'un odorat développé. Les effluves d'alcools me brûlaient presque les narines, et cette odeur de sang frais me fit croire que les gérants venaient d'abattre leur dernier porc pour la soirée.

Sans plus attendre, je me dirigeais vers les deux senteurs, l'eau à la bouche et l'estomac dans les talons, même si ces expressions ne collaient pas vraiment à ma morphologie.

_________________
On arrête de croire aux monstres lorsqu’on se rend compte qu'ils peuplent notre monde.

Zayev maudit son maître en #6633cc.
Voir le profil de l'utilisateur

Sang-mêlé
avatar

Messages : 23

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité:
MessageSujet: Re: Pour quelques gouttes de sang   Mer 19 Mar - 21:46

La soirée s'était mieux passé que je ne l'avais envisagé. Azal n'avait pas été une destination facile à choisir pour moi. Ce petit village n'avait pas l'attrait des grandes villes eldoriennes et peu de nobles s'y aventurait. D'un autre côté, c'était un village idéal pour qui cherchait à se faire discret quelques temps et s'était justement mon cas.

Le sentiment de tranquillité ne s'éternisa pas cependant car lorsque je quittai la taverne où j'avais passé la fin de ma soirée en compagnie d'une choppe de bière, je fus presque aussitôt abordé par deux types plus que louches.

Hé gamin! T'aurais pas deux trois pièces à nous filer histoire qu'on puisse s'en jeter une dans le gosier nous aussi?

Je les ignorais royalement et poursuivis ma route, empruntant une ruelle transversale pour rejoindre la grande rue. C'était sans compter sur les deux lascars qui m'avaient suivi et me barraient maintenant la route.

Laissez-moi passer, je n'ai pas de temps à perdre avec deux idiots dans votre genre...

Mon ton s'était voulu plus autoritaire que menaçant, mais cela n'affecta pas le moins du monde les deux hommes qui se contentèrent de me rire au nez, leur assurance nullement entamée par mes mots. L'un deux finit toutefois par dégainer une dague et la pointa vers moi.

Bon assez rigolé. Pour la dernière fois, gamin. Donnes-nous ton or.

Vous voulez jouer à couteaux tirés? Soit. Mais à défaut de vous donner de l'or, vous n'aurez que mon acier à tâter.

Ôtant mon cache-œil et mettant fin à ma métamorphose, je repris ma véritable apparence. Sans attendre leur réaction face au Sceau des Traîtres à présent gravé sur mon front, je fonçai aussitôt vers l'homme à la dague, dégainant mes coutelas. Il tenta un rapide coup d'estoc de sa dague, mais je déviai son coup en frappant sa lame du plat de l'une des miennes puis, me glissant sous sa garde, je lui tranchais la gorge avec mon autre coutelas. Son sang éclaboussa le sol terreux de la ruelle et tandis qu'il portait ses mains vers sa gorge ouverte pour stopper l'hémorragie, il s'écroula par terre où mourut quelques secondes plus tard. Posant mon regard disparate sur son acolyte complètement tétanisé par la rapidité avec laquelle la situation s'était retournée, je lui souris dévoilant mes crocs.

Je ne sais pas si vous le connaissez, mais par chez moi il y a un vieux dicton qui dit que l'on est mangé par le poisson que l'on a pêché. Je crois que ton comparse l'a appris à ses dépends et maintenant ça va être ton tour.

Je chassai d'un geste brusque des poignées le sang sur mes coutelas, le projetant sur le sol sous forme de longues gerbes vermeils. Cela eut pour effet de sortir le survivant de sa tétanie et il pris aussitôt ses jambes à son cou. L'idée de voir un gaillard comme lui me fuir complètement paniqué aurait pu être séduisante à observer mais pas aujourd'hui. La nuit n'étant pas très avancée, il y avait une chance qu'il croise quelqu'un si je lui laissais trop d'avance, d'autant que la ruelle où nous nous trouvions débouchait directement sur la grande rue si mon sens de l'orientation ne me jouait pas un tour. Je partis donc directement à sa poursuite peu désireux de le laisser rejoindre la grande rue.

Il n'était plus qu'à deux foulée de la sortie de la ruelle. Poussant un juron, je pris appui sur mes jambes et sautai sur son dos en y plantant mes deux lames. L'impact, ajouté à mon propre poids, le projeta au sol violemment et il mourut dans un râle sans atteindre la grande rue. Je soupirai de soulagement, ôtant mes lames de son cadavre et levai les yeux vers la rue pour m'assurer qu'aucun témoin n'avait assisté à mon meurtre.

Mon soulagement s'envola aussitôt. À trois mètres de moi dans la grande rue se dressait un hybride loup à l'apparence presque entièrement animale. Son regard était tourné vers moi...

_________________
Ça va saigner! Ça va faire mal !
C'est la complainte du boucher...
C'est la grande faux, la faux des âmes
qui va tous vous découper!
Ohé Fossoyeur ! Vite a ton labeur !
Tu vas avoir du pain sur la planche....

________________
Fiche   |   Carnet
Voir le profil de l'utilisateur

Hybride
avatar
Zayev
Hybride

Messages : 64

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité: Occupé
MessageSujet: Re: Pour quelques gouttes de sang   Jeu 20 Mar - 22:16

Je humai à nouveau l'air froid de cette sombre soirée. Les deux odeurs se séparaient au fur et à mesure que je les pistais. Étrange. M'étais-je trompé sur l'origine de chacune ? L'odeur métallique et acre de l'hémoglobine provenait d'une ruelle en parallèle, tandis que celle de l'alcool, plus piquante et mielleuse semblait s'évaporer d'un bâtiment en face de moi. Les rires étouffés et les ombres dansantes sur les fenêtres s’accordaient avec ce que ma truffe me dictait. L'auberge du village était droit devant.

Alors que je m'approchai de mon but, l'odeur sanguine supplanta soudainement celle dégagée par la taverne. Cela ne présentait rien de bon, mais je décidai de continuer sans aller y fourrer mon nez. Je relevai mon col et avançai d'un pas plus rapide. Ce village n'était pas si tranquille finalement.

Je tendis subitement l'oreille. On distinguait de l'autre côté de la rue des voix, des râles et des bruits de pas. Si un type se faisait tabasser, je ne lèverais même pas le petit doigt. Et pourtant, je ne parvenais pas à faire un pas de plus. Sur ma gauche se trouvait une embouchure vers une ruelle annexe. Je restais planté là, sans même tourner la tête, observant du coin de l’œil ce qui s’apprêtait à en débouler. Deux silhouettes apparurent. L'une chassant l'autre apparemment. Les discerner n'était pas chose aisée par cette obscurité, mais c'est au moment ou je pu lire la peur sur le visage de la proie qu'elle s’effondra. En un instant, tout était de nouveau calme. A quelques mètre de moi, un homme à terre, dont le torse avait été perforé par deux couteaux, et le propriétaire desdites armes blanches assis sur lui. Le premier ne se releva jamais, tandis que le second me fixait bizarrement.

Ce regard, je le connaissais. Trop bien même. On pouvait le retrouver sur mon visage lorsqu'un évènement imprévu venait se glisser parmi mes assassinats. Un garde qui passait par là, un cri échappé de ma cible, une blessure, un témoin. Tous ces petits accros qui ruine l'excellence de l'acte et ne laisse qu'un immonde sentiment d'imperfection. Mon travail, je souhaite le faire bien, et ce gars-là aussi. Mais par un coup de malchance, j'étais devenu le grain de sable qui bloquait sa machinerie. Et que fait-on de cet élément perturbateur ? On le supprime.

Nous restâmes sans bouger, à chercher quoi faire de l'autre. Que pensait-il ? Qu'allait-il faire ? J'imaginai qu'il se posait certainement les même questions. Rapidement, je cherchais comment régler cela sans effusions de sang. Le chantage, la fuite, la contre-attaque... Bien beau, mais je ne me sentais pas l'envie de me salir les pattes et je ne le voyais pas me laisser partir comme si de rien n'était. Il ne me restait d'autre alternative que l'intimidation. C'était à double tranchant. Ou je parvenais à le calmer, ou il tombait droit dedans.

Profitant d'un élan d'adrénaline et de mon pelage hirsute pour paraître plus menaçant, je pris la parole en lui jetant un regard tout aussi fou que le sien.

▬ N'y pense même pas ou tu te retrouveras dans le même état que lui.

Mort.
chuchotai-je à moi-même.

_________________
On arrête de croire aux monstres lorsqu’on se rend compte qu'ils peuplent notre monde.

Zayev maudit son maître en #6633cc.
Voir le profil de l'utilisateur

Sang-mêlé
avatar

Messages : 23

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité:
MessageSujet: Re: Pour quelques gouttes de sang   Dim 23 Mar - 15:44


Les mots de l'hybride loup me frappèrent tout autant que le regard qu'il me jeta. Un étrange frisson parcourut mon échine, me soufflant que nous étions sûrement fait du même bois lui et moi et que sa menace n'était pas infondée. Il serait d'un tout autre calibre que les deux hommes que je venais de massacrer. Je ravalai toutefois cette impression. Il était hors de question de me laisser dominer par mes émotions dans un moment comme celui-là. Soutenant le regard de l'hybride, je lui répondis.

Comprenez-moi bien... Ce n'est pas de gaieté de cœur mais je ne peux pas vous laisser en vie...

Ces mots étaient stupides, j'en pris conscience qu'après les avoir prononcés. Si j'avais la moindre chance de le prendre en traître, je venais de faire une croix dessus en lui annonçant mes attentions. Mon agacement céda la place à la colère et, guidé par elle, je me jetai droit sur l'hybride. Ma manœuvre était basique, et il n'eut qu'à faire un bond en arrière pour se mettre hors de portée de mes lames.

Changeant de posture, il se mit en garde et je l'imitai. Quelques mètres nous séparaient l'un de l'autre et la tension qui régnait entre nous me semblait presque palpable. La situation ne se tournait définitivement pas à mon avantage. Je ne sais pas ce qu'en pensait l'autre, mais nous affronter dans la grande rue était vraiment trop risqué.

Une bonne minute s'écoula sans qu'aucun de nous n'esquisse le moindre geste. Nous nous contentions de nous affronter du regard. Cela ne nous avançait à rien aussi tentais-je accélérer les choses. Poussant un soupir fatigué, j'abaissai volontairement ma garde.

Vous êtes vraiment pas drôle, vous savez? Vous me menacez ouvertement, mais vous ne passez pas à l'acte pour autant. J'aurais cru que vous étiez une sorte d'assassin comme moi, mais je commence à croire que vous êtes plus comme les autre hybrides qui n'osent agir... Alors dites-moi, êtes vous comme ces esclaves qui ne peuvent lever le petit doigt sans l'autorisation de leur maître, ou êtes vous votre propre maître? Je dois dire que l'idée d'ajouter votre tête à ma liste de trophée n'est pas déplaisante mais si vous ne vous montrez pas plus actif cela perdrait tout son attrait.

_________________
Ça va saigner! Ça va faire mal !
C'est la complainte du boucher...
C'est la grande faux, la faux des âmes
qui va tous vous découper!
Ohé Fossoyeur ! Vite a ton labeur !
Tu vas avoir du pain sur la planche....

________________
Fiche   |   Carnet
Voir le profil de l'utilisateur

Hybride
avatar
Zayev
Hybride

Messages : 64

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité: Occupé
MessageSujet: Re: Pour quelques gouttes de sang   Mer 2 Avr - 20:01

Les paroles fielleuses du jeune homme semblait avoir joué leur rôle. La colère du loup était palpable désormais et le voir se jeter sur Wylkaïn, prévisible. Celui-ci recula simplement de quelques pas pour se mettre hors de portée des griffes acérées tendues vers lui et riposta aussitôt qu’il vit une ouverture. Le coup d’estoc qu’il tenta ne fit cependant pas mouche. Zayev, qui avait reprit un peu de sang-froid en voyant la lame s’avancer, fit un pas de côté pour l’esquiver. Wylkaïn ne cessa pas pour autant son assaut et continua à harceler l’hybride d’une volée de coups. Esquiver devenait une tâche de plus en plus ardu pour Zayev jusqu’au moment où l’un des coutelas de Wylkaïn finit par mordre la chair de son bras.

C’est à moi que revient le premier sang, il me semble.

Le jeune homme décocha un sourire narquois à Zayev, qui se contenta de dégainer sa dague, impassible.


*** ***
Ce type là avait la langue un peu trop pendue et il n’en tenait qu’à ma lame de la raccourcir un peu. De ma main libre, je vins appuyer sur ma blessure en mimant un spasme de douleur. Sa vanité lui dicta de fondre à nouveau sur moi, comme prévu. Il tenta une taillade de sa main droite que j’évitais d’un petit bond de côté et n’eut le temps de placer un second coup. Mes griffes mordirent la terre et me donnèrent une détente sèche suffisante pour porter un coup de poing dans son torse et armer une attaque d’estoc avec ma lame. Mon adversaire profita cependant du choc du coup de poing pour reculer suffisamment et éviter l’attaque fatale. Je devais reconnaître qu’il savait se battre et n’avait rien des piètres bretteurs que l’on croisait dans les bouges et autres tavernes.

S’il avait pu esquiver mon estoc, je parvins cependant avec l’élan de ma précédente attaque à frapper le plat d’un de ses coutelas et de lui faire lâcher prise. Le couteau tomba lourdement sur le sol terreux de la rue et laissa son propriétaire se démener avec une arme en moins.

*** ***
Le jeune homme ne se laissa pas démonter quand l’une de ses lames lui échappa des mains. Il se contenta simplement de saisir sa seconde lame à deux mains et se lança à nouveau à l’assaut de l’hybride. Les deux lames s’entrechoquaient avec violence à chaque nouvelles attaques.  Toutefois, Wylkaïn mettait désormais plus de force dans ses coups. Chacun d’eux frappait brutalement la dague de Zayev qui ne pouvait que ressentir le choc dans son avant-bras. Finalement, un coup mieux placé que les autres entraîna une vive douleur dans le poignée de l’hybride et le fit tressaillir, lâchant sa lame au passage.

Un sourire victorieux s’esquissa sur le visage du jeune homme mais il fut de très courte durée. Zayev n’avait pas perdu une seconde après avoir perdu sa lame. En réalité, l’hybride avait lâché volontairement sa dague pour pouvoir se jeter sur les poignets de Wylkaïn. D’un geste expert, il lui tordit suffisamment les poignets pour le faire lâcher prise et le désarmer. Une fois fait, il enchaîna par un coup de pied au ventre qui projeta le jeune homme en arrière. Haletant, les deux adversaires se faisait face, tout deux prenant une posture de combat à main nue.

Je sais pas ce que t’en penses toi, mais moi je m’amuse comme un fou! J’aurais aimé que mes proies aient autant de fougue!


*** ***
Ses commentaires m'insupportaient de plus en plus. Nos armes respectives à terre, il trouvait encore le moyen de fanfaronner. La suite allait se jouer aux mains et je ne pu contenir un rictus en pensant que ma morphologie bestiale m’offrait un avantage certain. Une nouvelle fois, j’usais de mes puissantes pattes pour franchir d’un bond la distance nous séparant. Mon adversaire avait néanmoins déjà prévu une contre-attaque et m’envoya un coup dans l’estomac tout en se penchant en avant pour éviter mon poing. J‘encaissai l’impact du mieux possible puis profitai de sa position pour lui agripper les cheveux de ma main griffue. Je n’eus le temps d’armer totalement mon genoux à destination de son visage qu’il usa d’une force insoupçonnée pour défaire ma prise et me saisir le bras. De son autre main libre, il passa quelques directs du gauche au travers de ma garde avant que je ne parvienne à lui attraper l’avant-bras.

Nous nous retrouvâmes tous deux retenant le poing de l’autre, usant d’une force comparable pour se défaire de notre étreinte respective.

*** ***
Rien n’y faisait. La force qu’ils mettaient tout deux à retenir le poing de l’autre les empêchait de se libérer. Leur regard se croisèrent un instant, et comme un seul homme, ils se projetèrent en arrière pour prendre de l’élan et se fracassèrent le front l’un contre l’autre. Le choc fut violent, suffisamment pour les sonner et les faire lâcher prise. chacun d’eux recula de plusieurs pas avant de mettre un genou à terre.

C’était la troisième fois depuis le début de leur combat que les deux adversaires se trouvaient ainsi face à face. La fatigue commençait à se lire sur leurs visages. Celui de Wylkaïn était couvert de sueur qu’il chassa d’un revers de main tandis que l’hybride, haletant, tentait de reprendre son souffle. Sans qu’aucun des d’eux ne parle, une trêve tacite fut formulée.

Depuis qu’il s’était décider à tuer l’hybride, le jeune homme ne détailla réellement son adversaire que maintenant. Pour une raison qui lui échappait, il se sentait proche de celui-ci. Comme deux frères ayant vécu une histoire presque similaire et au dénouement semblable... Il ne doutait plus du tout de la nature d’assassin du loup. Wylkaïn sourit tristement à son adversaire.

C’est vraiment stupide de s’être rencontré comme ça, tu sais? Dans une autre situation, quelque chose me dit qu’on serait sûrement devenu de bons copains...


*** ***
Si je m’attendais à ce qu’il ai la tête aussi dure, je ne m’aurais pas essayé à lui donner un coup avec la mienne. J’avais à présent aussi mal au crâne qu’au bras, et commençai à regretter de ne pas avoir tenté une simple fuite quelques instants plus tôt. Au moins, mon adversaire semblait en aussi piteux état. Nous tentions de retrouver nos souffles respectifs tout en inspectant l’autre. Ce laps de temps me permis de remarquer que l’être en face de moi n’était pas des plus humain. Ses doigts étaient plus crochus, presque comme mes griffes, et je distinguai entre deux de ses respirations des dents bien trop effilées pour appartenir à un homme ordinaire.

Un autre détail vint retenir mon attention et éclipser tous mes doutes. Sur son front était gravé au fer rouge une marque que tous connaissaient. Un sceau des Traîtres. Un rejeton d’un hybride et d’un humain, d’après les traits le caractérisant. Cela expliquait aussi la raison de ses pupilles disparates. Après avoir reprit suffisamment de souffle, je me décida à lui répondre.

▬ Dans un autre contexte, j’aurais peut-être pu sympathiser avec toi, Traître. Mais les Esprits ont préféré me placer en travers de ta route.

*** ***
L’attention de Wylkaïn fut alors attiré par quelque chose que l’hybride ne pouvait pas voir car cela se passait dans son dos. Des gens semblaient fonçer vers eux et il ne fallut que quelques secondes au jeune homme pour comprendre qu’il s’agissait de la garde. Conscient qu’il ne pouvait pas s’échapper tout les deux, il saisit une pleine poignée de terre qui recouvrait le sol de la grande rue et le projeta dans les yeux de l’hybride pour l’aveugler. dès que ce fut fait il partit dans la direction opposée à celle des gardes, s’évanouissant dans les ténèbres de la nuit.

Zayev quand à lui pestait pour ce coup en traître, tentant vainement d’essuyer ses yeux irrités par la poussière qui y était rentrée tout en conservant un semblant de garde au cas où le sang-mêlé tentait une attaque. Il ne comprit que trop tard qu’il s’était en réalité enfuit, à peu près au moment où deux personnes qui courraient dans son dos le sommèrent de ne pas bouger. Le loup obtempéra, sachant ses chances de réussir à se débarrasser d’eux trop faibles pour l’instant. Aussi se laissa-t-il faire quand ils lui passèrent les fers. L’un des gardes se saisit des armes sur le sol et poussa une exclamation de surprise en découvrant le sang qui les souillait. Les deux gardes discutèrent un temps de la marche à suivre et finirent par décider de le conduire au baraquement des gardes du village...

_________________
On arrête de croire aux monstres lorsqu’on se rend compte qu'ils peuplent notre monde.

Zayev maudit son maître en #6633cc.
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Pour quelques gouttes de sang   

 

Pour quelques gouttes de sang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Quelques gouttes de sang
» des gouttes de sang marrons
» perte de sang apres fausse couche
» Problèmes d'articulations
» cerclage et après...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elden :: La Grande Rue-