Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [PREDEFINI] La beauté est infiniment cruelle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Humain
avatar

Messages : 18

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité: Libre
MessageSujet: [PREDEFINI] La beauté est infiniment cruelle.   Lun 24 Mar - 2:09


« Exodie d'Eldoria»
36 ans - Humaine – Noble de la famille royale – Soeur du Roi Zarius

Adepte de la Magie émotive, Exodie est l'une de ces femmes qui sait vous mettre à l'aise, et trouver les mots pour vous rassurer... Ou vous déstabiliser. Sa maîtrise de la magie est subtile, délicate, loin des grands effets ou des démonstrations bruyantes, elle n'en reste pas moins une personne d'expérience et de savoir quant aux émois humains... Ou inhumains, sa fréquentation forcée des autres races lui ayant permis d'entamer une certaine compréhension de leurs turpitudes.

Éduquée, fine, très capable de diplomatie, il est difficile de trouver ce qu'elle ressent derrière ses attitudes toujours convenables et avenantes, et même le plus vif mépris est bien habillé chez elle, passant pour, au pire, des taquineries lorsqu'on a le rang suffisant pour qu'elle garde sa façade. Si on ne l'a pas... Elle est parfaitement à même de descendre le moral – ou le statut – de quelqu'un qui est à la portée de ses griffes et qui l'aurait d'une quelconque façon offensée. Le chaud, le froid et le pénible des mots n'ont plus de secrets pour elle. Séduire est un jeu à ses yeux, et elle joue souvent, et très bien.

Quant à son corps, il est léger, fragile, délicat, beau, il pourrait être celui d'une danseuse. Malgré ses grossesses il est resté fin, et à son âge elle sait parfaitement le mettre en valeur, tout en n'étant pas encore – pour un petit moment – sujette aux affres du temps. Des onguents hors de prix s'accumulent chez elle. Elle n'a pas de cicatrices, car elle ne se bat pas, et il y a fort à croire que si par malheur elle se retrouvait devant un gamin des rues qui voulait la battre sans qu'elle ne trouve comment le persuader de ne rien en faire, le gamin gagnerait. Ses cheveux sont d'un blond très soyeux, presque blanc à force d'être clair, et son teint est laiteux. Ses yeux sont de glace, et la seule tache de couleur de son apparence sont ses lèvres ourlées, en cœur, expressives et mobiles. Ses mains sont longues, aux ongles soignés prouvant qu'elle n'effectue guère de travaux manuels, et ses toilettes sont toujours raffinées, dignes de son rang, même dans la simplicité de ses appartements privés. Elle porte, somme toute, peu de bijoux, et préfère arborer des fleurs plutôt que des parures de métal lors des grandes occasions.

« voilà ce que je suis »
Il n'y a pas d'amour heureux. Mais il y a des amants défaits.


On parle d'Exodie non comme la sœur du Roi, la plupart du temps, mais comme une reine. La Reine des garces.

Pourtant elle était bien différente, jadis – un temps infiniment lointain à ses yeux, perdu dans les brumes sépulcrales et séculaires du cimetière de son innocence. Elle était une enfant douce, rêveuse, aimable, bonne – profondément bonne ! Et prête à tous les jolis efforts et les gentilles concessions pour sa famille, et le bien du royaume. Elle croyait en son destin. Elle était persuadée qu'en priant avec ferveur, et en faisant toujours de son mieux, tout irait au moins bien. Et puis on l'a mariée.

Elle allait avoir quatorze ans – et c'est très jeune. C'est terriblement jeune. Elle avait fleuri et n'était plus une enfant, mais voilà : son époux était un elfe. Pour des standards humains, il était déjà vieux, alors pour une idée juvénile, c'était un vieillard. Oh ! Il présentait bien, et il n'était même pas mauvais le bougre : c'était un mariage de raison, mais pas de la leur. Exodie avait rêvé de cette union. Des mois qu'on lui en parlait, un bel elfe, la chance que tu as ma jolie, et noble oula ! Noble comme on en fait dans les chansons. Il sera doux avec toi, et tendre, et ta famille sera très fière d'avoir ces alliances, ça sera bon pour tout le monde, promesse ! Et, oui, il était beau. Et noble. Et tendre au départ. Mais voilà, les chansons ne disent aux jeunes filles ce qui advient des mariages quand ils ont plus d'une semaine. Parce qu'il était elfe, donc vieux, donc mature et sage ; elle était une enfant rêveuse. Et de fait tous deux terriblement mal à l'aise. Au final, ce n'était qu'une grande et terrible incompréhension. Il s'attendait à une épouse éduquée, tranquille, sage, avisée de ce qu'il était demandé aux femmes dans une royauté, elle espérait une sorte de chevalier qui lui ferait une cour délicieuse et qu'à la fin ils s'aimeraient. Elle était si jeune qu'après le mariage, à voir le lit, elle ne put s'empêcher de pleurer. Après l'avoir regardée, il lui déclara qu'il reviendrait un an après, que ça serait préférable. Un baiser au front, voilà le résumé de cette nuit. De son point de vue à lui, c'était prévenant, et puis il avait le temps. De son point de vue à elle, c'était terrible et méprisant.

Elle finit par le convaincre d'honorer le devoir conjugal plus tôt puisque c'était son devoir de femme, et qu'elle avait toujours voulu bien faire, mais il ne lui resta de ce moment au final qu'un grand dégoût, et l'impression tenace d'un espèce de viol mutuel consentit. Elle n'en tint pas rigueur à sa famille. Elle le considéra coupable lui. Depuis, elle garde pour les elfes un dégoût viscéral, inconscient, puisque toujours ramené à cette peau plaquée contre la sienne, pataude, sans envie, mal à l'aise ; ayant relégué ce sentiment derrière les murs de son destin familial, elle a projeté sur cette race une sorte de mépris flou, visqueux, et global. La situation ne s'arrangea jamais avec son époux et, le temps passant, ce qui lui restait d'enfance mourut sur le lit où, après avoir subi son époux sans désir, elle mit au monde son premier enfant sans joie. Oh ! On le lui avait juré ! Ca sera magique, promis, d'expérience toutes les femmes le ressentent en posant les yeux sur leur bébé, c'est formidable, le plus grand amour du monde. Quand elle enlaça sa petite et plongea son regard dans le sien, elle sentit tout l'amour et le besoin du nourrisson. Et elle, elle voyait les yeux de son père, et cette peau qu'il fallait presser contre la sienne. On l'appela Erina, elle lui donna le sein, lui sourit quand il fallait, mais jamais elle ne sut ressentir la moindre affection pour sa petite. Elle sut jouer la comédie quand il le fallait, et puisqu'il le fallait, mais le malaise entre la mère et la fille ne se dissipa jamais, faut d'avoir été un jour seulement pointé.

Son fils eut un peu plus de chance, ou un peu moins, selon le point de vue. Parce que lui, elle réussit à l'apprécier, un peu, d'un rien ; cette petite affection suffit à la troubler et elle ne parvint jamais à se comporter de façon seulement équilibrée avec lui. Trop exigeante, trop vive, trop prompte au chantage et au jugement, au rejet et aux accusations. Jamais, jamais ! Elle ne porta la main sur lui, jamais elle ne dépassa les bornes en tant que telles, mais l'enfant préférait évidemment sa sœur, son père aussi lorsqu'il était tout petit. Et elle ne le supportait pas. Là encore, ça n'a jamais changé.

Le temps a passé, et la fillette nubile est devenue une femme de pouvoir. Elle avait vingt et un ans lorsque son époux périt d'une très vilaine chute depuis son balcon. Des jours et des nuits qu'il était un peu fiévreux, un peu souffrant, mais pas grand chose ; on savait juste que son mal commençait à le rendre somnambule, ce qui le laissait épuisé en journée. Une nuit il franchit sa balustrade. Un accident terrible. Exodie donna quelques faveurs à l'herboriste qui avait fait de son mieux pour sauver son époux, et lui confia quelque bel argent, et une recommandation pour une jolie boutique en ville. Inexplicablement, l'herboriste chuta dans ses escaliers mal refaits, et l'architecte, lui, en fut quitte pour une amende qu'il n'eut à priori aucun mal à payer.

Depuis, depuis... Exodie est cette femme détestée à qui on sourit, et elle le sait qu'on la méprise, elle le sait qu'on la rejette, puisqu'elle le ressent. Mais elle sait qu'on l'envie, et elle apprécie d'une façon un peu cruelle et bizarre de troubler les émois et certitudes de ses plus grands détracteurs en leur jouant sa partition favorite de la veuve éplorée qui ne s'est jamais remise de son deuil, et s'est parfois égarée. Elle a des amants, ça oui, une cohorte ! La plupart d'entre eux restent des courtisans qui gravitent autour d'elle, et n'ont pu que lui baiser la main, certains sont plus chanceux – pour un temps.

Elle a deux esclaves, une Hybride qui lui sert de camériste, lui brosse les cheveux, lui passe ses onguents, et chose stupéfiante, cette Hybride-là est sans doute la créature la plus heureuse de son entourage. Elle la traite formidablement bien, et lui parle avec douceur. La petite Hybride est soumise par ailleurs, et parle très peu avec quiconque, extrêmement méfiante envers qui n'est pas sa maîtresse. Son second esclave, hybride également, est plus solitaire, plus rarement employé, et lui sert de garde du corps personnel. On ignore l'état de leurs relations, mais il semblerait qu'elle se serve davantage de lui pour garder une oreille dans le quartier Hybride et puiser les rumeurs qui y naissent que pour réellement la protéger. Après tout, il y a déjà tant de gardes, et des humains, eux, pour la famille royale...

« ce qu'il faut savoir sur moi »
les petits détails font toute la différence

Possédez-vous un familier ou une monture ? Exodie possède surtout des calèches quand il est besoin de la transporter, et il est rare de la voir chevaucher. Mais lorsqu'elle le fait, elle monte un gros étalon à la robe très commune, blanche et ocre, à la crinière touffue, et à la beauté incertaine. Elle l'adore, parce qu'il est sauvage, capricieux, et remarquablement grand ; l'impression de puissance, de vigueur et de liberté qu'elle a quand elle est posée sur sa croupe est sans égale. Il est la hantise des palefreniers de la cour, tant cet animal est méchant, mauvais et sournois. Il n'a toutefois jamais mordu sa maîtresse, bien qu'on compte à dix-sept les bouts de doigts qu'il a déjà happés depuis qu'on s'est mis en tête de le dresser.

Quelle est votre situation actuelle ? Riche, révérée, sujet de nombreux commérages et connue de partout, on peut penser qu'il est difficile de trouver situation plus enviable et, si Exodie s'ennuie vite, il est hors de question pour une femme comme elle de se piquer d'aller sur les routes elle-même et de partir à l'aventure comme si elle était une jouvencelle de basse extraction. La boue, non merci, c'est irrécupérable sur la dentelle, et il faut être impeccable pour recevoir des invités de marque. En tous lieux et en tous moments, de façon plus générale, elle a à cœur l'intérêt supérieur de sa famille et de son rang. S'il faut sourire elle sourira. S'il faut ruser elle rusera. Et si quelqu'un se présente, néfaste à sa famille et insensible à ses tentatives... Hé bien. Elle rusera et sourira à des herboristes. Ce qu'il y a de merveilleux quand on est Humain, c'est qu'on sait à quel point tout ce qui vit est destiné à mourir. C'est simplement parfois un peu plus rapide que d'autres.

Quelle est votre position par rapport à la religion ? Terasmir a toute sa dévotion. Le Grand Chemin est une vue claire pour elle, et elle trouve du réconfort depuis son mariage dans l'idée que c'était nécessaire, que ça tracera une belle route pour les siens, et qu'il n'y avait personne ne mieux placé qu'elle pour incarner ce pivot. Les autres dieux, elle les révère de façon plus occasionnelle, lors des cérémonies officielles où il faut bien se montrer, ou dans les moments où il est bon pour le peuple de voir la noblesse faire des libations, des offrandes, et lui rappeler que lui aussi a sa place – dans le labeur et la paix de l'esprit. La seule déesse qu'elle ne prie jamais, prétextant la douleur de son veuvage, est Némis.

Que pensez-vous de l'exploration des Contrées Sauvages ? Elle s'intéresse énormément aux projets d'explorations, puisque l'Histoire humaine prouve qu'elle est source de pouvoir et de stabilité – du moins, d'espoir de garder un certain niveau de vie – pour la civilisation de sa race. Elle sera donc tout à fait disposée à stimuler les talents de son époque à aller chercher savoir et gloire au nom de la royauté, quand bien même encore une fois, il faudra un miracle pour la voir elle-même dans pareils projets, en dehors de l'instant du départ pour saluer les courageux explorateurs, et pour le banquet de leur retour.

Quel est votre rapport vis-à-vis des dragons ? De par sa position, elle en a déjà vus quelques uns, et si elle admire la puissance des Miles Draconis et apprécie l'utilité des Mitigatus Draconis, elle reste, au fond d'elle-même, très réservée. Tout comme les Hybrides, elle se méfie de ce qui est dompté mais qui peut penser. N'était-elle pas elle-même une sage épouse, prise très jeune, envisagée comme docile ? Elle ne serait pas contre avoir un Levis Draconis auprès d'elle, principalement pour s'amuser de la vivacité d'esprit qu'on leur prête et qu'elle a déjà pu entendre à quelques occasions, mais derrière ses sourires se cache une absence totale de confiance, ainsi que certains calculs. Jamais il ne faudra dépendre d'eux, jamais, et jamais les Humains ne devront oublier la raison de leur exil. C'étaient des dragons qui avaient désiré leur extermination, et la race a peut-être une vie courte, mais sa mémoire est longue...


Dernière édition par Exodie d'Eldoria le Lun 24 Mar - 21:56, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Admin• gérants du forum
avatar
Kajika Machk
Admin• gérants du forum

Messages : 396

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité: Libre
MessageSujet: Re: [PREDEFINI] La beauté est infiniment cruelle.   Lun 24 Mar - 15:17

Bienvenue, encore un fois.
J'aime énormément ta fiche, impeccable niveau orthographe et expression, mais également très agréable à lire. Je ne trouve rien à redire, sinon d'être patiente pour les personnes qui sont liées à Exodie (à savoir ses deux enfants). Tu as vraiment bien cerné notre demoiselle, je ne demandais pas mieux ! Bon jeu à toi ici, et s'il te venait des questions ou interrogations, n'hésite pas à me contacter.

Bienvenue sur Elden !

Félicitation, ton personnage a été validé. Nous te redirigeons d'ores et déjà vers les Journaux de Bord obligatoires, ainsi que vers les demandes de RP. Nous espérons que tu te plairas sur Elden.
Have fun !  

message de moderation

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
 

[PREDEFINI] La beauté est infiniment cruelle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» salon forme, mode et beauté à Dijon
» Quizz Beauté "mon premier, mon dernier"
» En beauté
» Réunion Beauté
» Comparer les produits de beauté bio
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elden :: Fiches validées-