Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Edelan Demyrion, chevalier pour la justice | Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Edelan Demyrion, chevalier pour la justice | Terminé   Sam 16 Nov - 20:48


« Edelan  Demyrion»
24 ans – Sang-mêlé - Chevalier - Noblesse - Banneret

Edelan manie la nécromancie. De cet art sombre, il lui est devenu possible de manipuler, d'attacher en des objets, comme des médaillons, des flacons, ou des armes notamment, les âmes des vivants et des tout juste morts, les contraignants ainsi à errer sur la terre des mortels avec leur nouveau « contenant ». Lorsqu'il entre en contact avec un des objets où il a inséré une âme, il lui est possible de la fusionner à la sienne. Ses savoirs et ses compétences lui deviennent alors accessibles, aussi aisément reproductibles que s’il les avait lui-même appris, et ce jusqu’à ce que la fusion des deux âmes s’achève. Il devient alors une partie de l'autre personne : si l'âme était celle d'un épéiste talentueux, il disposera de ses talents à l'épée, qu'il pourra combiner avec ceux d'une autre âme et de la sienne, par exemple.

Cependant, et comme tout aspect de la nécromancie, les effets de ce pouvoir ne sont pas sans contreparties. La fusion temporaire d’un esprit autre et du sien est un procédé délicat, qui requiert un esprit fort sans quoi le défunt pourrait bien prendre le contrôle du corps et le manipulateur se retrouver piéger à son propre jeu. Il s’agit donc d’une magie épuisante physiquement aussi bien que mentalement, à moins que l’âme utilisée ne se laisse faire.

De plus, arracher l’âme du corps d’un vivant est un travail épuisant puisque cela reviendrait à aller contre la volonté de cette âme, qui dispose encore de toute sa force et d’un point d’attache corporel, à telle point qu’une telle manipulation pourrait précipiter notre jeune sang-mêlé dans le coma, voir bien pire...
De ce fait, Eredan utilise sa magie sur les tout justes défunts, au moment où l’âme des vivants s’arrache au corps pour se diriger vers le royaume des morts.

Actuellement, notre jeune homme ne peut fusionner son âme qu'avec deux autres en même temps.

De plus, il est un bon cavalier, et manie assez bien l'épée.

« voilà ce que je suis »
Car je suis dans le bien, et dans le bon. Edelan Demyrion

C’est aujourd’hui que je commence ce journal, mon journal. En même temps que commence l’écriture de ma quête…

J’y relaterais mon aventure, mes pensées, et tout ce que j’y croirais bon d’inclure. Ce journal aura beau être brouillon et peut être ne sera-t-il jamais complet, car il ne s’achèvera que lorsque mon objectif sera atteint, et ce dernier, qui n’a éclot que de par un simple désir personnel, ne verra peut-être jamais le grand jour. Mais il représentera ce que j’ai été et ce que je fus. Il représentera tous mes espoirs, aussi vains et futiles soient-ils, et il représentera  la haine brulante et insatiable qui habite en mon sein.

Et si un jour, par quelques évènements, il venait à tomber entre les mains d’une personne tiers, je lui prierais de lire attentivement cet ouvrage et de le mener à son terme. Car ce pour quoi j’œuvre en écrivant ce recueil, est assurément ce qui changera le destin, ou le Grand Chemin comme les humains aiment à l’appeler, de tous les peuples d’Elden, pour le meilleur. Il ne faut pas que ce grand projet sombre dans l’oubli. Tout du moins, c’est ce que je me plais à espérer…

Introduction et ouverture au recueil – Chapitre Premier

Je n’ai encore eu le temps de me présenter, ce à quoi je vais tenter de remédier, en un résumé qui, j’espère y réussir, conciliera brièveté et détails.

Je me fais appeler sous le nom d’Edelan Demyrion. Mon père, humain, était un de ces seigneurs de la noblesse moyenne qui peuple en si grand nombre les villes de ce continent, tel des parasites.  Il ne me sera pas aisé de cacher mon dédain pour cette partie de la population humaine, et bien que je sois généralement d’un caractère  aimable envers mon prochain, je ne puis tout simplement passer outre les affronts qu’ils infligent, et que mon géniteur avait et a toujours l’habitude de reproduire, envers le peuple de ma mère. Cette dernière, bien qu’elle soit bien plus noble et sage qu’aucun de ces pourceaux, les a servi, d’aussi longtemps que je puisse me souvenir, avec la plus grande fidélité et sans la moindre once de ressentiment.
Je ne lui suis, de mon triste aveu, en peu de points commun.

Il est, avec ce que je vous ai déjà conté, enfantin de faire le rapprochement avec ma naissance.  Car je suis Edelan Demyrion, un sang-mêlé, mi-humain, mi-hybride. Véritable abomination aux yeux du monde – théoriquement j’entends bien, ma mère cacha à quiconque mon origine paternelle, de telle sorte que personne ne me soupçonna, aujourd’hui encore, d’être ce que je suis. Pour les personnes qui me connaissent, je ne suis qu’un enfant né d’une concubine inconnue, puisqu’elle exposa l’affront qu’est mon existence à mon humain de père, qui fut obligé de me prendre sous son aile pour empêcher un scandale d’éclater au grand jour. Et cela me convient parfaitement, car quiconque apprendrait la vérité mettrait en danger la vie de ma mère tout autant que la mienne.

En lisant ces quelques lignes, on pourrait se demander par quel subterfuge sommes-nous parvenus à garder le secret. Et cette question est largement légitime. Par un heureux hasard,  que je remercie de sa grâce tous les jours qui passent, j’héritais à ma naissance du physique de mon père. Grands et à la silhouette souple mais ferme, à la peau pâle. Voilà ce que j’étais. Ainsi, ceux qui me virent et m’investiguèrent furent aisés à confondre, car ils me prirent pour un humain et en tout point je fis ce qui m’étais possible pour les confirmer dans leur impression. Pourtant, et en cela encore je remercie le Hasard de sa grâce,  mes yeux se formèrent comme le reflet de ceux de ma mère.

Deux yeux aux pupilles de chats. L’un vert, l’autre bleu. Dans leur dualité, ils sont mon reflet et mon identité. Cela pourrait paraître suspect, et ô combien je fus chanceux qu’il existe de tels cas naturels chez les hommes, bien que ces derniers ne puissent se targuer de disposer d’une aussi bonne vision que la mienne. Tout comme pour ma chevelure neigeuse d’ailleurs…

Ainsi donc, je pense avoir terminé de peindre mon identité. Sang-mêlé, je ne suis connu que comme un homme, bien que légèrement différent à cause de « malformations de naissance ».

J’évoluai durant toute mon enfance comme le troisième et dernier héritier de la Maison du baron Demyrion. Et bien que nos sentiments l’un envers l’autre étaient réciproques, mon père m’offrit tout de même une éducation digne d’un de ces héritiers. J’appris l’écriture, la lecture, le combat à l’épée et l’équitation en même temps que mes autres frères. Ils ne m’en détestèrent que plus…
Dans la Maison, seuls les hybrides m’étaient généreux, car les autres me voyaient comme une tache à l’honneur du maître. Cela ne fit que renforcer ma conviction que l’homme noble n’était qu’un être néfaste à Elden, tout comme mon père. Ce dernier s’empressa d’ailleurs de m’envoyer au loin dans le but de me former au métier de chevalier. Je pense au plus profond de moi qu’il le fit avec l'intime espoir que je mourrais au détour d’un chemin. Car celui qui me forma était parvenu à se forger une réputation de triste sire, et de ces derniers écuyers, aucun n’était ressorti vivant de son enseignement.

Quant à moi, et bien je réussis là où les autres échouèrent, par un coup du sors sans doute, et je n’en ressorti que plus fort. J’appris de sa magie, la source de la force qui le maintenait en vie, qu’il avait cachée aux yeux de tous, non pour un rien. Je découvris de multiples paysages  et rencontra des dizaines, des centaines de nouveaux visages parmi le petit peuple, tout m’étant plus sympathiques les uns que les autres. Dans la même lancée, j’appris à cacher ma haine en face des puissants, tout en la maintenant vivace telle une petite flamme sur un tas de cendres incandescentes.

Je découvris les différentes guildes du royaume, et de toutes celles qui existent, il n’y en a aucune qui m’amena à l’abhorrer. Toutes ont des idéaux, et toutes ce battent pour ces dernières. Même la Pie, que tous considèrent comme une existence horrible et qui attire une animosité sans pareille, est un exemple à mes yeux. Car elle a réussi là ou tous ont échoués. Ils sont libres, et même la monarchie du royaume ne peut agir contre elle. Cependant, on peut également les critiquer. La Pie agit contre le peuple, et pour cela je me battrais contre elle. La Garde n’est, en réalité – et c’est une bien triste réalité, qu’une illusion. Elle représente une fausse Justice, car sinon, pourquoi adopter un tel comportement et ce, même en son sein, envers les hybrides ?

Durant cette période, je me plongeais également dans les tumultes du combat et dans l’abîme de la mort. Et honte m’est de constater que ce fut avec joie que je m’y adonnai. J’aimai le son du fer résonnant dans le vent, et cet état de profonde transe qui s’emparait de vous dès que la lame de l’ennemi venait à vous érafler la peau en un coup dangereusement mortel. Sous le ciel bleu tacheté de nuages, rien n’était plus vrai que le concept de la vie.

Lorsque mon apprentissage prit fin, mon nom avait commencé à danser sur les lèvres des nobles, qui appréciaient la manière impeccable dont je m’occupais des taches que l’on me confiait, et les paysans pour l’idéal que je poursuivais.
La justice.

Je fus nommé Banneret du roi, et les fondations de mon plan prirent enfin forme.

Je suis le chevalier Edelan Demyrion, sang-mêlé, mi-humain et mi-hybride. Je me bats pour la justice. Je me bats contre la tyrannie et le mal. De mes propres mains, je construirais un royaume où elfes, humains, hybrides et dragons seront égaux, ou je mourrais à la tâche. Je mettrais à bas la Monarchie humains et les atrocités qu’elle perpétue. J’accomplirai tout ceci, même si pour cela je devais être amené à tuer des centaines d’individus et à perdre le soutien de tous ceux qui croient en moi, quel qu’en soit le prix. Rien ne m’arrêtera.
Car je suis dans le bien, et dans le bon.
Car rien n'est plus juste que moi.


Fin du Chapitre Premier

« ce qu'il faut savoir sur moi »
les petits détails font toute la différence

Possédez-vous un familier ou une monture ? Oui, effectivement, je dispose d’un destrier, et de deux hybrides, qui ne sont en réalité pas vraiment des esclaves mais plus des amis.

Quelle est votre situation actuelle ? Banneret du roi, je voyage dans tous l’ensemble du royaume pour veiller à la paix de ce dernier, au service de sa majesté. Cependant, mon objectif est tout autre, puisque je désire par-dessus tout l’effondrement du système aristocratique humain, afin de créer un pays où toutes les races seraient égales entre elles. Je serais celui qui apportera la véritable Justice en Elden, vous pouvez en être certain. Je profite d’ailleurs de mes nombreuses pérégrinations pour tenter de rallier à ma cause les habitants du royaume, tout en essayant de rester discret. Croyez-moi, ce n’est pas chose aisée…

Quelle est votre position par rapport à la religion ? Les divinités… une façon comme une autre pour les puissants d’asservir les populations et les gouverner. J’honnis les divinités et leurs mœurs, et je ne crois en rien, si ce n’est en l’être vivant, quel qu’il soit – bon, peut-être pas  en la monarchie, trop embourbé dans leur propre bassesse pour s’en sortir. Cependant, s’il existe un dieu quelque part, dites-lui que je serais ravi qu’il me vienne en aide…

Que pensez-vous de l'exploration des Contrées Sauvages ? Mon avis quant aux Contrées Sauvages, est qu’il faudra à un moment ou à un autre, y passer. Peut-être des terres riches et fertiles s’y trouvent-elles, n’attendant que nous pour nous y accueillir, ou peut-être encore de l’aide pourrait-elle nous y être fournie. Il s’agit d’une question cruciale qu’il ne faut pas laisser tomber, et si je peux y gagner quelque chose qui m’avancera dans l’accomplissement de mon plan, j’y participerai sans hésiter.

Quel est votre rapport vis-à-vis des dragons ? Enfin, au sujet des dragon, je dirais que ce sont des êtres vivants comme tous les autres. Ils étaient présents en Elden avant tout autre, et la raison m’échappe quant à leur asservissement. Ce sont des êtres très puissants, trop pour leur propre bien peut être, et il faudrait ne pas oublier que rien n’est jamais acquis. Je recommanderais une extrême prudence envers eux, ainsi qu’une approche plus… amicale et respectueuse je dirais, au lieu de les soumettre.


Dernière édition par Edelan Demyrion le Dim 17 Nov - 10:07, édité 2 fois

Admin• gérants du forum
avatar
Kajika Machk
Admin• gérants du forum

Messages : 396

Fiche RPG
RPs en cours
:
Disponibilité: Libre
MessageSujet: Re: Edelan Demyrion, chevalier pour la justice | Terminé   Sam 16 Nov - 21:23

Bienvenue bienvenue squint 
Un pouvoir bien intéressant que voilà ! Et quelle fiche. love 
Ton personnage est vraiment adorable, bien qu'il me semble que ses idéaux un peu trop blancs ne feront pas long feu. x)

Je t'ajoute à ton groupe immédiatement et te donne ton titre mérité.
Bon jeu parmi nous !

Bienvenue sur Elden !

Félicitation, ton personnage a été validé. Nous te redirigeons d'or et déjà vers les Journeaux de Bord obligatoires, ainsi que vers les demandes de RP. Nous espérons que tu te plairas sur Elden.
Have fun !

message de moderation

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
 

Edelan Demyrion, chevalier pour la justice | Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» INSTITUT POUR LA JUSTICE
» terrarium pour 2 elaphe terminé
» Justice pour Cecil le lion à crinière noire
» La Justice et l'Injustice
» 104 médailles pour la Normandie.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elden :: Fiches prenant la poussière-